L’Église de scientologie est-elle sous enquête pour trafic humain?

1149622

Selon un ancien éditeur du Village Voice, l’organisation fait l’objet d’une enquête du Département de la Sécurité Intérieure des États-Unis.

Tony Ortega, autrefois à l’emploi de l’hebdomadaire new-yorkais, s’intéresse depuis de nombreuses années à l’Église de la Scientologie et, selon le site à potins Radar, s’apprête à publier un de ces fameux livres «choc» sur la religion de prédilection des Tom Cruise, Kirstie Alley et Bart Simpson de ce monde.Selon une entrée laissée sur son blogue le 14 décembre dernier, M. Ortega allègue que le Département de la Sécurité Intérieure des États-Unis enquête depuis le printemps dernier sur l’organisation après avoir reçu des informations privilégiées en lien avec les conditions de travail des membres de la Sea Organization. Cette faction, constituée des scientologues les plus dédiés, ressemble davantage à un culte qu’à une organisation communautaire: liés à l’Église par des contrats fantaisistes de milliards d’années, les membres ne peuvent s’adresser à leurs coreligionnaires autrement qu’en utilisant le pronom «Sir», ce qui, selon le témoignage d’une ancienne adepte publié sur le site Daily Beast, inclue même leur chère maman, leur famille immédiate et les femmes. De plus, les conjoints désireux d’avoir des enfants au sein de la faction du Sea Org doivent d’abord se retirer de l’organisation temporairement pour ensuite confier leur enfant à la communauté lorsque ce dernier atteint l’âge de six ans, une pratique parfois citée comme étant l’une des causes potentielles du divorce entre Katie Holmes et Tom Cruise.

Dans l’enquête actuelle sur l’Église de la Scientologie, les forces policières américaines s’intéressent particulièrement aux conditions de travail des enfants âgés de moins de dix ans au sein du Sea Organization, selon les témoignagesde quatre anciens adaptes rencontrés par l’ancien éditeur du Village Voice. Selon eux, les enfants confiés à la communauté du Sea Organization «travaillent de longues heures et effectuent des tâches de subalternes en recevant peu ou rien en échange». De plus, selon ces témoins, «plusieurs scientologistes, jeunes et vieux, racontent travailler dans des conditions inhumaines dans un état de servitude involontaire, dans des endroits où les contacts avec les membres de la famille et le monde extérieur sont impossibles.». C’est cet état d’asservissement qui aurait déclenché cette enquête pour trafic humain, que le Département de la Sécurité intérieure lui-même a toutefois refusé de confirmer.

Le repaire le plus célèbre des membres de la Sea Organization est probablement le fameux Freewinds, ce bateau de croisière géant servant à la fois de lieu de ressourcement et d’éducation aux membres les plus en vue (et en moyens) de l’Église. Devra-t-on ajouter lieu de trafic humain à cette liste?

Gab

Source : http://starsexperts.ca/2012/12/l%C3%A9glise-de-scientologie-est-elle-sous-enqu%C3%AAte-pour-trafic-humain.html