Elven (56). L’exorciste n’a pas commis d’abus de faiblesse

.Poursuivie pour abus de faiblesse, une exorciste d’Elven a été relaxée hier par le tribunal de Vannes. C’est une prestation facturée 2.650€ à une Lorientaise de 87ans qui lui avait valu de comparaître en justice.


 La victime avait-elle conscience qu’elle déboursait une somme égale à trois fois sa pension de retraite lorsqu’elle a signé un contrat «confiance exorcisme»? Oui, a estimé, hier, le tribunal de Vannes
, en relaxant la voyante poursuivie pour abus de faiblesse à l’égard de cette Lorientaise âgée de 87 ans. Les juges avaient étudié l’affaire le 24février et mis leur jugement en délibéré. L’octogénaire avait fait appel à la prévenue en février 2008. La vieille dame voulait venir en aide à son fils alors en proie à de graves difficultés. L’exorcisme avait eu lieu à Séné, dans une salle louée pour l’occasion. Au début de la séance, chacun des quatre participants avait dû avaler une cuillerée à café de gros sel avant de s’épancher sur son sort. Une prestation d’une durée de six heures facturée 2.650€ à la Lorientaise.

«Dans le paranormal il faut être carré»

Cette dernière avait fini par porter plainte avec l’aide de sa fille. «Je lui ai demandé si elle était ou non sous tutelle et je lui ai fait lire à trois reprises la somme en francs. Dans le paranormal, il faut être carré question contrat», s’était défendue l’exorciste dont les pratiques sont certifiées «conformes aux canons de l’église orthodoxe d’Ukraine et de l’église catholique gallicane», comme l’avait précisé son avocat Me Peignard. L’avocate de la victime avait mis en avant les problèmes de santé de sa cliente, notamment sa surdité. Pour le parquet, qui avait requis de trois à quatre mois de prison avec sursis, l’abus de faiblesse serait caractérisé. Mais le tribunal n’a pas eu la même analyse du dossier et a estimé qu’il n’y avait pas de faute pénale en l’espèce.

Jean-François Colleter  – LE TELEGRAMME / 18 mars 2011