Elle croit sa fille sous l’emprise d’une secte et la kidnappe

Marie avait été enlevée par ses parents en août 2011. Ceux-ci voulaient la libérer de l’emprise d’un culte sectaire et l’emmener en Corse. Après deux ans d’enquête, la mère tentera d’expliquer son geste.

«Je suis consciente d’avoir bravé la justice, mais je l’ai fait pour sauver ma fille». À l’écouter, rien ne prédestinait cette mère de famille à enlever son propre enfant. Pourtant, fin août 2011, épaulée par son mari et son fils, elle passe à l’acte et enlève sa fille Marie, alors âgée de 24 ans, pour l’emmener en Corse. Aucune intention de nuire selon elle, il s’agissait au contraire de l’éloigner temporairement de son compagnon et de sa belle-famille résidant à Aubagne (Bouches-du-Rhône), qui l’auraient convertie au culte «antoiniste», un mouvement considéré comme sectaire par un rapport parlementaire. «Ma fille ne s’alimentait plus correctement, elle vivait dans des conditions très précaires. Lorsqu’elle est tombée gravement malade à deux reprises, elle a refusé de se médicaliser, c’est à ce moment-là que j’ai décidé d’agir».