Les Femen, une secte ? La leader du mouvement féministe répond

Attaquée par une ancienne Femen pour ses méthodes d’endoctrinement, dénoncée par un député UMP pour ses pratiques à caractère sectaire, la leader des Femen a répondu à ces accusations dans une tribune publiée jeudi.

Les accusations se sont multipliées cette semaine à l’encontre des Femen, mais leur leader Inna Schevchenko réplique point par point. Une ancienne militante du mouvement féministe qui a participé à la profanation de Notre-Dame de Paris  a dénoncé dans une interview auFigaro publiée mardi les méthodes d’embrigadement qui auraient cours dans l’association féministe. « On prépare ton esprit de l’intérieur pour l’extérieur », a-t-elle notamment expliqué. Parallèlement, le député UMP Georges Fenech est convaincu que les Femen sont une secte, si bien qu’il a estimé lundi que la Mission interministérielle de lutte contre les sectes (Milivudes) devait demander la dissolution du mouvement féministe dont les actions, selon lui, « s’apparentent à des pratiques à caractère sectaire ».

Inna Schevchenko a décidé de répliquer à « tout ce petit monde [qui] n’a qu’un seul objectif : dissoudre Femen », selon ses propres termes. Elle s’est exprimée sans détour dans une tribune publiée ce jeudi par leHuffington Post. A propos du témoignage de l’ancienne Femen -qui a provoqué « l’ébullition » au sein du mouvement selon des informations du Figaro publiées ce jeudi-, elle reconnaît qu’il règne une « atmosphère martiale » dans le groupe.

« Femen n’est pas une bande de potes »

« Cette femme […] raconte qu’il existe une hiérarchie au sein du mouvement  et que l’atmosphère n’y est pas très amicale, explique la chef de file des Femen en France. Je ne  démentirai pas ces informations ». « Femen n’est pas une bande de potes, mais un groupe militant. Nous sommes unies, non pas pour sortir boire des verres, mais pour se battre. L’atmosphère est martiale. Oui, nous avons une hiérarchie affirmée (…) qui nous permet de  mener à bien des opérations complexes », poursuit-elle.

Ce à quoi  l’ancienne Femen a répondu par l’intermédiaire de l’AFP : « On n’est pas là pour boire des verres mais il y a un minimum de respect à  avoir […] des filles sont ostracisées parce qu’elles ne répondent pas aux critères physiques ou qu’elles ne sont pas assez branchées ».

Etre considérées comme sectaires, « nous n’avons aucun problème avec ça »

Inna Schevchenko répond aussi au député UMP Georges Fenech qui souhaite la dissolution des Femen. « Si les féministes et les humanistes sont à présent considéré-e-s comme sectaires en France, nous n’avons aucun problème avec ça. Et tant que cela sera  affirmé par des bigots qui préfèrent jurer sur la Bible plutôt que sur la  Constitution, nous continuerons à les combattre, avec joie », clame-t-elle, avant d’ajouter : « Pour être honnête, nous trouvons un malin plaisir à voir les fascistes bondir à cause de nous ».(…)

Suite de l’article