Miviludes : «La Scientologie reste notre adversaire le plus coriace»

Par Delphine de Mallevoüe
Mis à jour 

Publié 

Serge Blisko, président de la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires.
 

INTERVIEW – La cour d’appel de Paris examine ce mercredi un pourvoi de l’Église de scientologie, condamnée pour escroquerie en bande organisée à 600.000 euros d’amende. Serge Blisko, président de Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes) revient sur le bras de fer juridique avec cette organisation.

La Scientologie revient devant les tribunaux français ce mercredi. Après avoir été condamnées en première et deuxième instance à 600.000 euros d’amende pour «escroquerie en bande organisée» (dernier jugement en février 2012), les deux principales structures françaises de l’Église fondée parRon Hubbard voient leur pourvoi en cassation examiné mercredi à Paris. Serge Blisko, le président de la Miviludes (Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires) revient sur l’implantation de la secte qui, selon lui, accuse aujourd’hui un net recul.

LE FIGARO – Les procès médiatiques des dernières années ont-ils affecté le développement de la Scientologie en France?

Serge BLISKO – Après en avoir porté au début des années 90, la Scientologie a reçu beaucoup de coups juridiques. Elle reste notre adversaire le plus coriace mais les tribunaux ont fait beaucoup de mal à son image et à son organisation. L’«escroquerie en bande organisée» – ce sont des mots au sens lourd – a été démontrée, actée. La justice a sanctionné et fait savoir que des gens vulnérables et fragilisés, malgré leur haut niveau social, avaient été abusés par elle. J’ai bon espoir que ce nouveau procès confortera une troisième fois notre combat. C’est un enjeu très important.

Les coups portés ont-ils un impact concret, par exemple au niveau du nombre d’adhérents?

Ils ne sont que quelque 5000 aujourd’hui en France. Le noyau dur, lui, ne compte que quelques centaines de convaincus. Tous les autres vont et viennent au gré de stages, de sessions, d’entretiens, c’est difficile à évaluer. Un autre indicateur ne trompe pas: la Scientologie est désormais uniquement sur la défensive, plus sur l’offensive. Pour autant, elle ne lâche pas le morceau, ses cabinets d’avocats ne laissent rien passer. Ils exigent la moindre justification des propos que l’on tient, des droits de réponse, des procès en diffamation… La Scientologie a toujours été redoutable à cause de l’argent considérable dont elle dispose.[…]

Suite de l’article