Le curé de Bugarach veut vite tourner la page

Par Angélique NégroniMis à jour le 21/12/2012 à 10:12 | publié le 21/12/2012 à 09:59

INTERVIEW – L’abbé Delpech, qui dirige la paroisse dont dépend Bugarach, assure qu’il a «autre chose à dire que d’évoquer toutes ces bêtises».

L’abbé Delpech qui dirige une paroisse rassemblant 75 communes, dontBugarach, célèbre la messe à Quillan, la ville principale du coin, tous les samedis à 18 h. Plus d’une fois, auprès de ses paroissiens, il a évoqué ces prophéties de fin du monde. Samedi, prochain, il y fera juste allusion car, dit-il, «les gens d’ici en ont assez de toutes ces prédictions.»

LE FIGARO. – Concernant Bugarach, le village qui soi disant sera épargné par la fin du monde, avez-vous eu une attention particulière?

Abbé DELPECH. – Il y a an et demi, quand on a commencé à parler de toutes ces prophéties, j’ai décidé d’écrire un texte que j’ai affiché au fond de la petite église de Bugarach. J’y évoquais l’Évangile selon Matthieu, chapitre 24, et ses serments 35 et 36. À propos de l’Apocalypse, il y est dit: quant à ce jour et quant à cette heure, nul ne les connaît, pas même les anges des Cieux, pas même le Fils, mais seul le Père. Alors, comment des gens pourraient-ils connaître ce que le Christ ne connaît pas lui-même?

Avez-vous déjà parlé de ces croyances qui circulent sur le Web à Quillan où vous célébrez la messe?

Je l’ai évoqué. On est dans l’année de la foi décrétée par Benoît XVI. Quand on parle de la foi, il y a l’idée de confiance en Dieu et c’est bien entendu très loin de toutes ces idées apocalyptiques.

Samedi, au lendemain de cette date présentée comme la fin du monde, allez-vous revenir sur ces prédictions lors de votre sermon?

J’y ferai juste allusion.. Les gens d’ici qui ont les pieds sur terre en ont assez de toutes ces histoires. Les chrétiens ne sont pas touchés par tout ce qui s’est dit. Je vais surtout indiquer qu’il convient de continuer à vivre en aimant Dieu et son prochain. Il est temps de tourner la page. Bientôt c’est Noël, et j’ai autre chose à dire que d’évoquer toutes ces bêtises.

Source : http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2012/12/21/01016-20121221ARTFIG00316-le-curee-de-bugarach-veut-vite-tourner-la-page.php