L’étrange portrait-robot du “gourou-thérapeute”

19/04/2013 | 10h28
Sébastien Tellier.

Un rapport du Sénat, publié le 3 avril, s’est intéressé aux “dérives sectaires” dans le domaine de la santé. Se dégage du document une cible aux contours flous : le charlatan qui soigne avant tout son compte en banque.

Les sénateurs s’inquiètent. La médecine, cet “espace de rationalité”, serait de plus en plus noyauté par des “comportements sectaires” en tout genre. Dans un rapport sur “l’influence des mouvements à caractère sectaire dans le domaine de la santé“, déposé le 3 avril dernier, les sénateurs dressent le portrait-robot d’un coupable méconnu : le gourou thérapeute.

Trois cas trash 

Pour illustrer les dangers de l’emprise mentale sur la santé des corps, nos élus citent des cas fameux. En voici trois qui reviennent en boucle dans le rapport.

Robert le Dinh alias “Tang”. Egalement surnommé le “troisième messie” ou le “Saint Elu”, Tang a piloté pendant deux décennies un groupe d’enseignement mystique chrétien. Le saint homme s’est fait condamnerl’an passé à dix ans de réclusion pour “agressions sexuelles aggravées”.

La “gourelle” canadienne Gabrielle Fréchette aka “Serena”. Des enquêteurs québécois lui avaient passé les menottes après que l’une de ses disciples, Chantal Lavigne, soit décédée. L’adepte a été victime d’une expérience de “sudation”. Enduite de boue et d’une pellicule de plastique, elle était restée neuf heures debout dans du carton…

Sans oublier Thierry Tilly et les “Reclus de Monflanquin”. L’homme,condamné à 8 ans de prison fin 2012, a persuadé une famille d’aristocrates qu’ils étaient visés par un complot. Le parquet avait poétiquement qualifié cette emprise – qui dura 10 ans – de “vampirisation financière et morale“.

Spirale de consultations et de stages

Les rapporteurs insistent à maintes reprises sur ces différents cas. Ils reconnaissent cependant que “le pouvoir du pire Charlatan n’est pas nécessairement à la hauteur de celui des Tilly, Tang et autres bourreaux“.

La forme d’emprise exercée par le thérapeute-gourou se manifeste chez ses victimes par une quête incessante de soins (pour les malades) et de formations (pour les disciples). La victime est ainsi entraînée dans une spirale incessante de consultation ou de stages qui par ailleurs ne sont pas sans conséquence sur ses revenus…

Pour dénicher cet ennemi du serment d’Hippocrate, le 14 février dernier, les sénateurs ont envoyé une délégation au salon du bien-être de Paris. C’est un peu comme si, de son vivant, une Margaret Tatcher déguisée était aller voir un match de foot au sein d’un groupe ultra. Elle aurait surement flippée en entendant ça :

[youtube https://www.youtube.com/watch?v=x-4FJcnX0i8?feature=oembed]

La visite au salon du bien être a “confirmé combien l’offre de soins non classiques dans notre pays est considérable“. Les élus ont découvert une kyrielle de discipline au nom franchement bizarroïde : “biochirurgie immatérielle”, “décodage biologique”, “Programmation neuro linguistique”, “Biorésonance”,… Selon les rapporteurs, quelques points communs se dégageraient pour reconnaitre un gourou thérapeute caché sous son chapeau de paille.

“D’une part (…) une double inspiration (apparait à chaque fois) : nature et tradition coexistent avec l’habillage pseudotechnologique d’apparence “pointu” (…) D’autre part, ces praticiens veillent à donner l’apparence de la plus grande respectabilité tout en cédant à des pratiques relevant de la charlatanerie.”

Pour conclure, Molière

Serge Blisko, président de la Miviludes (Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires) a évalué le nombre de “ces pratiques étranges” à 400. Une liste un peu fourre-tout où l’on trouve aussi bien l’acupuncture que les “constellations familiales et systémiques”… Tout au long du rapport, il n’est pas aisée de percevoir si les sénateurs opèrent une réelle différence entre médecines dites alternatives, rebouteux, escroc-charlatans et vrais gourous.

Pour achever leur étrange démonstration, les sénateurs convoque la littérature. “Comment ne pas évoquer les mérites de l’Orviétan – est-il écrit – remède à tout faire qu’achète pour sa fille un personnage de l’Amour médecin de Molière.” Et de citer le vendeur-charlatan:

“Admirez mes bontés, et le peu qu’on vous vend
Ce trésor merveilleux que ma main vous dispense.
Vous pouvez avec lui braver en assurance
Tous les maux que sur nous l’ire du Ciel répand :
La gale,
La rogne,
La teigne,
La fièvre,
La peste,
La goutte,
Vérole,
Descente,
Rougeole.
O grande puissance de l’orviétan !