Le pape dénonce « les idéologisations » du message évangélique et vante la foi populaire

Par LEXPRESS.fr, publié le 

Avant de quitter Rio de Janeiro, le pape François a dénoncé dimanche « les idéologisations socialisantes » ou « restauratrices » du message évangélique, vantant au contraire la solidité de la foi populaire.

Le pape dénonce "les idéologisations" du message évangélique et vante la foi populaire
Avant de quitter Rio de Janeiro, le pape François a dénoncé dimanche « les idéologisations socialisantes » ou « restauratrices » du message évangélique, vantant au contraire la solidité de la foi populaire.

YASUYOSHI CHIBA / AFP

Le pape François, avant de quitter Rio de Janeiro, a dénoncé dimanche « les idéologisations socialisantes » ou « restauratrices » du message évangélique, déplorant l’immaturité de nombreux laïcs latino-américains et vantant la solidité de la foi populaire.

Jorge Mario Bergoglio a tenu, malgré son programme harassant, à rencontrer, à la fin des Journées mondiales de la jeunesse (JMJ) le Comité de coordination du CELAM (Conseil épiscopal des évêques d’Amérique latine et des Caraïbes) pour faire le point, six ans après, des fruits de la grande conférence d’Aparecida dont il avait été le rapporteur.

Critique de la théologie de la libération

La « réduction socialisante », « l’idéologisation a été, à certains moments, très forte », a observé le pape devant des centaines d’évêques réunis à la résidence de Sumaré, à Rio, en faisant allusion sans la citer à la théologie de la libération.

Cette « prétention interprétative selon les sciences sociales » recouvre « les champs les plus variés : du libéralisme de marché aux catégories marxistes », a-t-il dénoncé. Dans l’autre sens, des tentations de « restauration » se développent, s’est-il inquiété. « Devant les maux de l’Église, on cherche une solution seulement disciplinaire, par la restauration de conduites et des formes dépassées qui n’ont pas même culturellement la capacité d’être significatives », a-t-il déploré.

« En Amérique Latine, de petits groupes, quelques Congrégations religieuses nouvelles recherchent une sécurité doctrinale ou disciplinaire. Cette proposition cherche à récupérer le passé perdu ».

Dérive « élitiste »

Le pape François a dénoncé d’autres dérives, comme « l’idéologisation psychologique ». Dérive « élitiste » qui « réduit la rencontre avec Jésus-Christ à une dynamique d’auto connaissance » dans les cours de spiritualité, les retraites spirituelles, etc. Les « groupes d’élites faisant la proposition d’une spiritualité supérieure constituent une autre dérive, gnostique », a ajouté le pape.

François a encore dénoncé « le fonctionnalisme », « paralysant » qui cherche « l’efficacité » et « les statistiques » et s’enthousiasme davantage pour la « feuille de route » que pour la route. Et encore les « entrepreneurs » de l’Église, qui prône « une sorte de théologie de la prospérité ».

« Le cléricalisme, tentation très actuelle en Amérique Latine » est à nouveau dénoncé par François: « le curé cléricalise, et le laïc lui demande à être cléricalisé, c’est une complicité pécheresse! ». Le cléricalisme explique « en grande partie le manque de maturité et de liberté chrétienne dans une bonne part du laïcat latino-américain ». « Ou bien il ne grandit pas –la majorité– ou bien il se blottit sous les couvertures des idéologisations », a analysé le pape argentin. […]

Suite de l’article