Greffe du coeur: la personnalité change-t-elle aussi?

Et si, en recevant un nouveau cœur, on recevait également des traits de personnalité du donneur?

Scène de chirurgie à l'école de médecine de Hanovre en 2012. Morris McMatzen/REUTERS– Scène de chirurgie à l’école de médecine de Hanovre en 2012. Morris McMatzen/REUTERS –
Samedi 24 mars, Dick Cheney a subi une transplantation cardiaque, après cinq infarctus au cours des 34 dernières années. Et si ce nouvel organe changeait la personnalité réputée glaciale de l’ancien vice-président?L’annonce du succès de l’opération a suscité à gauche une série de plaisanteries à ce sujet. «Dick Cheney a reçu un nouveau cœur, espérons qu’il soit plus empathique», a par exemple titré le blog Jezebel. «Il va peut-être devenir démocrate», suggère encore un lecteur dans un courrier au Los Angeles Times. Une transplantation cardiaque peut-elle changer la personnalité de quelqu’un?

Euphorie temporaire

Oui, mais probablement pas transformer un faucon en colombe. Les transplantations cardiaques entraînent toute une série de changements physiologiques et psychologiques importants, mais différents selon les individus. Un des effets les plus fréquents est tout simplement que ce nouveau souffle a tendance à rendre les patients plus heureux et plus optimistes, allant parfois jusqu’à l’euphorie temporaire.

Ceux qui souffrent d’insuffisance cardiaque grave pensent souvent qu’il ne leur reste plus qu’un ou deux ans à vivre et que leurs activités quotidiennes seront limitées par leur mauvaise circulation.Selon des études, plus d’une personne sur cinq souffrant d’insuffisance cardiaque serait dépressive. Ceux qui ont subi une greffe du cœur réussie peuvent s’attendre à vivre encore dix ans, voire plus, selon leur âge et leur état de santé général. Ils ont en outre tendance à se sentir plus en forme et leur alimentation est moins restreinte.

Le sang qui alimente leur cerveau est de meilleure qualité et cela peut améliorer leurs capacités intellectuelles. Un nouveau cœur n’apporte donc pas une nouvelle personnalité, mais avoir un cœur qui fonctionne peut changer vos perspectives.

Dépression passagère

La transplantation en elle-même peut toutefois être à l’origine de problèmes psychologiques chez certains patients. Le fait de devoir déconnecter temporairement le cœur pendant l’opération peut provoquer des pertes de mémoire à court terme, un déclin cognitif et une dépression passagère – un état surnommé en anglais «pumphead», du nom de la machine qui prend en charge les fonctions cardio-pulmonaires du patient dans le bloc opératoire.

Pourquoi cela arrive-t-il? Les médecins ne sont pas d’accord. L’une des théories est que cela est dû à un apport réduit en oxygène dans le cerveau pendant l’opération. Ces symptômes postopératoires peuvent aussi provenir de l’exposition des cellules sanguines aux surfaces étrangères de la machine cœur-poumons.

Pas de preuve scientifique d’une greffe de la personnalité

Les transplantés cardiaques sont quelques uns à raconter avoir reçu, en plus du cœur, certains traits de la personnalité de leur donneur, mais il n’y a pas de preuves scientifiques. L’histoire la plus connue est probablement celle de Claire Sylvia, ancienne danseuse professionnelle à qui on a greffé le cœur d’un jeune homme de 18 ans mort dans un accident de moto. Dans son livre intitulé Mon coeur est un autre, elle raconte qu’elle a commencé à avoir de folles envies de bière et de poulet du KFC après l’opération – des choses que le donneur appréciait.

Une poignée de chercheurs estiment que de tels traits de personnalité pourraient être transmis par les cellules du donneur, mais la plupart des cardiologues écartent l’idée. Un transplanté peut commencer à aimer des aliments qu’il ne pouvait pas manger avant l’opération, mais toute similarité avec les goûts du donneur ne serait que pure coïncidence.

Will Oremus

Traduit par Aurélie Blondel

L’Explication remercie Lawrence Czer du Cedars-Sinai Heart Institute et Joseph Rogers de l’université Duke.

 

Source : http://www.slate.fr/story/52625/explication-greffe-coeur-personnalite