La Chine vise à bannir la superstition et promouvoir la connaissance

Par Ben Blanchard | Reuters  –  dim, 21 avril 2013

  • Les pratiquants de Falun Gong participent à une manifestation contre la répression chinoise sur les adeptes du Falun Gong devant l'ambassade de Chine à Bucarest Septembre 24, 2011.  REUTERS / Radu Sigheti
  • Voir la photoReuters / Reuters – pratiquants de Falun Gong participent à une manifestation contre la répression chinoise sur les adeptes du Falun Gong devant l’ambassade de Chine à Bucarest Septembre 24, 2011. REUTERS / Radu Sigheti

Par Ben Blanchard

PEKIN (Reuters) – La Chine a du mal à obtenir ses quelque 100 millions de croyants à bannir les croyances superstitieuses sur des choses comme la maladie et la mort, en haut du pays Affaires religieuses fonctionnaire a dit à un journal d’Etat.

Wang Zuoan , chef de l’ Administration d’Etat des Affaires religieuses , a dit qu’il y avait eu une explosion de la croyance religieuse en Chine avec boom économique de la nation, qu’il attribue à un désir de réconfort dans un monde de plus en plus complexe.

Alors que la religion pouvait être une force pour le bien dans officiellement athée Chine, il était important de s’assurer que les gens n’étaient pas induire en erreur, dit-il aux Study Times, un journal publié par l’École centrale du Parti, qui forme les fonctionnaires hausse.

«Pour un parti au pouvoir qui suit le marxisme, nous devons aider les gens à établir une vision du monde correcte et à traiter scientifiquement à la naissance, le vieillissement, la maladie et la mort, ainsi que la fortune et l’infortune, via la vulgarisation des connaissances scientifiques», at-il dit, dans de rares commentaires du public sur la politique religieuse du gouvernement.

« Mais nous devons réaliser que c’est un long processus et nous avons besoin d’être patient et travailler dur pour y parvenir », a ajouté Wang dans le dernier numéro des Study Times, qui a atteint abonnés dimanche.

«La religion a été autour pendant un temps très long, et si nous nous précipitons pour essayer de pousser pour obtenir des résultats et nous voulons immédiatement« libérer »les gens de l’influence de la religion , alors il va avoir l’effet inverse et pousser les gens dans la direction opposée.  »

Environ la moitié des adeptes d’une religion de la Chine sont chrétiens ou musulmans, avec les autres bouddhistes ou taoïstes demi, at-il dit, en admettant le nombre total réel des croyants était probablement beaucoup plus élevé que l’estimation officielle de 100 millions d’euros.

Wang n’a pas abordé des questions spécifiques, comme ce qui se passe après que le chef spirituel du bouddhisme tibétain en exil, le dalaï-lama meurt, relations irritables avec le Vatican ou le contrôle des musulmans dans la région du Xinjiang rétive à l’ouest.

groupes de défense des droits de l’homme affirment que malgré une garantie constitutionnelle de la liberté de croyance, le gouvernement exerce un contrôle étroit, en particulier sur les Tibétains, les Ouïgours musulmans du Xinjiang et les chrétiens, dont un grand nombre culte dans les églises souterraines.

« LURE de troubles »

Pékin a également une ligne dure sur ce qu’il appelle «sectes perverses », comme groupe spirituel interdit Falun Gong, qui l’accuse de répandre la superstition dangereuse.

Pourtant, alors que la religion a été sauvagement réprimée dans le chaos de la Révolution culturelle de 1966 à 1976, le gouvernement a adopté une approche beaucoup plus détendu depuis son embarquement sur les réformes économiques phares il ya trois décennies.

Le Parti communiste, qui valorise la stabilité au-dessus de tout le reste, a même essayé de coopter religion au cours des dernières années comme une force pour la paix sociale dans un pays où peu de gens croient dans le communisme, pas plus.

La Chine a évité l’extrémisme religieux qui s’est passé dans certains endroits, avec l’effondrement de l’Union soviétique ou les problèmes religieux observés avec les immigrés en Europe et aux Etats-Unis, a ajouté Wang, de quoi être fiers.

Pourtant, la Chine ne pouvait pas se reposer sur ses lauriers.

«La religion défend essentiellement la paix, la réconciliation et l’harmonie … et peut jouer son rôle dans la société », a déclaré Wang.

« Mais en raison de divers facteurs complexes, la religion peut devenir un leurre pour les troubles et l’antagonisme. Regardant l’état de la religion dans le monde d’aujourd’hui, nous devons être très clairs sur ce point. »

(Édité par Robert Birsel)

Source : http://news.yahoo.com/china-says-aims-banish-superstition-promote-knowledge-055415307.html

Traduction Google