Lev Tahor: des témoignages auraient été truqués

La secte ultra-orthodoxe Lev Tahor a déménagé en... (Photo Rick Madonik, archives Toronto Star)

Agrandir

La secte ultra-orthodoxe Lev Tahor a déménagé en novembre de Saint-Agathe-des-Monts dans les Laurentides, à Chatham-Kent, en Ontario, pour échapper à la Direction de la protection de la jeunesse.

PHOTO RICK MADONIK, ARCHIVES TORONTO STAR

Ma Presse

Philippe Teisceira-Lessard
PHILIPPE TEISCEIRA-LESSARD
La Presse

Deux témoignages qui ont contribué à l’obtention du statut de réfugié par le dirigeant de la secte juive ultra-orthodoxe Lev Tahor pourraient avoir été truqués.

Le groupe pourrait notamment avoir versé des milliers de dollars à un homme afin de lui extirper un témoignage positif, selon ce qu’il a affirmé à la CBC.

En 2003, l’un des obstacles qui se dressaient sur la route de Shlomo Elbrans pour l’obtention d’un statut de réfugié au Canada était une condamnation criminelle pour kidnapping prononcée contre lui aux Etats-Unis dix ans plus tôt.

Afin de diluer l’impact de cette tache à son dossier, une vidéo de la victime du kidnapping a été présentée lors de l’audience de Shlomo Helbrans.

Cette victime, un jeune homme qui était mineur au moment des faits, affirme dans l’enregistrement que la condamnation découle d’un malentendu et qu’il est convaincu de la probité du leader religieux.

Or cet homme a confié à CBC avoir reçu 5000 $ en échange de son témoignage. Les membres de Lev Tahor nient lui avoir versé cette somme.(…)

Suite de l’article