Finlande – Pas de place pour deux systèmes judiciaires en Finlande dont un pour les T.J.

Ministre de la Justice Anna-Maija Henriksson a exprimé sa préoccupation sur les réclamations par une ONG locale que les Témoins de Jéhovah en Finlande ont leur propre comité judiciaire rendre la justice pour les malfaiteurs. En réponse à un rapport de l’UET qui défend les victimes d’organisations religieuses, Henriksson dit que la Finlande n’a pas de place pour deux systèmes judiciaires distincts.

Oikeusministeri Anna-Maja Henriksson.
. Oikeusministeri Anna-Maja Henriksson Image: Yle

A côté d’un rapport sur les pratiques disciplinaires par les Témoins de Jéhovah, les victimes religieux groupe de soutien USE appelé ministre de la Justice Anna-Maija Henriksson pour enquêter sur les actions de l’église.

Sur la base de témoignages de première main de 18 anciens membres de l’église, le rapport affirme que l’USE un comité judiciaire interne a prononcé des peines sévères, y compris l’ostracisme de membres de l’église de délinquance.

Henriksson éviter directement des commentaires sur les actions de l’église, mais ne dire que la Finlande a déjà un système judiciaire.

« Bien sûr, il ne peut pas être en Finlande que nous avons un autre système en dehors du système judiciaire ordinaire, » dit-elle.

« Il est extrêmement important, aussi dans les communautés religieuses à respecter les droits et libertés fondamentaux de la personne. Et cela inclut aussi une réflexion sur notre propre comportement et les pratiques du point de vue du respect des autres, » Henriksson ajouté.

Le ministre a conseillé aux individus de déposer une plainte pénale avec la police si ils sentent qu’ils sont ciblés en violation du droit finlandais. Elle a dit que les tribunaux sont l’autorité finale sur l’opportunité ou non les organes d’un groupe religieux opèrent légalement ou illégalement.

Henriksson a déclaré que les fonctionnaires ministère de la Justice se penchera sur le rapport USE plus en détail la semaine prochaine.

La question relève aussi du ministère de l’Éducation et de la Culture, qui est responsable de la liberté de la législation sur la religion et les questions relatives aux groupes religieux.Henriksson, dit-elle envisage également de discuter de la question avec le ministre chargé des questions de l’église, Päivi Räsänen.

Sources : Yle – Traduction Google