Espagne – Une «secte de prêtres pédophiles» à Grenade

Le pape François fait de la lutte contre la pédophilie dans l’Eglise une de ses priorités. (Reuters)

Le pape François fait de la lutte contre la pédophilie dans l’Eglise une de ses priorités. (Reuters)

Le pape François en personne s’est intéressé à l’appel au secours d’une ancienne victime. Celle-ci avait envoyé une lettre à l’archevêché de la ville andalouse, qui a dû réagir

La scène se passe le 10 août dernier. Quelque part dans le nord de l’Espagne, un enseignant de 24 ans répond au téléphone. «Bonjour, je souhaite vous parler de votre lettre […]. Elle m’a bouleversé.» «Mais… qui êtes-vous?» «Le pape François.» On peut imaginer le désarroi mêlé de stupeur qui s’est alors emparé de ce jeune professeur. Le souverain pontife en personne s’intéresse à son cas. Jamais Daniel* n’aurait pu l’imaginer. La lettre à laquelle le saint-père fait référence est une missive envoyée par ce jeune homme au début de l’été à l’archevêché. Dans celle-ci, Daniel décrit le calvaire qu’il a vécu entre 12 et 18 ans.

A l’époque, ce croyant zélé vit à Grenade, en Andalousie, dans une paroisse – connue comme celle des Romanones – où le curé est réputé pour ses sorties en plein air avec des jeunes. Avec d’autres prêtres, il forme un groupe, actif, dynamique. C’est en tout cas ce que croient alors les parents de ces jeunes ouailles. Dans sa lettre, Daniel évoque des séjours prolongés dans trois villas situées dans les environs de Grenade et aussi sur le littoral méditerranéen; dans celles-ci, après des «lavages de cerveau sur les effets bénéfiques du sexe», les adolescents étaient amenés à subir des attouchements intimes de la part du groupe des curés de Romanones. «Ils profitaient clairement de leur statut et de leur autorité pour réaliser leurs fantasmes sexuels avec ces jeunes», précise aujourd’hui une source judiciaire.

Dans un premier temps, la lettre de Daniel est logiquement envoyée à l’archevêché de Grenade, connue pour ses prises de position ultra-conservatrices. Celui-ci ne donnant pas suite à la missive, la plainte est ensuite transférée au Tribunal supérieur de justice d’Andalousie. Avant d’atterrir au Vatican, où le pape François prend personnellement connaissance du contenu de la lettre.

Bouleversé, semble-t-il, par une lettre extrêmement détaillée, le souverain pontife décide de s’investir dans cette affaire. D’où son appel téléphonique du 10 août. La plainte est d’autant plus frappante que Daniel est aujourd’hui membre de l’Opus Dei et enseigne dans un des centres de cette organisation aussi puissante que secrète. Cela explique que le jeune homme tienne absolument à son anonymat. «Je crois que personne ne peut imaginer le cauchemar par lequel je suis passé. Je panique à l’idée d’être identifié, et d’être marqué à vie par ce scandale», a-t-il confié à l’Ideal, le grand quotidien local de Grenade.(…)

Suite de l’article