La secte des « juifs talibans » décide de s’installer durablement en Iran.

21 novembre 2013  |   Classé dans: Judaïsme,L’Actualité dans le Monde  |   Publié par: Alyaexpress-News

PHOTO: ALAIN ROBERGE, LA PRESSE

PHOTO: ALAIN ROBERGE, LA PRESSE

Le rabbin de Lev Tahor, Shlomo Helbrans, est celui qui dirige cette communauté juive plutôt mal-connue. Le dirigeant clame que les Juifs doivent attendre le Messie pour former un État. Comme certains autres orthodoxes, il ne reconnaît donc pas l’État d’Israël et peuvent en arriver à brûler son drapeau.

Le site Times of Israel affirme que la secte juive basée dans la ville de Sainte-Agathe du-Mont, dans la province canadienne du Québec, a annoncé que les familles souhaitent s’installer durablement en Iran. Mais pour quelle raison ?

La secte Helbrans fait partie des rejetons de la direction extrémiste, connu sous le nom de «juif taliban ». Les femmes y portent des vêtements rappelant la burqa afghane, le visage et la silhouette couvertes, et les enfants sont soumis à de lourdes peines. Les familles qui ne respectent pas l’un des commandements du judaïsme sont «punis»sévèrement.

Shlomo Helbrans était au Canada en tant que réfugié, car selon lui lorsqu’il habitait à Beth Shemesh en Israël, il a été persécuté pour ses opinions anti-sionistes. La plupart des membres de sa secte ont la citoyenneté israélienne, seul cinq ont obtenu le statut légal au Canada.

Plusieurs personnes ont protesté lorsque le Canada lui a accordé le statut de réfugié, il y a bientôt 10 ans, ce qui lui a permis d’entraîner ses fidèles à Sainte-Agathe. Au milieu des années 90, alors qu’il vivait à New York, Shlomo Helbrans a fait deux ans de prison pour avoir abusé de son autorité vis-à-vis d’un élève de 13 ans, qui avait abandonné sa famille pour lui.

Longtemps poursuivi par des accusations d’abus d’enfants et de négligence grave, les 40 familles du groupe hassidique insulaire Lev Tahor ont fui leurs maisons mardi à Ste. Agathe, Québec, craignant la suppression imminente de l’aide sociale des enfants par les autorités canadiennes.

Selon Oded Twik, un israélien dont la sœur et huit enfants ont vécu avec Lev Tahor ces huit dernières années, le ministère des Affaires étrangères et la police israélienne ont travaillé toute la nuit du mardi pour obtenir des informations sur la sécurité des enfants.

Environ 200 personnes se sont rendues dans trois bus en Ontario, où ils ont loué un petit nombre de chambres d’hôtel.  »Les services de police canadiens ont confirmé que le groupe prévoyait de se rendre en Iran », a déclaré Twik.

Canadian Embassy protest (photo credit: courtesy of Oded Twick)

Oded Twik a exhorté les autorités canadiennes de récupérer les 137 enfants de la communauté. Des dizaines de membres de la famille et les partisans ont assisté à une manifestation devant l’ambassade du Canada à Tel Aviv le 14 Octobre. Beaucoup de membres de la famille n’ont pas communiqué avec leurs parents pendant huit ans.(…)

Suite de l’article