Haute-Saône: la gourou présumée d’un groupe sectaire mise en examen et écrouée

BESANCON, 7 juin 2012 (AFP) – Une femme soupçonnée d’être la gourou d’un groupe sectaire et d’avoir fait travailler illégalement les membres de cette communauté implantée à Servance (Haute-Saône) a été mise en examen et incarcérée la semaine dernière, a-t-on appris jeudi de source judiciaire.

Elle est poursuivie pour « abus de la faiblesse d’une personne en état de sujétion psychologique », « exécution d’un travail dissimulé » et « escroquerie », a indiqué à l’AFP le procureur de Vesoul, Jean-François Parietti, confirmant une information du quotidien L’Est Républicain.

Depuis 2009, un groupe d’une vingtaine de personnes exploite la « Ferme des deux soleils », sous la direction de cette femme de 49 ans. Selon la gendarmerie, les membres ne sont pas rémunérés pour leur travail dans la culture biologique et financent le site.

« Les investigations ont permis d’associer les agissements du groupe à des dérives sectaires fondées sur la manipulation mentale et centrées autour d’une seule personne », a précisé le procureur.

Fin 2011, quatre personnes ont déposé plainte contre la quadragénaire. Ils l’accusent de les avoir endoctrinés et la désignent comme la « gourou » d’un groupe prônant le retour à la nature via l’agriculture biologique.

La mise en examen « réfute l’ensemble des accusations formulées à son encontre, dont celle de dérive sectaire », a indiqué le procureur. Lors de son audition, elle a estimé que les plaignants agissaient « par jalousie » pour un « but financier » et pour « détruire » l’exploitation.

Les quatre plaignants présentaient tous une fragilité psychologique au moment où ils ont recouru aux thérapies de cette femme, basées sur la technique japonaise du Reiki. Ils estiment leur préjudice personnel entre 6.000 et 100.000 euros.

Selon eux, la gourou présumée fait naître un fort sentiment de culpabilité chez ses patients en les associant à des personnes du passé, coupables d’atrocités, et se purifient grâce au discours ésotérique de la thérapeute, relais d’un supposé « guide ». Les patients rompent également leurs liens familiaux et sociaux.

La Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Milivudes) a récemment alerté l’opinion sur l’ »offre pléthorique » de « pseudo-thérapies s’appuyant sur une approche psychologisante » qui mène à la manipulation mentale.

source : 07/06/2012 18:06:18 GMT+02:00 #375920 DVBP 3216 DEK33 (4) AFP (388)