Franklin Rausky : « Décrypter l’univers de la foi permet au croyant de purifier son rapport au sacré »

Propos recueillis par Sandrine Szwrarc, interview publiée dans le n°1242 d’Actualité Juive.

C’est un angle passionnant que décline ce dictionnaire dirigé par Franklin Rausky et Stéphane Gumpper sur les accointances entre raison et folie dans le cadre des expériences religieuses. Incroyablement actuel, cet ouvrage sur le traitement inédit des liens entre psychopathologie et religions vient de sortir en librairie comme l’évoque notre confrère Franklin Rausky (1).

Actualité Juive :Les lecteurs d’Actualité Juive connaissent bien votre signature dans le cadre de la rubrique « Perspectives » notamment.Ils savent moins que vous êtes un universitaire émérite. Pouvez-vous présenter vos différentes fonctions ?

Franklin Rausky :Merci pour votre élogieuse présentation, mais je me définis plutôt comme un universitaire atypique, avec un double parcours, assez singulier et vraiment pas conventionnel : des études en psychologie clinique et psychopathologie (Argentine, Paraguay, Israël et la France) et en sciences du judaïsme (Buenos Aires, New York, Jérusalem). Cette dualité thématique m’a conduit à devenir enseignant chercheur en psychologie à l’Université de Strasbourg et directeur des études à l’Institut Universitaire d’Études Juives Élie Wiesel de Paris. L’interface religion-psychologie m’a toujours interpellé, avec une question fondamentale : entre ces deux mondes de l’esprit, y a-t-il concorde ou conflit ?

Est-ce précisément dans le cadre de vos recherches que l’idée a germé de publier ce Dictionnaire de Psychologie et de Psychopathologie des Religions ?

Oui, incontestablement. Il y a encore quelques années, rares étaient les chercheurs en psychologie qui se passionnaient pour les rapports entre le psychique et le spirituel. Le monde du religieux était parfois oublié, comme une zone de superstition et d’obscurantisme. Avec mon ami et ancien doctorant Stéphane Gumpper, nous avons voulu offrir au lecteur ce qui a été exploré et expliqué depuis deux siècles, sur le sentiment religieux, ses voies et ses pièges, ses expressions les plus sublimes et ses dérives les plus morbides : prières, perversions, intuitions philosophiques, délires mystiques, extase, transe, musique, mélancolie… Soixante-dix auteurs, psychanalystes, sociologues, théologiens, philosophes, historiens, prêtres, rabbins, psychiatres, musicologues ont été invités à parler de leurs recherches et théories, en toute liberté, sans aucune censure.

Quels sont les principaux sentiments religieux évoqués concernant le judaïsme ?

De A à Z, voici quelques faits présentés : anorexie religieuse, Bible et psychologie, conspirations diaboliques imaginaires, démon de midi du livre des Psaumes, dibbouk (intrusion d’une âme errante dans le corps d’un être vivant), drogues hallucinogènes prophétiques, xénophobie… Nous vous laissons découvrir le reste : 1372 pages !

Ces explorations psychologiques ou mystiques du fait religieux ne risquent-elles pas de le désacraliser pour les individus croyants ?

Parmi les auteurs dont nous avons écrit la biographie se trouvent de nombreux croyants, juifs, catholiques, protestants, bouddhistes, hindouistes, musulmans. Par exemple, dans la constellation des savants juifs, Martin Buber, Yehezkel Kaufmann, Henri Baruk, Isidore Simon, Jiri Langer, Abraham Maslow, Viktor Frankl. Ils ont exploré, sans aucune complaisance, les tréfonds de l’expérience religieuse, avec ses lumières et ses ombres, et n’ont jamais abandonné leurs convictions spirituelles. Certes, d’autres auteurs d’origine juive, incroyants, ont gardé, tout au long de leur vie, un athéisme convaincu : Freud, Melanie Klein, W. Stekel, Karl Abraham. Nous ne partageons pas leur scepticisme, mais nous ne pouvons méconnaître leurs contributions. Nous ne vivons pas dans un ghetto mental clos. Je suis personnellement convaincu que décrypter l’univers de la foi, permet au croyant de purifier son rapport au sacré. La connaissance, l’analyse du sentiment du sacré, ne sont nullement un danger pour l’homme religieux. C’est l’ignorance qui constitue une menace, enfermant les sociétés dans des passions hostiles…

Le lien entre mystique et folie est ainsi un sujet à la fois fascinant et ardu. À quel public s’adresse votre ouvrage ? À tous ?

Ce dictionnaire, à la fois thématique (100 entrées) et biographique (250 notices) s’adresse à tous : aux croyants de toutes les confessions ; aux chercheurs, enseignants, étudiants, journalistes, écrivains, artistes, cinéastes. Il évite les complications inutiles. Il se veut résolument à la portée de tous.

Un dernier mot ?

Cet ouvrage aborde un sujet inédit et qui fera date dans le domaine de l’approche psychologique des religions : les passions extrêmes de la foi à la dérive, terreur au nom du divin, suicides collectifs, sectes, destructivité « vandalistique », fanatisme aveugle. Qui peut dire que cette galerie d’émotions appartient au passé ?

1. Sous la direction de Stéphane Gumpper et Franklin Rausky, « Dictionnaire de psychologie et psychopathologie des religions », Bayard,1372 pages,59 €

Source :