Lev Tahor: une jeune mère et sa fille auraient été interceptées à Calgary

10 mars 2014 08h15 | La Presse canadienne | Actualités en société
Samedi soir, neuf membres de la secte juive Lev Tahor ont été renvoyés au Canada après avoir fui le pays la semaine dernière et s'être fait arrêter à Trinité-et-Tobago.
Photo : La Presse canadienne (photo) Dave Chidley Special ArchivesSamedi soir, neuf membres de la secte juive Lev Tahor ont été renvoyés au Canada après avoir fui le pays la semaine dernière et s’être fait arrêter à Trinité-et-Tobago.
Toronto — Deux enfants de plus, faisant partie de la secte juive Lev Tahor, seront placés entre les mains de la protection de la jeunesse après avoir été interceptés à l’aéroport international de Calgary.

Une adolescente de 17 ans et sa fillette, toutes deux membres de la secte, ont été interceptés par les autorités policières et seront renvoyés en Ontario, selon ce que rapportent plusieurs médias.

La police de Calgary s’est contentée de confirmer à La Presse canadienne que deux personnes ont été appréhendées par ses services, en soutien à la protection de la jeunesse de Chatham-Kent.

Au moins deux familles faisant partie de la secte juive ont quitté le Canada pour le Guatemala la semaine dernière, pendant des procédures judiciaires.

Samedi soir, neuf membres de la secte juive Lev Tahor ont été renvoyés au Canada après avoir fui le pays la semaine dernière et s’être fait arrêter à Trinité-et-Tobago.

Le groupe de trois adultes et six enfants a été accueilli à l’aéroport Pearson par des policiers, vers 22h30, samedi. Les enfants ont immédiatement été confiés à l’Agence de protection de l’enfance, alors que les adultes ont été mis en détention.

Quelques jours plus tôt, un juge ontarien avait rendu une ordonnance d’urgence pour que 14 enfants du groupe soient remis aux instances des services de protection de l’enfance, mais la police avait révélé qu’il n’en restait plus que deux au pays.

Environ 200 membres de la secte — dont 114 enfants — se sont installés l’an dernier à Chatham, en Ontario, après avoir soudainement quitté leur communauté à Sainte-Agathe-des-Monts, au Québec.

La DPJ avait passé une année à enquêter sur des problèmes liés à l’hygiène, à la santé et sur des informations à l’effet que les enfants ne suivaient pas le programme scolaire provincial. À la fin de 2013, un tribunal québécois a ordonné que 14 enfants de la secte soient remis à des familles d’accueil.

Le groupe a nié toutes les allégations de mauvais traitements.

Source : Le devoir