Retour sur « La démocratie des crédules » de Gérald Bronner

Publié par Oriane Bonafos le lun, 09/12/2013 – 13:39

Le 20 novembre dernier, plus de 150 personnes se sont rassemblées dans l’amphithéâtre de l’Office du Tourisme de Grenoble afin d’écouter Gérald Bronner, sociologue et professeur à l’Université de Paris-Diderot.

Comment des rumeurs ou des faits parfois imaginaires peuvent-ils influencer les citoyens au point de les faire douter de la véracité d’études scientifiques et rationnelles ? « La Démocratie des Crédules » est l’intitulé de cette conférence mais aussi du dernier livre de Gérald Bronner. Cet ouvrage qui porte notamment sur les théories de complot et la méfiance de nos contemporains à l’égard des sciences et techniques, vient à la suite de nombreux autres écrits portants sur les croyances tels que : L’empire des croyances (PUF) ou encore Coïncidences. Les représentations sociales du hasard (Vuibert).

Dès ses premiers mots, Gérald Bronner a su intriguer son auditoire avec la photo d’un hamburger. Qui a déjà pensé que McDonald’s ait pu servir des sandwichs à base de vers de terre ? Cette rumeur répandue dans les années 1980 aux Etats-Unis avait fait l’objet d’un démenti de la part de la multinationale. Malgré les arguments économiques avancés (la viande de vers de terre coûte beaucoup plus cher que le bœuf), l’annonce a aggravé la situation en répandant d’autant plus cette idée !

Des arguments convaincants ne font pas toujours reculer les croyances, en revanche le temps limite leurs transmissions, lorsqu’elles finissent par passer de mode. Or, avec l’avènement d’Internet, des informations dont la diffusion était autrefois limitée par le bouche-à-oreilles font à présent le tour du monde en quelques clics !

Il est aussi devenu très facile de créer des sites Internet en faveurs de croyances et proposer des explications très fournies. Si fournies, qu’il faudrait toute une vie à ses opposants pour les réfuter un à un. Pourtant, avancer de nombreux arguments ne donne pas obligatoirement raison… Et ce qui se dit sur internet ne représente pas la majorité des avis non plus.

Et les « croyants » que Gérald Bronner surnomme les crédules ne sont pas des idiots. Au contraire, nous sommes tous des crédules potentiels puisque notre esprit nous tend des pièges (biais cognitifs) qui sont bien difficiles à éviter ! En général, ces militants sont en fait relativement bien informés, avec un niveau d’étude supérieur à la moyenne, et n’ont pas nécessairement la volonté de nuire.

Sur des questions complexes, liées par exemple aux risques et à l’adoption de nouvelles technologies (nanotechnologiesondes électromagnétiquesbiologie synthétique (1) ), se faire une opinion fondée sur la connaissance plutôt que la croyance, demande beaucoup de temps et d’effort que peu de citoyens seraient prêt à leur consacrer, s’en remettant finalement aux opinions des militants les plus convaincants ou à leur intuition. Ainsi, certaines croyances peuvent acquérir du crédit au point de devenir des théories du complot qui se répandent dans la population.

Gérald Bronner, le 20 novembre 2013

Il semble, selon le sociologue que notre démocratie arrive à un carrefour de son histoire la démocratie participative et la transparence ne permettent pas toujours d’apaiser cette méfiance et offrir plus de libertés à nos sociétés…Toutes les décisions de groupe ne sont pas « sages » ; d’où l’importance au niveau individuel, de replacer les informations que l’on reçoit sur un terrain psychologiquement neutre afin d’être le plus objectif possible.

Gérald Bronner propose des éléments de réflexion pour le moins inattendus, allant parfois à contre-courant de ce que l’on pourrait imaginer…

Le Cafés Sciences et Citoyens de l’Agglomération Grenobloise (CSCAG), les Cafés des Sciences du pays Vizillois (ACSPV), l’association Sauvons le Climat (SLC), l’Association française pour l’Information Scientifique (AFIS), la Société Française de Physique (SFP), l’Union Rationaliste(UR), ont été ravis d’accueillir Gérald Bronner pour cette conférence-débat exceptionnelle.

Pour plus d’information, retrouvez l’ensemble de ces échanges ci-dessous (source : les Podcasts de l’Université de Grenoble).

Source : echo science grenoble