Fonctionnement des groupes sectaires : 1. Le gourou à toujours raison

1. Le gourou à toujours raison

Le Gourou, son église et ses enseignements ont toujours raison et la critique est sans reproche.

Dans certaines sectes, dont le gourou est mort, le principe reste le même. J’utilise le mot « gourou » ici mais, dans de nombreuses sectes, le leader charismatique a le titre de ministre, prêtre, yogi, swami, prophète, maître spirituel ou tout autre titre qui le transforme en homme sage. Mais dans tous les cas, il a toujours raison.

De même, ses enseignements sont toujours vraies et, quand il décède, ses écrits deviennent de saintes écritures, sont infaillibles et incontestables. L’église du gourou a toujours raison, ses successeurs ont toujours raison, et tout ce qui concerne le culte est toujours vrais… Quoi qu’il arrive.

Jeffrey Masson écrit ceci au sujet des faux gourous:

Chaque gourou prétend savoir quelque chose que vous ne pouvez pas savoir par vous-même ou par les voies ordinaires. Tous les gourous promettent l’accès à une réalité cachée, si seulement vous suivez leur enseignement, vous accepter leur autorité, et si vous leur confiez votre vie. Certaines questions sont hors limite. Il y a des choses que vous ne pouvez pas connaître sur le gourou et sur sa vie personnelle. Tout doute sur le gourou est le reflet de votre propre indignité, ou est l’influence d’une force extérieure maléfique. Plus l’action du gourou est obscure, plus il a de chances d’avoir raison, d’être aimé. En fin de compte vous ne pouvez pas admirer le gourou, vous devez l’adorer. Vous devez lui obéir, vous devez vous humilier, pour sa grandeur,  jusqu’à ce que vous atteigniez la place centrale et que vous puissiez commencer à abuser les autres comme votre gourou vous a abusé. Tout cela est dans la nature même d’être un gourou.
Mon Père ce Gourou , Jeffrey Masson, 1993, page 173.

La mesure dans laquelle le culte glorifie le chef est souvent absurde. L. Ron Hubbard, leader de la Scientologie, a été salué comme la personne la plus magnifique qui n’ait jamais vécu – en fait, il était à lui seul la plus grande cause du progrès humain de tous les temps, parce qu’il avait été « régénérés » vie après vie, de réincarnation en réincarnation, encore et encore, pour chaque fois apporter encore une autre grande découverte ou procéder à l’avancement de l’humanité. Il semble que L. Ron Hubbard ait été, dans ses réincarnations successives, la plupart des tous les hommes les plus grands et les plus célèbre qui ait jamais vécu, tout au long de l’histoire humaine.

La scientologie publie une série de 20 livres – la « série RON » – qui exaltent L. Ron Hubbard dans tous ses aspects: RON le cinéaste, RON le Maître Marin, le vérificateur RON, RON la philosophie de l’administration, de l’aventurier RON / Explorateur, RON l’artiste, le photographe RON, RON l’écrivain, le RON humanitaire, l’horticulteur RON, RON le compositeur, RON le Poète / Parolier, etc… En fait, dès qu’Hubbard essayais quelque chose (comme pratiquer la voile en été), il se déclarait maître de cet art et en profitait pour rédiger un livre…

Regardons vers l’avenir

Dans la plupart des photographies de couverture, Hubbard regarde vers le ciel. Ceci pour nous dire qu’il est un visionnaire spirituel qui est au-dessus banales préoccupations terrestres. Par coïncidence, sur la couverture du livre de l’Hari Krishna (ISKCON)  The Science of Self Realization , le gourou AC Bhaktivedanta Swami Prabhupada regarde exactement au même endroit faisant la même pose.

Et vint la perfection.

Pour ne pas être surpassée, l’Eglise de l’Unification, fait valoir que Sun Myung Moon et son épouse sont « Les parents parfaits», les deux seules personnes parfaites sur la planète Terre. Ainsi, Moon est le nouveau Messie envoyé pour finir le travail que Jésus-Christ n’a pas réussi à terminer… Nous pouvons remarquer que c’est une valeur récurrente chez les gourous (Moon, Hubbard ainsi que les nouveaux gourous du New Age sonbt de fait… parfait !).

Tout est construit afin que le chef du culte soit la chose la plus grande chose qui puisse exister : « En fin de compte, vous ne pouvez pas admirer le gourou, vous devez l’adorer. »

Un doute ? (rajouter les questions de hassan, les modifier et rajouter les miennes)

Si vous avez des doutes quant à un gourou, vous pouvez simplement demander à un membre, « Est-ce que le Maître à fait quelques erreurs dans la mise en place de l’organisation ou la formulation de sa doctrine ? ». Les vrais croyants vous regarderont avec une mine horrifiée et insisterons sur le fait que le gourou n’a jamais fait d’erreurs … Car « L’idée même est impensable. ». Les débutants vous diront de vous adresser à un adepte plus anciens et ceux qui doutent commenceront à bafouiller

Etre parfait demande du travail.

Néanmoins, c’est un gros inconvénient pour un gourou d’être parfait quand le culte le déclare. En effet, il doit agir de cette façon, ou tout du moins faire semblant lorsque ce n’est pas possible. S’il est accusé d’avoir volé de l’argent ou d’avoir violé une personne, cela peut nuire à sa crédibilité. Mais quelques sectes ont fait un habile travail autour du gourou afin qu’il soit épargné. Ainsi, le gourou peut être le messager d’un saint mort, d’un ange, de Jésus, de  la Vierge Marie. De cette façon, ce que dit le leader demeure incontestablement vrai, car il agit à partir d’une Puissance supérieure et ainsi le chef de secte peut s’adonner à tous les plaisirs de la chair lui-même sans pour autant créer une contradiction. Après tout, il n’a jamais dit qu’il était parfait, ni plus saint que n’importe qui d’autre. Il est un peu plus à l’écoute des Sphères Supérieures, et en mesure d’entendre la voix d’une puissance également supérieure …

Bien sûr les messages reçus conviennent aux caprices du leader.

Les membres d’une secte peuvent penser qu’ils sont incompétents, faibles, stupides, ignorants, mais surtout ils pensent que ce sont des pécheurs. Ils sont régulièrement critiqués, honteux, ridiculisés, réduits, diminués, et tout ceci est répété sous des dizaines de formes différentes lorsque le leader ou ses acolytes pensent qu’ils ne sont pas assez bon pour le mouvement.

Cette caractéristique est parfois exprimée comme une infantilisation des membres : Ils se réfèrent au chef comme à un « Père », et celui-ci se réfère à eux comme à ses «enfants».

Les membres pensent également qu’ils ne sont nullement qualifiés pour juger le gourou ou son église. Et, en cas de désaccord, la règle numéro 1 s’applique : le gourou à toujours raison.

En outre, avoir des émotions négatives au sujet du culte ou de son chef est un «défaut» qui doit être corrigé.

Un corollaire à cette règle est la pratique de l’abaissement de l’estime de soi par une variété de méthodes:

-Les Aînés ou les membres de rang supérieur réprimandent les nouveaux membres en leur expliquant que leur travail ou leurs recherches spirituelles ne sont pas assez bonne. Encore une fois, les débutants seront maltraités (physiquement ou psychiquement) par le gourou et ses sbires jusqu’à ce qu’ils atteignent le niveau adéquat ou eux même se comporteront comme des aînés et feront subir aux autres ce qu’eux même ont subi.

 Il est une caractéristique universelle des mouvements sectaires est que, de l’avis du leader et des anciens, les nouveaux arrivants ne peuvent pas encore penser correctement. Ils ne sont pas assez « formaté » ou « pas assez spirituel ». Ils n’ont pas été membres assez longtemps, n’ont pas prié, chanté, médité assez longtemps, ou alors que leur désintoxication (drogue ou/et d’alcool) est trop récente…Etc. En fait, il y a toujours une raison (et il y en aura toujours).

-Les membres doivent se critiquer et se confesser de tous leurs péchés et de toutes leurs fautes (face au leader ou aux aînés). Ils doivent aussi parfois se livrer à des séances d’autocritique ou de confession publique. Ce genre de pratique est utilisé par tout le monde : que cela soit par des groupes maoïstes communistes chinois jusqu’aux pseudocultes chrétiens.

Parfois, les autres membres se feront critiquer dans des « thérapies de groupe », des sessions « psychologiques ».

D’après ORANGE,  traduction et modification par Christophe Jaming – Derive sectaire