Eglises de réveil: Trois gourous dans les mailles de la justice

YAOUNDÉ – 06 Juillet 2012 : Le tribunal de 1ère instance d’Ekounou vient de condamner de faux prophètes qui ont extorqué de l’argent à une dame, et déstabilisé son foyer.

Le juge Wabi Haman Djoda a rendu le 13 juin dernier au tribunal de 1ère instance d’Ekounou à Yaoundé, une décision qui pourrait être salutaire dans la lutte contre les ravages que causent certaines églises dites de réveil, qui fleurissent dans nos cités. Après 30 mois d’instruction, Jean Patrice Evina Evina, le pasteur, son épouse Nga Owona alias Sœur Firmine, et Soppi Yewah Julienne, prophétesse, ont été reconnus coupables de pratiques de sorcellerie et de diffamation en coaction, et condamnés à trois mois d’emprisonnement avec sursis pendant trois ans, et à 1 500 000 F Cfa de dommages et intérêts. Le plaignant est un haut cadre de l’administration dont nous taisons volontiers l’identité, sa vie ayant basculé en l’espace de trois ans, par les agissements d’un « groupe de prière » dénommé Eglise internationale du salut.

Tout commence au courant du second trimestre de 2009, quand la prophétesse Julienne réussit à convaincre sa sœur cadette à assister à des séances de prière conduites par le couple Evina Evina dont elle vante les prouesses miraculeuses. Dès la première séance, Pastô et son épouse font des révélations troublantes à Hélène sur sa vie familiale. Naïvement piégée par sa sœur aînée, Hélène se laisse emballée par les gourous du groupe de prière qui lui demandent de venir désormais aux séances de prière avec ses enfants, mais pas avec l’époux qui, est désormais présenté comme « un démon, un sorcier, membre d’une secte satanique qui a l’intention de sacrifier dans les jours à venir, l’un des enfants pour obtenir une ascension sociale ».

Pour contrecarrer le plan du chef de famille présenté comme un démon, les gourous administrent un curieux breuvage à Hélène et à ses enfants. Des séances de délivrance aux bougies sont organisées. Une huile est servie à Hélène, qu’elle doit verser dans tous les coins de la maison y compris sur la voiture du mari, question d’anéantir ses pouvoirs magiques. Seulement, cette œuvre de « salut » n’est point philanthropique : Hélène y laisse les avoirs de la famille, ses bijoux, y compris son alliance de mariage (après 25 ans), des crédits scolaires, le rappel d’avancement ; son compte d’épargne est même clôturé pour satisfaire la voracité de sa nouvelle église. Le relevé téléphonique d’Hélène présenté au tribunal montre que les gourous exerçaient un véritable harcèlement sur leur victime, avec 203 appels dans les deux sens en l’espace de deux mois.

source : Cameroon-Info.Net © Martin Jean Ewodo | L’Actu http://www.cameroon-info.net/stories/0,35804,@,eglises-de-reveil-trois-gourous-dans-les-mailles-de-la-justice.html