Éreintée dans un documentaire à Sundance, la Scientologie se rebiffe

 

Par Claire Courbet, AFP agence

Tom Cruise est l'un des membres célébres de la secte américaine aux pratiques controversées. A droite, le réalisateur du documentaire Alex Gibney.

Dans son enquête intitulée Going Clear et présentée au festival du cinéma indépendant américain, Alex Gibney écorche l’image de l’organisation religieuse avec des témoignages d’anciens membres. L’Église n’a pas tardé à réagir, qualifiant ces personnes d’«apostats vengeurs».

Considérée comme une religion par les Etats-Unis mais comme une secte par la France, l’Église de Scientologie continue de diviser. Dernière polémique en date: la diffusion à Sundance du documentaire Going Clear («clarifier» en français) du réalisateur Alex Gibney, qui rassemble des témoignages peu glorieux d’anciens membres de l’organisation.

La réaction de la secte fondée Ron Hubbard n’a pas tardé. Selon elle, le documentaire a été réalisé à partir de témoignages «d’anciens membres obsessionnels et mécontents», allant jusqu’à les qualifier d’«apostats vengeurs». Elle reproche également au réalisateur de ne pas avoir interrogé les adhérents actuels, ni d’avoir mis l’Église au courant de ses découvertes. «Malgré des requêtes réitérées depuis trois mois, M. Gibney et HBO (qui devrait diffuser le documentaire, ndlr) ont refusé de transmettre les accusations faites contre l’Eglise, afin qu’elle puisse y répondre», a-t-elle fustigé.

Dans ce documentaire, qui a été gratifié d’une standing ovation lors de la projection au festival, on apprend notamment que Tom Cruise prenait ses distances avec la secte pendant son mariage avec Nicole Kidman et que cet ancien dirigeant avait pour ordre de «faciliter la rupture» du couple. L’acteur aurait également demandé à un détective privé de mettre son ancienne femme sur écoute.

À la fin de la projection, Alex Gibney avait expliqué la difficulté d’enquêter sur le sujet, notamment à cause du harcèlement qu’ont fait subir à son équipe les services juridiques de la Scientologie.

Source : Le figaro