Pourquoi la Scientologie est-elle régulièrement mise en cause?

 

La décision devait tomber ce jeudi en chambre du conseil : l’Eglise de scientologie sera-t-elle ou non renvoyée en correctionnelle ? Elle a été reportée. Le parquet fédéral veut la poursuivre comme organisation criminelle. Mais, indépendamment de la procédure belge en cours, d’où viennent ces accusations régulières de dérives sectaires ? Sur quoi sont-elles fondées ? Et que représente la scientologie aujourd’hui, en Belgique ?

« Je me suis rendu compte un jour que je ne m’améliorais plus et que j’étais surendetté « . L’homme qui a accepté de nous confier son histoire est sorti de l’Eglise de scientologie en 2010. Il y a passé plusieurs années, avec sa femme et son fils. Quand il claque la porte, il y a 4 ans, son fils décide de le rayer de sa vie. Cette homme [nous l’appellerons Cédric] a perdu des milliers d’euros et sa famille, dans une aventure qui était supposée le  » rendre meilleur « .  » Vous devez faire 20 heures de cours par semaine pour vous améliorer. Si vous n’y allez pas, on vous appelle. Ce sont des coups de fil incessants et permanents. « 

Des donations libres ou forcées ?

Si au début, tout est gratuit, très rapidement, les membres sont amenés à donner de petites sommes, qui deviennent de plus en plus importantes. « Ça peut coûter le prix d’une belle maison « ,nous confie cette autre victime [nous l’appellerons René], qui a quitté l’Eglise il y a 8 ans.

Selon l’Eglise de scientologie, chaque membre est libre de faire des donations.  » D’ailleurs, l’Eglise rembourse la totalité des choses qui lui ont été données, quand elle reçoit des demandes de ce type « , explique Agnès Bron, directrice des relations publiques des Églises de Scientologie pour l’Europe.  » On entend toujours les mêmes personnes dans les médias, c’est que les victimes ne sont pas aussi nombreuses qu’on le laisse entendre. La Belgique est l’un des pays les plus réfractaires à la scientologie, avec la France. « 

Si l’on entend ou lit surtout dans les médias des interviews du pianiste belge Alain Stoffen et de l’ancien cadre français de la scientologie Roger Gonnet, nous avons pourtant été en contact avec d’autres anciens de la scientologie qui se présentent comme des victimes de l’église. Mais ils refusent de témoigner dans des médias audiovisuels, et exigent l’anonymat, de peur d’interférer dans des procédures judiciaires dans lesquels ils sont engagés à l’encontre de l’Eglise de scientologie, ou d’interférer dans le processus de remboursement de l’argent qu’ils ont donné pendant plusieurs années.

Nous avons eu confirmation que les victimes qui en faisaient la demande, pouvaient se faire rembourser –partiellement du moins- l’argent qu’ils avaient cédé en toute bonne foi.

 » Cela s’appelle en effet une donation, nous confirme René, mais il y a des prix bien précis. Un livre, une heure de cours, coûtent un certain montant. « 

L’audition, l’électromètre : manipulation ?

L’ancien cadre français de la scientologie Roger Gonnet, est devenu l’un de ses détracteurs les plus acharnés. Même s’il a quitté les rangs dans les années 80’, il continue à s’informer, et aide les membres qui veulent quitter l’Eglise.  » Prenez l’électromètre, le dernier qu’ils ont sorti coûte 4800 euros. Alors que la technologie que ça représente est estimée à 200, voire 250 euros. Quand vous vendez ça 20 fois le prix, en racontant aux gens que grâce à l’électromètre, ils vont  » voir  » leurs pensées, les pensées des autres etc. Ça, c’est faux. C’est un mensonge et donc, ils sont en train de vous rouler. « 

L’électromètre est cet appareil utilisé par l’auditeur, qui sert à mesurer la tension électrique. Il est basé sur la croyance que la résistance électrique change en fonction de l’état mental du sujet. L’audition est l’une des bases de la scientologie.  » L’auditeur vous pose des questions à l’aide de l’électromètre. «  Cédric se souvient bien de la cascade de questions auxquelles il devait répondre : » Etes-vous en relation avec un journaliste ? Avec un psychologue ? Avec un psychiatre ? Avec une personne du gouvernement ? Avec une personne de la police ? Avec quelqu’un d’opposé à la scientologie ? «  Il interprète cette rafale de questions comme une peur d’être infiltré.  » Ils détestent les journalistes. « 

René explique qu’il était interdit de faire des recherches sur internet au sujet de la scientologie.  » Si l’auditeur se rendait compte que vous l’aviez fait, il envoyait la liste de vos réponses en éthique et vous étiez rappelé à l’ordre par l’officier d’éthique « . Roger Gonnet précise :  » l’officier d’éthique, c’est en quelques sortes le corps disciplinaire de la scientologie « .

Le réveil(…)

Suite de l’article