Guatemala : un groupe Juif hassidique orthodoxe interdit de séjour

 

Par Joel Julien joel.julien @ trinidadexpress.com

Histoire Créé: Mar 7, 2014 21:33 ECT

Histoire Mise à jour: Mar 7, 2014 23:09 ECT

Les avocats représentant les neuf membres d’un groupe juif hassidique orthodoxe, qui se sont vu refuser Voyage au Guatemala quand ils sont entrés Trinité-et-Tobago, le lundi, ont appelé de leur immigration afin de rejet.

Le groupe est actuellement descendu à l’Hôtel Piarco International, qui est sous haute sécurité, en attendant une décision sur le recours.

La porte d’entrée de l’hôtel a été verrouillé.

Les personnes qui arrivent à l’hôtel sont interrogés par la sécurité.

Procureur général Anand Ramlogan a confirmé hier l’appel et a exprimé sa confiance au chef des services d’immigration traitera de la question « rapidement ».

Ramlogan a toutefois exprimé sa « vive inquiétude » une ordonnance de protection de l’enfant est actuellement violée en la matière.

Le lundi, vers 5 heures, neuf membres de Lev Tahor arrivés à Trinidad à bord d’un vol WestJet.

Le groupe, composé de six enfants et trois adultes, étaient en transit vers le Guatemala, par Trinité-et-Tobago, de Toronto, au Canada, quand ils sont arrivés à l’aéroport international de Piarco.

Lorsque les fonctionnaires de l’immigration ont interrogé le groupe, « les incohérences dans leurs réponses » ont été découverts.

Le groupe a été rejetée et informé de leur incapacité à voyager au Guatemala.

Ils ont refusé de retourner au Canada.

Avocat local Farai Hove Masaisai, qui se spécialise dans les cas d’immigration, a été contacté mardi.

Le mercredi, Masaisai a déposé une demande d’habeas corpus.

Justice Vashiest Kokaram entendu la demande sur un « cas d’urgence », le jeudi et a rejeté la demande.

S’adressant à l’Express hier, Masaisai dit alors qu’il n’a pas réussi à l’application avant Kokaram, la situation s’est avéré favorable, comme il a pu rencontrer ses clients.

Masaisai dit Avraham Dinkel, le porte-parole du groupe, a exprimé sa satisfaction d’être en mesure de le voir.

Dinkel, 22 ans, est le seul membre du groupe qui parle couramment l’anglais.

Il est le seul citoyen canadien au sein du groupe.

Les autres membres du groupe parlent yiddish.

Le groupe a critiqué les actions de l’immigration de ce pays.

« Nous avons tous crions au public à Trinité-et-Tobago ne pas donner un coup de main pour la persécution religieuse contre les filles, les garçons innocents, des mères et des pères, » correspondance d’un membre de Lev Tahor déclaré.

Dans un entretien jeudi soir avec TV6 journaliste Mark Bassant, Dinkel a déclaré que les mesures prises par les autorités locales sont persécutions politiques et religieuses, car ce pays ne veut pas affecter sa relation avec le Canada.

Il a affirmé le groupe ne reçoit pas la nourriture appropriée ni l’équipement nécessaire pour préparer la nourriture, d’autant plus qu’il se prépare à observer le sabbat (le samedi).

« Les autorités sont volontairement tentent de briser notre moral à nous faire revenir au Canada, » dit-il.

Dinkle dit allégations contre le groupe (au Canada) sont fausses et «antisémite» et les gens ont un ordre du jour, ajoutant que « beaucoup de choses dans les coulisses» n’était pas rapporté dans les médias canadiens.

Masaisai déclaré que le groupe a été montré que l’ordre de rejet, jeudi soir, lors de sa visite à l’Hôtel international de Piarco.

Masaisai hier a dit que c’était la plus longue qu’il ait jamais vu une situation comme celle prise à résoudre.

La situation a « échappé à tout contrôle », a déclaré Masaisai.

Il a appelé hier sur le processus devrait être prise avec la plus grande urgence.

Masaisai a signifié un avis d’appel au rejet afin Lev Tahor à hier matin le chef des services d’immigration.

Parce que le recours a été introduit, le Lev Tahor neuf ne peut pas être expulsé sans une enquête spéciale a lieu en premier.

Ramlogan exprimé sa confiance la question sera traitée « rapidement », ajoutant que le chef des services d’immigration a demandé un avis juridique sur la question.

« Le groupe est bien traité et nous nous assurons qu’ils sont traités de façon humaine et décente, en attendant la décision de l’appel », a déclaré Ramlogan.

Ramlogan dit l’Unité Autorité centrale est en liaison avec son homologue au Canada et a été informé que les enfants sont l’objet d’une ordonnance de protection de l’enfance dans la province de Québec au Canada.

L’ordre obtenu la garde des enfants au ministère de la protection de l’enfance au Québec.

Cette décision a été portée en appel.

La Cour d’appel de l’Ontario a rejeté hier l’appel et confirmé l’ordonnance du tribunal.

Ramlogan a déclaré que les allégations sont très graves et le bien-être des enfants est d’une «importance primordiale».

Source : Trinidad express newspaper – Traduction Google