Le danger des sectes en Belgique – illusion ou réalité ?

Colloque organisé par la Fédération royale des officiers et hauts fonctionnaires de la police belge – section Bruxelles

La problématique sectaire dans notre pays reste, encore aujourd’hui, un phénomène particulièrement obscure qui suscite bien des questions souvent relayées par les médias à l’occasion d’événements dramatiques.

Selon le directeur du Centre d’Avis et d’Information sur les Organisations Sectaires Nuisibles (CIAOSN), 1200 sectes seraient actives en Belgique. Que savons-nous de leur fonctionnement, de leur mode de recrutement, de leurs manipulations, de leur influence néfaste sur les plus vulnérables de notre société ? Quels dégâts financiers, sociaux, familiaux, physiques et même psychiques occasionnent-elles chez leurs adeptes ?

La loi sur la fonction de police impose aux fonctionnaires de police le devoir d’assistance, d’une écoute et d’une dispense d’une bonne information aux victimes d’infractions.

Face à la problématique sectaire et à ses nuisances, la police a donc un rôle à jouer !

La magistrature, également consciente de la nécessité de réagir, s’est dotée de magistrats spécialisés.

Et d’autre part, des organisations et associations à but social s’investissent dans l’aide et l’encadrement de victimes de pratiques sectaires nuisibles. Comment ces divers acteurs s’attaquent-ils au problème ? De quels moyens disposent-ils pour détecter, poursuivre et combattre ce phénomène ?

La police locale et en particulier ses policiers de quartier peuvent et doivent contribuer à la détection de comportements liés à des influences sectaires.

Ce séminaire a pour objectif d’ouvrir le sujet à la réflexion et la discussion, de sensibiliser plus avant les pouvoirs publics et de tenter de trouver une réponse aux questions maintes fois abordées dans cette problématique.

Organisation

Fédération royale  des officiers et hauts fonctionnaires de la police belge – section Bruxelles

Tarif

30-75 €

Quand

mardi 10 juin 2014

First Euroflat hotel
50 bd Charlemagne
1000 Bruxelles

Public cible

Policiers locaux et fédéraux, autorités administratives et judiciaires, fonctionnaires communaux et fédéraux, le milieu académique, magistrats et stagiaires, étudiants, …