Pour le « gourou » de Valbonne, tout est de la faute de ses « esclaves »

 

Publié le 

Devant la cour d’assises des Alpes-Maritimes siégeant à huis-clos, le « gourou » de Valbonne a commencé mercredi à s’expliquer.

Poursuivi pour viols sur trois filles de 15 ans, Sean O’Neil, 41 ans, a mis en cause les lycéennes, prétendant ne pas avoir pu résister à leurs appétits sexuels. En larmes, cet Australien adepte de Krishna a juré être venu s’installer en France, malgré lui, à « la requête pressante » de Marie (qu’il avait rencontré sur Internet).

« Elle lui a demandé de le frapper, alors il l’a fait, jusqu’à en avoir mal aux mains ». L’amour en groupe? Il ne pouvait « rien refuser » à celles qu’il appelait ses « esclaves ». Ses propos ont choqué les adolescentes, en pleurs à la sortie de l’audience, ainsi que leurs avocats.

« C’est totalement irréel » confiait Me Julien Brosson. « Il se dit passif, ce qui est formellement contredit par les experts. Et puis si la situation était si déplaisante pour lui, pourquoi n’est-il pas parti? « (…)

Suite de l’article