L’Église de Scientologie devant la cour européenne

 

Publié le 23/09/2013

Les recours intentés par la scientologie contre le ministère public belge ont été rejetés par la cour européenne. Pourquoi ?

Par Roseline Letteron.

Une église scientologue à Washington D.C

Les intérêts de la Scientologie à travers le monde sont confiés à une armée d’avocats très bien rémunérés. Ils ont certes pour mission de la défendre lorsqu’elle fait l’objet de poursuites, mais ils utilisent aussi la voie contentieuse à d’autres fins, pour retarder d’éventuelles condamnations et développer des campagnes de communication destinées à montrer que les scientologues sont victimes d’atteintes à leur liberté religieuse. Le combat judiciaire est donc un des multiples outils employés pour affirmer la légitimité d’un mouvement généralement considéré comme sectaire.

L’arrêt rendu le 19 septembre 2013 par la Cour européenne, asbl Église de scientologie c. Belgique vise précisément à contester la conformité aux principes fondamentaux du droit pénal d’une procédure engagée par les juges belges pour escroquerie et abus de confiance en 1997. Différentes perquisitions ont eu lieu en septembre 1999 contre le mouvement constitué en droit belge sous forme d’une association sans but lucratif (asbl). Dans les jours qui ont suivi, le juge d’instruction a publié un communiqué de presse, très factuel, précisant qu’aucune inculpation n’avait encore été prononcée. Les médias, de leur côté, ont diffusé des informations de « sources proches du dossier », affirmant que bon nombre d’entreprises commerciales liées à la Scientologie réalisaient de substantiels bénéfices au détriment des adeptes, et que l’église détenait  sur eux des fichiers illégaux.

Devant ces accusations, la Scientologie a opéré une contre-attaque judiciaire massive, en déposant toute une série de plaintes dirigées contre le ministère public belge. Il est d’abord accusé d’avoir violé l’article 6 § 1 de la Convention européenne des droits de l’homme, garantissant le droit à un juste procès. Le procureur se voit en effet reproché  d’avoir fait connaître son opinion sur les faits imputés au mouvement sectaire, avant que le réquisitoire ait été présenté. Il est aussi accusé d’avoir porté atteinte à la présomption d’innocence garantie par l’article 6 § 2 de la Convention, puisque des éléments du dossier ont été transmis aux médias.

L’irrecevabilité de fond

La Cour européenne ne rejette pas les moyens au fond, mais déclare, à l’unanimité, la requête irrecevable. On pourrait s’en étonner, dès lors que le droit français ne connaît que les irrecevabilités de forme, mais le droit de la Convention européenne connaît aussi une irrecevabilité pour « défaut manifeste de fondement » (art. 35 § 3 a). Elle ne vise pas seulement les requêtes que l’on pourrait qualifier de fantaisistes mais celles qui, « à la suite d’un examen préliminaire de son contenu, ne révèle aucune apparence de violation des droits garantis par la Convention, de sorte que l’on peut la déclarer irrecevable d’emblée ». 

Le droit à un juste procès et la procédure globale 

Une grande part des déclarations d’irrecevabilité de ce type concernent des requêtes invoquant, comme c’est le cas dans l’affaire asbl Église de Scientologie c. Belgique, une violation de l’article 6 § 1. En effet, le droit à un procès équitable ne vise que la régularité de la procédure contentieuse, la manière dont le juge interne a respecté l’égalité entre les parties tout au long de l’affaire, jusqu’à la décision finale. Il s’agit donc d’une appréciation globale, principe acquis avec la décision Star Epilekta Gevmata et a. c. Grèce du 6 juillet 2010.

Dans l’affaire asbl Église de Scientologie c. Belgique, la Cour rappelle donc, logiquement, que l’équité de la procédure ne peut s’apprécier que dans son ensemble, une fois que les juges internes ont statué définitivement sur l’affaire (par exemple : CEDH 2 mars 2000, Beljanski c. France). En l’espèce, la Cour européenne est saisie alors que les décisions de justice relatives aux recours de la Scientologie ne sont toujours pas intervenues. La globalité de la procédure ne peut donc être appréciée au regard de l’article 6 § 1 de la Convention.

La présomption d’innocence : cherchez la preuve

En ce qui concerne la présomption d’innocence, garantie par l’article 6 § 2 de la Convention européenne des droits de l’homme, la Cour reconnaît qu’une telle atteinte peut être le fait des autorités publiques et judiciaires d’un État. Que leurs propos soient ou non repris dans la presse est sans effet sur leur responsabilité en matière de présomption d’innocence. En revanche, ces propos doivent effectivement « donner à penser qu’une autorité de ce type considère l’intéressé comme coupable, alors qu’il n’a pas été définitivement jugé tel« . De fait, les autorités de l’État doivent rechercher un équilibre entre la nécessaire information du public sur les enquêtes en cours et la réserve que commande le respect de la présomption d’innocence (CEDH, 10 février 1995, Allenet de Ribemont c. France).(…)

Suite de l’article