René Mey : Le président d’une association anti-sectes : « Il est loin, mais on garde un œil sur lui »

Didier Pachoud est président de l’association anti-sectes Gemppi, basée à Marseille. Il a déjà rencontré René Mey. DR

  • Didier Pachoud est président de l’association anti-sectes Gemppi, basée à Marseille. Il a déjà rencontré René Mey. DR Didier Pachoud est président de l’association anti-sectes Gemppi, basée à Marseille. Il a déjà rencontré René Mey. DR

René Mey n’a fait, à ce jour, l’objet d’aucun “signalement” auprès de la Miviludes, la mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires, qui dépend du Premier ministre. « Nous connaissons ses activités et savons qu’il est désormais au Mexique, mais nous n’avons eu personne en France qui est venu nous voir pour se plaindre, explique Samir Khalfaoui, conseiller au Pôle Santé de la Miviludes. Mais malheureusement, René Mey n’est pas une exception, on observe ces derniers temps une explosion du nombre de pseudo-thérapeutes, qui s’engouffrent dans le champ de la santé, car il y a de la demande et que ça peut rapporter beaucoup d’argent. Dans notre guide “Santé et dérives sectaires”, nous répertorions les gourous-thérapeutes.

« Ce sont des gens qui n’ont aucune formation scientifique et qui prétendent proposer une autre forme de médecine, avec un discours de charlatan sur fond de recherche du “bien-être”. » « Les bons thérapeutes sont ceux qui vous laissent être indépendants »Les experts estiment que la dérive sectaire apparaît dès lors « qu’il y a manipulation mentale. Si quelqu’un vous explique pourquoi vous avez un cancer et que vous avez un moyen de vous guérir en vous disant que les traitements classiques sont du poison, tout en tentant de vous couper des liens familiaux et professionnels. », analyse M.Khalfaoui.

Il ne s’agit pas pour autant de mettre tous les thérapeutes dans le même sac. « Il y a de bons thérapeutes. Les mauvais sont ceux qui font tout pour vous rendre dépendant, puis qui vous proposent ensuite de devenir vous-même thérapeute, pour que vous restiez dans le même cercle… » Un phénomène qui s’amplifie avec Internet, support indispensable des pseudo thérapeutes. « N’importe qui peut inventer une méthode et la diffuser sur Internet. Cela ouvre des fenêtres, c’est rapide et anonyme. Si vous êtes en quête de réponse, dans une période difficile, vous allez trouver ce quelque chose sur Internet… Nous sommes tous des victimes potentielles… »

Didier Pachoud, président et fondateur du Gemppi*, connaît lui René Mey depuis plusieurs années. « Je m’étais intéressé à son livre ‘’Celui qui côtoie les anges’’ que j’avais analysé. Et je l’avais testé quand il était médium à Marseille, je m’étais rendu à une séance gratuite de voyance, raconte M.Pachoud, en lui racontant que ma tante avait un cancer et qu’elle ne voulait plus de la médecine classique, je lui ai demandé s’il fallait continuer. Il m’avait dit que ça ne s’arrangerait ni ne s’aggraverai pas. Il n’avait pas vu que c’était une fiction, pour un voyant, ce n’est pas terrible… »

Pour Didier Pachoud, René Mey a « le profil potentiel du gourou si l’on s’attache à ce qu’il dit. […] Il est loin, mais on garde un œil sur lui. »

** Groupe d’étude des mouvements de pensée en vue de la protection de l’individu

 

Source : http://www.ledauphine.com/vaucluse/2012/08/02/le-president-d-une-association-anti-sectes-il-est-loin-mais-on-garde-un-oeil-sur-lui