Le petit Britannique Ashya King se rend à Prague pour être soigné

La Haute Cour de Londres a finalement «autorisé» vendredi le transfert du petit garçon à Prague, alors qu’il avait été placé la semaine précédente sous tutelle de la justice britannique.

Le petit Britannique Ashya King, atteint d’une tumeur au cerveau, a quitté lundi en ambulance l’hôpital de Malaga, dans le sud de l’Espagne, pour se rendre en avion à Prague, comme le souhaitaient ses parents qui l’avaient fait sortir sans autorisation d’un hôpital anglais.

L’odyssée semée de rebondissements qui a mené le petit garçon, opéré récemment d’une tumeur au cerveau, et sa famille à traverser en voiture le sud du Royaume-Uni, la France puis l’Espagne, la police à leurs trousses croyant à un enlèvement, touchait à sa fin après le départ de l’ambulance de l’hôpital vers 8 h 15.

Âgé de cinq ans, Ashya King, alimenté par une sonde naso-gastrique, devait s’envoler pour Prague dans la matinée à bord d’un avion privé médicalisé affrété par sa famille afin de suivre une protonthérapie au Proton Therapy Center (PTC). L’appareil possède «toutes les garanties et conditions que nous leurs avions demandé», avait assuré dimanche à la presse un représentant du gouvernement d’Andalousie, Daniel Pérez. A son arrivée à Prague, Ashya King sera admis dans un premier temps dans un autre hôpital, celui de Prague-Motol, a-t-on appris samedi auprès de cet établissement.

Plus tôt la semaine dernière, le Proton Therapy Center avait affirmé que l’enfant devrait d’abord retourner en Grande-Bretagne pour y subir deux cycles de chimiothérapie. «Si la famille King est d’accord, Ashya pourra suivre à Prague non seulement la protonthérapie, mais aussi la chimiothérapie», avait ensuite indiqué vendredi Iva Tatounova, une responsable du PTC.

La protonthérapie moins chère en République tchèque qu’aux Etats-Unis

Technique de radiothérapie visant à détruire les cellules cancéreuses en les irradiant avec un faisceau de particules, la protonthérapie coûte en République tchèque environ 1,8 million de couronnes (65 000 (…)

Lire la suite sur Liberation.fr