Le temple mormon et ses nuisances

La construction du temple mormon du Chesnay (Yvelines), boulevard Saint-Antoine, suscite ses premières nuisances.

Dernière mise à jour : 20/06/2014 à 09:29

 

Jeudi dernier, les pelles s’activaient toujours pour déblayer un gigantesque tas de terre et de gravats.
Jeudi dernier, les pelles s’activaient toujours pour déblayer un gigantesque tas de terre et de gravats.

Le temple mormon du Chesnay. Le sujet a fait et fera encore couler beaucoup d’encre. En attendant, le chantier progresse à grands pas pour faire sortir de terre une église avec un parking de 147 places, une résidence hôtelière, un logement de gardien et un pavillon. Le tout se dressera sur une superficie de 9 100 m2 avec un jardin paysager ouvert au public.
Ces derniers mois, le site a radicalement changé de visage. Les anciens locaux d’EDF/GDF ont été rasés après une longue phase de désamiantage. Deux immenses grues ont été installées. Au fond d’un gigantesque trou, les ouvriers commencent à couler les premières fondations tandis que les rebords sont étayés par d’immenses poutres en acier. 

Du bruit et de la poussière

Avec le retour des beaux jours, l’activité intense sur le site suscite certains désagréments que les riverains redoutent encore plus pendant l’été.
Le va-et-vient des camions est incessant pour terminer de retirer les déblais du trou. «Ca n’arrête pas. Entre les pelles qui chargent la terre et les gravats, les camions avec leur bip de recul, le vacarme commence trop tôt le matin, estime un retraité, tirant son cabas à roulettes. Je reste chez moi cet été et je m’inquiète de ce que ça va donner dès que je vais ouvrir les fenêtres. Sans parler du bruit des marteaux-piqueurs qui se répercutent d’immeuble en immeuble comme l’écho. Les mormons… On s’est résignés à ce qu’ils viennent. Le bruit, on aimerait en avoir beaucoup moins.»
Une autre nuisance est pointée du doigt par les automobilistes cette fois-ci. «Souvent, plusieurs camions attendent de pouvoir rentrer sur la zone de chargement et de déchargement longeant la contre-allée du boulevard Saint-Antoine. Et nous, on se retrouve derrière pendant plusieurs minutes à perdre notre temps. C’est casse-pieds, même si un ouvrier essaye toujours de dégager l’axe.»
Et un autre riverain de poursuivre  : «Pourquoi des plateformes de stationnement  n’ont pas été créées dans la propriété des mormons ?»
«Il faut reconnaître que les alentours sont propres, tempère une habitante. Bien sûr, cela génère beaucoup de poussière, mais on ne peut pas dire que les ouvriers laissent traîner des papiers gras de leur déjeuner ou des emballages de matériaux.»
Pour retrouver un peu de calme, il faudra patienter plusieurs mois. La date de fin de chantier n’est pas encore connue.

Source : lesnouvelles