Mormon – Une église sur le devant de la scène (1ère partie)

http:  www come4news com images users 6390 Gavin Creel in The Book of Mormon Photo by Joan Marcus 2 jpeg Une église sur le devant de la scène (1ère partie)

L’élection présidentielle américaine a été une magnifique occasion pour les mormons de se faire connaitre du grand public. Dans la rue, lors de leurs campagnes de prêches, on peut les confondre avec les Témoins de Jéhovah, chemise blanche bien propre rangée dans le pantalon noir sans pli, une cravate large de préférence noire elle aussi et bien sur, dans la main, une Bible. Ce qui permet de les différencier, c’est la petite carte noire posée sur la poche de leur chemise indiquant qu’ils viennent répandre la bonne parole de l’Eglise de Jésus Christ des saints des derniers jours. Un nom à rallonge remplacé par le terme de « mormons ». Mais qui sont-ils ?

 Penchons-nous tout d’abord à l’histoire de cette Eglise. Tout aurait commencé vers 600 av. J.-C, avec le prophète Léhi de Jérusalem. Afin de fuir la chute de sa patrie, il aurait vogué à travers les eaux, guidé par Dieu, avec sa famille. Après un long voyage, il aborda sur le continent américain. Léhi avait deux fils, Néphi et Laman, ces derniers donneront leur nom à deux clans ennemis. Ces « autres brebis » dont le Christ fait mention dans la Bible, c’est à dire eux, si on en croit leurs documents, se sont instalées sur cette terre promise. Au IVème siècle ap. J.-C, aurait vécu un prophète nommé Mormon, un homme de foi, mais également un militaire et un chroniqueur.

 Mormon était un néphite, c’est à dire un enfant spirituel du prophète Néphi, de ce fait, il vouait une haine envers les lamanites, les descendants idéologiques de Laman, frère aîné de Néphi, et les jarédites, une civilisation venue de le tour de Babel, menée par le Tout Puissant sur le continent américain. Tout au long de son combat, il n’a cessé de sollicité la repentance du peuple, gangrené par la méchanceté. Mormon aurait rencontré 3 fois le Christ pour l’aider à rétablir la vraie croyance et choisir ses 12 disciples. Ce ne fut pas le seul à lui venir en aide, Ammaron prophète néphite, s’adressa à Mormon pour lui indiquer l’emplacement de plaques pouvant apporter la Révélation. Mormon était également historien, il compila l’histoire de son époque et constitua des annales sacrées grâce aux plaques de Néphi. La guerre entre néphites et lamanites fut rude et se révéla désastreuse pour les néphites. Tous périrent hormis Moroni, le fils de Mormon et l’unique détenteur des annales de son père, tué au cours du conflit.

 Bien plus tard, Joseph Smith, un adolescent de 14 ans ne sachant pas à quel saint se vouer, se met à prier pour faire le tri dans sa foi. En réponse, Dieu en personne, et son fils Jésus Christ , lui sont apparus, on ne peut imaginer mieux comme émissaires. Ils lui confia que la Vraie Eglise a été perdue et qu’il fallait la restaurer. Un message flou qui resta en suspens bien des années. Nous sommes en 1823, Joseph à 17 ans, entame sa carrière de charpentier, comme un autre fameux, quand Moroni, le fils de Mormon, lui rend visite. Tel un messager, il lui indiqua que les tablettes sacrées de son père, écrites en égyptien, se trouvaient sur la colline de Cumorah.

 Sur place, il trouva les tablettes, les annales de Mormon et « l’ourim et le thoummim », des tissus généralement portés par les souverains sacrificateurs. Avec ces outils, il avait les moyens de traduire le Livre de Mormon et rétablir l’église de Jésus Christ des saints des derniers jours en jouant l’intermédiaire du Seigneur. Un travail de transcription de longue haleine auquel il se consacra une grande partie de sa vie, aidé de son secrétaire Oliver Cowdery. En 1829, en compagnie de son secrétaire et en pleine prière sur les rives de la Susquehanna, un cours d’eau dans la baie de Chesapeak, saint Jean Baptiste leur apparu. Les mois qui suivirent, ce furent les apôtres Pierre, Jacques et Jean. Tous leur conseillèrent de se baptiser et de s’ordonner, choses qu’ils firent en 1830 avec la création de l’Eglise. En 1836, Joseph Smith fit construire un temple à Kirtland. Un lieu approuvé par Jésus Christ, officiellement déclaré lors d’une apparition divine. Puis ce fut au tour de Moise, Elias et Elie, porteurs de bonnes nouvelles, ils annoncèrent que le rétablissement prenait forme progressivement.

 Dans ces premières années, l’Eglise connut des jours difficiles. Leur façon de vivre, en autarcie, a attiré une certaine défiance de la part des autres américains du XIXème siècle. Ils furent alors forcés à l’exode, allant d’asile en asile, obligés de fuir les attaques et les saccages. Au bout d’un long cheminement, ils parvinrent à trouver refuge à Nauvoo en Illinois. Une trêve de courte de durée. Ils étaient si détestés qu’en 1838, le gouverneur du Missouri proclame officiellement une chasse aux sorcières dont ils sont la cible.

 De multiples massacres eurent lieu, c’est d’ailleurs lors d’une de ces manifestations de violence que Joseph Smith perdit la vie à Carthage, en 1944, un nom avec une triste connotation. Sous l’égide de Birgham Young, le successeur de Smith, ils voyagèrent jusqu’à Salt Lake City, dans l’Utah. Une terre déserte, prête à recevoir des habitations et qui deviendra leur siège dès 1847. Très vite des milliers d’âmes convergent vers la ville en pleine construction. Elle connut alors, une croissance exponentielle et devint celle que l’on connait actuellement. Aujourd’hui, l’Eglise possède une réputation mondiale, revendique 14  millions de pratiquants dont 58.000 français et compte des dizaines de milliers de missionnaires.

 Officiellement l’Eglise prône une grande tolérance, vis à vis des musulmans, elle manifeste un certain respect aux textes du Coran et a multiplié les échanges au cours des dernières années. Vis à vis de la religion judaïque, se revendiquant d’Israël, elle entretient des relations quelque peu tendues avec les juifs mais n’allant jamais jusqu’à l’antisémitisme. Il serait également possible à tous de devenir prêtre, en pratiquant les prêtrises d’Aaron et de Melchisédek. Depuis 1979, dans le but de toucher un public toujours plus large, l’Eglise autorisa aux hommes noirs de devenir prêtre mormon. Tout le monde peut devenir mormon, mais si vous êtes pauvre et sans le sou, l’admission sera plus difficile car elle se finance par le biais de la dîme, soit un dixième du salaire annuel, et le don du jeûne.

 La question économique est entachée de secrets. Depuis 1959, elle n’a plus communiqué ses états financiers au gouvernement américain. L’opacité est de mise car elle possède ses propres services financiers en charge de jeter un oeil sur la répartition des fonds et l’aboutissement des projets. Très honnêtement, elle déclame qu’elle fonctionne avec le même schéma que toutes les organisations religieuses à but non lucratif. Ainsi, les excédents d’une année, quand les dons dépassent les débits, l’argent est stocké pour pallier des années où la tendance s’inverserait. On ne connait pas exactement l’état de richesse de l’Eglise, toutefois il se statuerait aux environs de 30 milliards de dollars, avec un revenu annuel de 5 milliards de dollars en moyenne.

Source : http://www.come4news.com/une-eglise-sur-le-devant-de-la-scene-1ere-partie-869895