E.U. – Trois réseaux de drogue du sud-ouest de l’Ontario découvert

Par Jennifer O’Brien , The London Free Press

Batteries de voiture évidés et autres cachettes ont été utilisés par certains mennonites mexicains du sud-ouest de l’Ontario pour la contrebande de cocaïne d’une valeur de plus de 1 millions de dollars dans la province, la police allèguent.

Les saisies de drogue et de trésorerie, qui l’OPP déployé jeudi lors d’une conférence de nouvelles avec la police régionale de Waterloo, ne sont pas les plus grands traits la région a vu.

Ce qui est nouveau, c’est le groupe soudainement projeté sous les feux des projecteurs – mennonites mexicains. Une fois connue pour de nombreux Ontariens du sud-ouest que les travailleurs agricoles saisonniers, qui avait shunt entre eux au Mexique et la zone agricole de la province, la communauté comprend maintenant ceux qui demandent la région maison et sont mélangés dans son tissu.

Huit personnes de la région de Simcoe, tous possèdent la double citoyenneté canadienne et mexicaine-ce que l’appel de la police des liens au Mexique, sont facturés.

Ils sont accusés d’exploitation de deux anneaux, ou «cellules», de faire le trafic de cocaïne en provenance du Mexique au Canada à la frontière des États-Unis à Windsor et Sarnia, et – la police soutiennent – probablement à d’autres groupes du crime organisé.

Au cours de la sonde, la police a déclaré qu’ils étaient venus aussi un troisième réseau de drogue impliquant la méthamphétamine et quatre personnes chargées de Kitchener, Toronto et Arthur, Ont., Laissant 12 personnes accusées entre les trois anneaux.

« Il y avait trois cellules individuelles, fonctionnant indépendamment», a déclaré OPP Det. Insp. Steve Clegg.

Selon la police, la cocaïne interceptée – 12 kg. en tout – a été contrebande de Chihuahua, un état dans le nord du Mexique, directement au Canada sans intermédiaires.

Les compétences linguistiques et la double nationalité ont aidé les suspects se déplacer facilement à travers les frontières sans soupçon, la police soutiennent.

Ce n’est pas la première fois Mennonites ont été impliqués dans le commerce de la drogue mexicain.

Il ya près de deux décennies, les autorités frontalières et la police éclaté un grand anneau et dit alors un pipeline mennonite était une source importante de marijuana en contrebande au Canada.

« Ce qui est différent aujourd’hui, il ya 20 ans, nous étions bien conscients que. . .certaines personnes dans l'(Mexique mennonite) communauté ont été impliqués dans l’importation de marijuana « , a déclaré Clegg.

«Ici, nous sommes maintenant en 2014, et nous avons affaire à ce que je classe les médicaments autant plus graves », at-il dit. « Si quelque chose a changé, c’est le type de médicaments qui sont élevés et le profit et le gain monétaire. »

Une communauté de foi composée d’une grande variété de groupes, les mennonites vont des membres dits «ordre ancien» qui évitent les commodités modernes et la technologie à la majorité de ceux qui vivent des vies ordinaires dans des villes comme la plupart des Canadiens.

«Quand ce genre de choses deviennent publiques et vous entendez le mot mennonite, il jette la lumière sur nous tous, les mennonites, » dit Lily Heibert Rempel, de la Mennonite Central

Comité. « Il ya au moins 30 groupes différents de mennonites ici en Ontario, mais les gens ne savent pas la différence. »

Communautés mennonites étaient déjà sous le choc, dit-elle, après les révélations dernières avril, la police avait démantelé un pipeline de médicaments de Chihuahua à Alberta.

« Les pasteurs souhaitent le nom mennonites ne seraient pas utilisés », a déclaré Rempel. « Il ya des gens qui enfreignent la loi dans toutes les communautés. »

Selon la police, la cocaïne a été importé directement du Mexique, puis transféré à des trafiquants locaux de l’Ontario, y compris le comté d’Oxford, comté de Norfolk, le comté de Middlesex, la région de Waterloo et la région du Grand Toronto.

Dans Simcoe, une femme accusée a été libérée le $ 50,000 caution jeudi.

Source : Ifp Press – Traduction Google