Canada – Écoles juives: les hassidim sont prêts à négocier

Pas question d’enseigner la science ni les religions, dit toutefois leur porte-parole

Selon Alex Werzberger, certaines matières obligatoires au programme ne seront jamais enseignées dans les écoles juives, « point final ».
Photo : Jacques Nadeau – Le DevoirSelon Alex Werzberger, certaines matières obligatoires au programme ne seront jamais enseignées dans les écoles juives, « point final ».

La communauté hassidique se dit prête à « négocier » de nouveau avec le gouvernement pour se conformer aux lois sur l’enseignement, mais certains points, comme l’enseignement de la science et des religions, seront intouchables.

Québec peut mettre des balises, mais il ne peut pas les « forcer » à faire quelque chose qui va à l’encontre de ce qu’a décidé la communauté, a déclaré au Devoir en entrevue téléphonique Alex Werzberger, le porte-parole de la Coalition d’organisations hassidiques d’Outremont (COHO). « Il y a toujours des choses sur lesquelles certaines écoles ne négocieront pas », dit-il en criant dans son cellulaire, comme pour enterrer le vacarme de la rue.

Selon lui, certaines matières obligatoires au programme ne seront jamais enseignées dans les écoles juives, « point final » affirme-t-il, très catégorique. Exit le cours Éthique et culture religieuse ainsi que les cours de biologie et de sciences. « On ne veut pas enseigner la théorie de l’évolution. À un enfant à qui on a dit toute sa vie que c’est Dieu qui avait créé la Terre, on ne va pas soudainement lui dire le contraire. »

Sur d’autres sujets, comme veiller à ce que tous les enseignants embauchés aient des brevets, il admet qu’ils devront « mettre de l’eau dans [leur] vin »« Ça doit se faire des deux côtés, réitère-t-il. Dans une négociation, il faut qu’il y ait du give and take.On a l’impression que le gouvernement fait juste take, take, take. »

Il ne s’étonne pas non plus que le sujet refasse surface périodiquement dans les médias. « Au Québec, quand on parle de religion, les gens deviennent nerveux », déplore-t-il.

Deux solitudes

 

Promoteur immobilier, M. Werzberger est un homme d’affaires occupé. En plus d’être le leader de la communauté juive orthodoxe, le septuagénaire siège également au Comité consultatif d’Outremont. L’homme est aussi connu par certains parce qu’il poursuit Pierre Lacerte, un résidant du même arrondissement, pour diffamation et harcèlement. Il a d’ailleurs été débouté plusieurs fois.

Né à Satu mare, en Roumanie (qui a été momentanément annexée à la Hongrie pendant la Seconde Guerre mondiale), M. Werzberger est arrivé au Québec alors qu’il était encore enfant, en 1949, sa famille ayant fui la Shoah. Sa langue maternelle est le yiddish — il finira par parler six langues, dont l’hébreu, le hongrois et l’allemand — et il apprend l’anglais ici à l’école.

Jamais il n’aurait cru que le « très timide » garçon qu’il était deviendrait un jour porte-parole de la communauté hassidique d’Outremont. L’entretien se déroule en anglais, mais M. Werzberger a appris le français dans la rue et en lisant les journaux et en écoutant la radio. La majorité de ses employés sont francophones, et parler la langue de la société qui l’accueille lui ouvre des portes. Il en est conscient.

« Quelque part au Québec, j’étais allé dans un magasin pour acheter des fruits et le gars me regardait de façon très suspicieuse. Il a été si étonné et content que je lui parle en français qu’il m’a presque fait partir sans payer. »(…)

Suite de l’article