Le témoignage choc d’une ex-Femen

VIDÉO – Cette Française qui a participé à la profanation de Notre-Dame de Paris décrit des méthodes sectaires.

Le très contesté mouvement des Femen se lézarde de l’intérieur. Dans un livre en préparation, Alice (*), Femen qui a quitté le mouvement après un an et demi d’activisme, livre un témoignage édifiant. La «sextrémiste», une trentenaire française travaillant à Paris, raconte sa «déception», notamment sur la «désorganisation», la «discrimination» au sein du mouvement, «les revendications féministes que le groupe n’applique pas en son sein», confie-t-elle au Figaro.

Sur les méthodes, elle décrit aussi l’emprise, le lissage de la pensée, la reconfiguration mentale. «On prépare ton esprit à l’intérieur pour l’extérieur», «tu n’existes plus en tant qu’individu», «tu ne penses plus par toi-même mais par le groupe, tu ingurgites ce qu’on t’apprend», «Femen transforme ton corps et ton esprit», témoigne-t-elle. «Répéter encore et toujours les principes fondamentaux(…), il fallait que ça rentre pour qu’à notre tour ça puisse sortir mécaniquement, comme une leçon apprise sur le bout des doigts», poursuit-elle. «On se sent comme aspirée naturellement, sans violence, vers un total lâcher-prise vis-à-vis du groupe et de la volonté à l’esprit critique (…) Et celles qui s’expriment un peu trop ne tarderont pas à quitter “de leur plein gré” le mouvement».

Désillusion

«Première prise de pouvoir sur l’individu, la disponibilité», dit encore celle qui devait rester disponible 24 heures sur 24, au détriment de son travail et de son couple. «Tu acceptes lentement une soumission que tu refuses à l’extérieur, analyse-t-elle. Tu étais venue pour combattre quoi déjà? Ah oui! La soumission des femmes sous couvert de patriarcat». Et «tu gagnes quoi? Le droit de te dire le soir quand tu rentres chez toi seule, que tu t’es battue pour une liberté à laquelle tu n’as toi-même pas droit».

La désillusion redouble en réalisant ce paradoxe: contrairement à l’idéologie qu’elles défendent, les Femen «ne respectent pas les femmes, les chefs de bande traitant leurs recrues comme de la chair à canon», résume son agent littéraire, Omri Ezrati. C’est la première fois qu’une Femen ose témoigner contre le clan. Première fois aussi qu’une réelle infiltrée, a contrario de journalistes qui avait témoigné après quelques semaines d’immersion, raconte en détail son vécu, au jour le jour, du recrutement à l’endoctrinement, des entraînements au combat aux actions nues dans la rue. Alice était de celles qui ont profané la cathédrale Notre-Dame de Paris le 12 février 2013.

Autre déception, l’absence de confiance. «Il n’y en a pas dans ce groupe, déplore-t-elle. Apprendre qu’une action vient d’être faite par Facebook ou BFM, c’est un peu chiant quand on s’investit à hauteur de dévotion. Comment doit-on se sentir quand on nous utilise une heure et qu’on nous ignore la seconde d’après? Un objet a ce rôle. On s’en sert et puis on le pose, jusqu’à ce qu’on ait à nouveau besoin de lui». Autant de raisons qui feront «s’éteindre le mouvement», qui «ne peut être viable avec de tels principes», selon elle. Déjà, la quarantaine d’activistes est passée à une quinzaine seulement aujourd’hui», dit-elle. Pour autant, Alice ne renie rien de son expérience et revendique toujours l’idéologie Femen. C’est pourquoi elle ne peut être une «repentie», souligne-t-elle, «juste une déçue».(…)

Suite de l’article