Lev Tahor : une ado hospitalisée à Toronto serait manipulée par les dirigeants de la secte

RCQC  |  Par Radio-Canada.caPublication: 10/03/2014 17:26 EDT

secte Lev Tahor

L’oncle d’une adolescente qui se trouve présentement à l’Hôpital pour enfants de Toronto estime que les dirigeants de la secte la manipulent pour l’inciter à se mettre en grève de la faim.

« Ils se servent d’elle comme d’une marionnette », dit-il en entrevue avec Radio-Canada. Ce dernier habite en Israel et tente de sortir sa soeur et ses enfants de la secte juive ultra-orthodoxe depuis maintenant trois ans ans.

L’ado de 15 ans a été admise à l’urgence vers 1 h, lundi. Elle est affaiblie par le jeûne qu’elle a entrepris pour protester contre le traitement réservé à la secte par les autorités canadiennes, selon une porte-parole du groupe.

Son oncle a une autre opinion.

« Ils [dirigeants de la secte] veulent jouer sur la fibre émotionnelle des Canadiens […] Lev Tahor fait une tentative délibérée de manipuler les émotions des Canadiens […] pas seulement les Canadiens eux-mêmes mais aussi les autorités. » — Oncle d’une membre de la secte Lev Tahor hospitalisée à Toronto

L’oncle en question a aussi confié à Radio-Canada qu’il avait averti les autorités des risques de fuite du groupe.

Six enfants de la secte, leurs parents et un autre adulte ont été rapatriés, samedi dernier, après s’être enfuis à Trinité-et-Tobago. Un juge doit statuer si les deux parents, des Israéliens, pourront rester au pays. Une autre membre de la famille, une fille-mère a été arrêtée à sa descente de l’avion, dimanche, à Calgary, et ramenée en Ontario avec son bébé.

Les autorités recherchent toujours six autres enfants de la secte et leurs parents qui se seraient réfugiés eux au Guatemala.

Ces deux familles ont fait fi d’une ordonnance de la cour leur interdisant de quitter la région de Chatham où elles habitaient dans le sud-ouest de l’Ontario. Les deux groupes, et des dizaines d’autres membres de la secte juive ultra-orthodoxe, avaient quitté leurs domiciles de Sainte-Agathe-des-Monts, au Québec en pleine nuit, en novembre dernier, pour se réfugier à Chatham. À l’époque, la Direction de la protection de la jeunesse (DPJ) voulait retirer aux deux couples de parents la garde de leurs 14 enfants.

La secte nie toute allégation de mauvais traitement.(…)

Suite de l’article