E.U. : intervew dans une secte apocalyptique

 

Par Julian Morgan


Image courtoisie de Richard Danzig

Jusqu’en 1995, la plupart des pays n’avaient pas entendu parler de Aum Shinrikyo. Ils étaient connus au Japon comme un culte secret et concerningly populaire, mais il n’a pas été jusqu’au 20 Mars qu’il est devenu évident à quel point ils étaient concernant. Le lundi matin, pendant l’heure de pointe dans le métro de Tokyo, cinq membres de la secte perforés sacs en plastique remplis de sarin un gaz neurotoxique inodore qui provoque l’étouffement en paralysant le tissu pulmonaire.Treize personnes sont mortes et six mille autres avaient besoin de traitement à l’hôpital pour une série de blessures. Dans les retombées, les membres d’Aum Shinriko partout ont été arrêtés, y compris leur chef auto-proclamé « Jésus » Shoko Asahara (qui était sur la photo de titre), et jetés en prison. En Australie, il a même été découvert le culte avait construit un laboratoire à une station de mouton ultra-distance en Australie-Occidentale, et comme un gars à Melbourne, j’ai toujours voulu en savoir plus.

Dr Richard Danzig est un gars qui en sait plus. Comme le Secrétaire de la Marine sous Bill Clinton, il avait un intérêt évident à la sécurité nationale des États-Unis, et en 2008 a réussi à interviewer les membres incarcérés de Aum au sujet de leur programme d’armement. C’est Richard ci-dessus, posant avec son interprète. Je voulais lui parler de ses entretiens et en savoir plus sur ce qu’est une secte japonaise apocalyptique faisait en Australie.

VICE: Salut Richard, pouvez-vous me dire comment ces entretiens sont venus sur? 
Dr Richard Danzig : Eh bien, après le 11/9 il y avait beaucoup de discussion sur l’opportunité des terroristes pourraient fabriquer des armes de destruction massive. Il m’est apparu que, bien que la discussion était hypothétique, il y avait un groupe qui avait fait déjà essayé. C’était Aum Shinrikyo, qui a passé les années 90 la construction des programmes d’armement nucléaire, biologique, chimique et. J’espérais que parce que j’avais été impliqué dans la sécurité nationale des États-Unis, les autorités japonaises pourraient passer sur ma demande pour des entrevues. Ils l’ont fait et certains des membres incarcérés convenu.

Alors, comment était-ce?
Eh bien, de ma perception qu’ils font bien. Il est frappant de constater à quel point ils sont jeunes, même maintenant. Ils ont vieilli, mais ils sont en quelque sorte coincés dans une période que j’associe à l’école secondaire ou un collège, dans leur comportement et leur tenue vestimentaire.La prison elle-même est juste à Tokyo et est accessible en métro. La prison est propre et précis, mais le pire pour eux vit sous une sentence de mort.

Les équipes de nettoyage retirer sarin d’une rame de métro. Image  via

Ce que l’un d’entre eux expriment des remords pour ce qu’ils ont fait?
J’ai obtenu une partie de ce de Tomomasa Nakagawa, qui j’étais le plus proche avec. Il était un ex-médecin et a été impliqué dans leur programme d’armes biologiques. Il y avait un cas, au début du mouvement de la secte à la violence, quand ils ont visité un avocat qui était très critique à leur égard. De la manière la plus horrible ils ont utilisé des marteaux pour le matraquer à mort avec sa femme et ses enfants. C’était une très horrible, la criminalité pas tangible presque distant comme flottant certains produits chimiques dans l’air. Nakagawa a participé à cela et j’ai demandé à propos de remords et il a dit qu’il était très angoissé à ce sujet. Apparemment, il est allé à la chef de file à ce sujet, qui ont répondu par l’avoir enfermé dans une petite cellule, où il a regardé des vidéos de Shoko Asahara prêcher pendant un mois. Il a dit par la suite, il a juste jamais regardé en arrière ou pense encore à ce sujet. Je lui demandai s’il avait des remords à propos de l’attentat du métro et il a dit malheureusement pas.

Mais le mot «malheureusement» indique qu’il veut, il ne?
C’est vrai. Je pense qu’après son séjour en prison, soit après qu’il avait disparu par le contact avec une société plus large qu’il ne remords. Mais une fois qu’il était dans le culte de son seul regret ne se sentait pas de remords. Je pense que cela montre comment une organisation comme qui crée un monde tout-consommation dans lequel l’isolement du monde extérieur vous encourage à suivre le messie, alors que les évaluations de vos contemporains vous laisse sans aucune référence indépendante.

Navetteurs à l’hôpital. Image via

Donc, sur leur temps en Australie occidentale. J’ai lu qu’ils étaient potentiellement ici pour construire et tester une bombe nucléaire?
Je pense que c’est extrêmement improbable. Nous avons parlé de leur programme d’armes nucléaires, mais aucun d’entre eux a parlé du programme d’atteindre n’importe quel point du fruit ou de la réalité. En fait, leurs idées sur les armes nucléaires étaient un peu fantastique.

Alors, que pensez-vous qu’ils faisaient-ils ici?
Eh bien, nous examinons l’allégation selon laquelle ils testaient leurs armes chimiques sur les moutons. Ce que nous savons, c’est que lorsque certains membres de la secte ont volé en Australie en 1993, ils ont été arrêtés à la douane avec une variété de produits chimiques dans leurs bagages. Ils ont eu beaucoup d’acide sulfurique dans des bouteilles en verre de grandes marqués comme savon pour les mains et les coutumes ont confisqué deux caisses de ce produit et laissez-les aller. Apparemment Aum vient d’acheter plus de une fois qu’ils étaient dans le pays.Plus tard, les policiers australiens ont découvert 29 moutons morts dans cet établissement et ils ont été testés positifs pour certains acides qui était compatible avec le sarin. Cela dit cependant, nous n’avons pas été en mesure d’obtenir l’accès au rapport de la police australienne si je le mets dans la catégorie inconnue. Je peux croire qu’ils étaient en Australie pour tester sarin mais je voudrais écarter l’idée d’un essai d’armes nucléaires.

Ainsi, à travers tout cela ne vous sentez de mieux comprendre la psychologie de culte?
Oui, mais je pense aussi qu’il ya eu de nombreuses tentatives pour comprendre cet environnement global. Il ya un livre que je recommande souvent. C’est l’un des meilleurs livres sur le terrorisme qui n’est pas réellement sur ​​le terrorisme. Il s’agit de violence dans le football britannique et il a appelé Parmi les Thugs . Il s’agit de tous ces gens qui sont violents le week-end, mais passent leurs semaines de façon tout à fait respectables. À certains égards, je pense que la violence confirme l’attachement d’un groupe. À certains égards, c’est comme le sexe, vous venez de vivre dans l’instant et lien très rapidement, vous pensez à rien d’autre et c’est évasion complète et la libération. À certains égards, je pense que c’est ce qui a fait Aum si puissant mais finalement les fait tomber.

 

Rapport de Richard Danzig 2012 sur le programme d’armes de Aum Shinrikyo peut être lu ici .

Source : vice – Traduction Google

Procès au Japon contre un membre de Aum

Photo d'archives: Makoto Hirata

M. Hirata faisait partie de la secte qui a effectué le métro sarin attentat de Tokyo

Le procès d’un ancien membre de Aum Shinrikyo culte du Japon a commencé, près de 20 ans après que le groupe a procédé à une attaque au gaz sarin à Tokyo mortelle.

Makoto Hirata est jugé sur l’enlèvement et la mort d’un homme de 68 ans, notaire Kiyoshi Kariya.

Il n’est pas face à des accusations en lien avec l’attentat du métro en 1995, qui a tué 13 personnes.

M. Hirata est entré dans un poste de police et lui a donné il ya deux ans, après avoir été sur la piste.

Treize autres membres de la secte ont été condamnés à mort.

M. Hirata, 48 ans, est accusé d’avoir enlevé un homme dont la soeur a été tenté de quitter la secte.

L’homme est décédé plus tard après avoir reçu une injection au principal commune de Aum au pied du mont Fuji.

Il a dit qu’il n’avait pas l’intention d’enlever l’avocat, Kyodo agence de nouvelles rapports.

«Il a fallu beaucoup de temps pour cette journée à venir, et je m’excuse pour avoir causé beaucoup de mal à la victime, sa famille et la société», M. Hirata a été cité comme disant par Kyodo.

Aum Shinrikyo a commencé comme un groupe spirituel mélange croyances hindoues et bouddhistes, mais il est devenu un culte apocalyptique paranoïaque obsédé par Armageddon.

Quelques 189 adeptes de la secte ont été mis à l’essai au cours des différentes attaques menées par la secte, et 13 membres, dont le chef Shoko Asahara, ont été condamnés à mort.

S’il est reconnu coupable, M. Hirata pourrait faire face à la peine de mort, dit Rupert Wingfield-Hayes de la BBC à Tokyo.

Certains des membres de la secte condamnés à mort comparaîtront comme témoins au procès de M. Hirata, disent les rapports.

Pour cette raison, les autorités japonaises ont retardé la mise en oeuvre des condamnations à mort jusqu’à ce que tous les essais sont terminés, ajoute notre correspondant.

Source : BBC News – Traduction Google

Japon : un membre de la secte Aum jugé

Le procès d’un ex-adepte de la secte Aum Vérité suprême s’est ouvert aujourd’hui au Japon, 19 ans après un attentat au gaz sarin dans le métro de Tokyo qui avait fait 13 morts et traumatisé le pays.

Makoto Hirata, 48 ans, était l’un des derniers responsables de la secte en fuite jusqu’à ce qu’il se rende à la police de lui-même, le 31 décembre 2011. Il n’est toutefois pas jugé pour l’attaque dans le métro elle-même, mais pour d’autres crimes imputés à cette secte dans les années 1990.

Il est notamment poursuivi pour son rôle présumé dans l’enlèvement en février 1995 d’un homme de 68 ans ayant accordé refuge à sa soeur qui tentait de fuir l’emprise d’Aum. La victime avait été emmenée dans une maison communautaire de la secte au pied du Mont Fuji, où elle était morte le lendemain par suffocation après avoir subi une injection. Makoto Hirata nie avoir joué un rôle important dans cet enlèvement et la mort de la victime, affirmant qu’il n’avait que surveiller les abords du local. « Je n’ai aucune idée de ce qui s’est passé après avoir terminé mon tour de garde », a-t-il expliqué jeudi au tribunal à Tokyo.

Il avait rejoint la secte en 1984 et y avait notamment assuré la protection du gourou Shoko Asahara, un maître de yoga à moitié aveugle fondateur d’Aum, qui a attiré jusqu’à 10.000 fidèles. Sous la direction de Shoko Asahara, la secte a perpétré divers crimes jusqu’à l’attaque dans le métro de Tokyo: le 20 mars 1995, des membres d’Aum avaient libéré du gaz sarin à l’heure de pointe matinale dans plusieures rames sur différentes lignes au coeur de la capitale, à proximité des ministères. L’attentat avait fait 13 morts et plus de 6.000 blessés.(…)

Japon – 18e anniversaire de l’attentat au gaz sarin

Il y a 18 ans aujourd’hui la secte Japonaise Aum Shinrikio perpétra un attentat à Tokyo sur cinq rames de métro à l’heure de pointe. Cette attaque tua 13 personnes et en blessa 6583 autres. Treize de ses membres, dont le leader, seront condamnés à mort.

Au nom de la liberté religieuse, certains sociologues américains comme Lewis et Melton se sont rendus au Japon afin de défendre la secte. Ils ont tenu plusieurs conférences de presse afin de défendre le culte qu’ils tiennent pour innocent et pour dénoncer les pression policiaire Japonaise excessive.

Depuis cet attentat, la secte changea de nom pour se faire appeler Aleph. Elle compterait encore 1500 fidèles.

Prévention Secte

Récompense 319800 $ pour informations sur les suspects de culte

Katsuya Takahashi, un ancien membre de la secte Aum au Japon suprême culte apocalyptique vérité qui a été recherché en lien avec l’attaque du nerf de gaz 1995 sur le métro de Tokyo.
Le Yomiuri Shimbun / Nouvelles du Réseau Asie
Samedi 11 août 2012

JAPON – L’Agence nationale de la police a annoncé que la récompense ¥ 20,000,000 (S $ 319 800) pour obtenir des informations qui ont conduit à l’arrestation de l’ancien Aum suprême membres culte Vérité Naoko Kikuchi, 40 ans, et Katsuya Takahashi, 54 ans, sera versée à trois personnes.

C’est la deuxième fois une récompense sera versée depuis le système de récompense en utilisant des fonds publics a été introduite en mai 2007, suite à la assassiner 2007 de British femme Lindsay Hawker. Le coupable dans cette affaire, Tatsuya Ichihashi, 33 ans, a été arrêté et condamné à la réclusion à perpétuité grâce information du public.

Pour plus d’informations sur Kikuchi, qui a été inculpé pour avoir aidé assassiner tentative et autres charges, 10 millions de yens sera versée à une personne. Comme deux personnes ont contribué à l’arrestation de Takahashi, qui a été mis en examen pour assassiner et autres charges, 10 millions de yens sera partagé entre eux en fonction de leurs contributions.

Pour protéger l’identité des informateurs, le NPA n’a pas communiqué leurs renseignements personnels, y compris leur sexe, ou le ratio de distribution.

La récompense pour les fugitifs était initialement 5 millions de yens chacun – 2 millions de yens à partir d’un organisme privé de policiers à la retraite et 3 millions de yens de fonds publics. Mais après un autre membre Aum ancien, 47 ans, Makoto Hirata, qui a été mis en examen pour enlèvement illégal et le confinement, s’est rendu, l’attention du public sur les anciens membres de la secte ont augmenté et le NPA a décidé d’augmenter les récompenses à 10 millions de yens en Février .

 

Source : http://news.asiaone.com/News/AsiaOne%2BNews/Asia/Story/A1Story20120811-364761.html

Traduction Google

La chasse a pris fin

 

 

Que y a-t-il de plus dangereux qu’une secte avec ses partisans zélés ? Des hommes ayant perdu tout sens de la raison et agissant selon les bons vouloir d’un maître à penser dont le seul soucis est de tirer profit de la détresse de ces gens. Parfois, ils sont endoctrinés de telle sorte qu’ils commettent l’irréparable en faisant des dommages collatéraux. Le suicide collectif d’adeptes est une chose triste mais cela ne regarde qu’eux, ils sont libres de leur vie et font ce qu’ils veulent avec. La chose la plus déplorable c’est quand dans leur délire exterminateur, ils entraînent des innocents vers la mort. Il y a 17 ans, dans le métro tokyoïte, un terrible drame se déroula.

Le dernier membre de la fameuse secte Aum, encore en fuite, vient d’être arrêté par la police japonaise. Katsuya Takahashi, 54 ans,  a été appréhendé dans le sud de la capitale, près d’un « manga café », véritable refuge pour les adeptes d’animations japonaises où on peut y consulter des mangas, des videos, surfer sur internet, dormir et même manger. Quand les policiers sont venus le chercher, il n’a émit aucune resistance et à immédiatement reconnu les faits. Il s’est présenté à eux très élégamment vêtu, chemise blanche, bien coiffé, bien rasé, comme s’il devait se rendre à un entretien d’embauche. Un contrat à long terme dans une geole de quelques mètres carrés.

Il était  devenu l’objectif de toutes les polices du pays depuis l’arrestation, début juin, d’un autre ex-membre, Naoko Kikuchi, une femme de 40 ans. Les deux comparses étaient toujours en étroite relation.

La chasse à l’homme s’est faite grace à des images de Katsuya Takahashi diffusées sur de nombreux médias. Des clichés, plus ou moins nets, pris par des caméras de surveillance de son bureau. En effet, il continuait sa petite vie tranquille, comme si de rien n’était, sous une fausse identité au guichet d’une banque. Takahashi n’était pas un membre lamba, il était un des instigateurs de l’attentat et un séquestreur aux méthodes tortionnaires. Il avait enfermé chez lui et fait subir les pires supplices au frère d’un membre déserteur de la secte.

Pour se remettre dans le contexte, nous sommes le 20 mars 1995, le quai du métro est bondé par des salary men, des office ladies, dans leur uniforme bien propret, se rendant au travail et par des jeunes allant en cours. Soudainement, les adeptes décident de frapper. Ils disposent des sacs remplis de gaz sarin sur cinq rames du métro en direction du quartier des ministères. Ce produit létal, plus nocif que le cyanure, a été crée durant la Seconde Guerre mondiale par les forces de l’Axe pour occire leur ennemis. La panique s’installe, le composé chimique volatile empoisonne des milliers de personnes. Malgré les efforts pour tenter de regagner la surface, la trappe se referme sur les victimes. Au total, on déplore 13 morts et plus de 6.000 blessés. Les responsables : la secte Aum.

Aum, groupuscule religieux influencé par des préceptes bouddhistes et hindouistes teintés de prévisions apocalyptiques, a vu le jour en 1984. Le père de ce rassemblement mystique, Shoko Asahara, était un simple professeur de yoga, atteint d’une cécité légère mais au fort charisme. Un éloquence telle qu’il rassemblait plusieurs milliers de personnes à chacune de ses conférences. Il s’est laissé emporter par l’engouement et enivré par l’argent, il a perdu la raison. Avec tous les yens entassés sur le dos des faibles gens, il a investi dans une usine chimique dans les environs du Mont Fuji, là où il fut arrêté en 1995. Une arrestation procédé à temps, car ses desseins étaient funestes, la mise en place d’une quantité astronomique de gaz dans le but d’assassiner plus de 3 millions de personnes.

Avant l’attentat du métro, elle avait déjà tâtée le terrain un an plus tôt à  Matsumoto. Un acte criminel, lui aussi avec du gaz sarin et qui avait provoqué  la mort de huit personnes.

En mettant la main sur Takahashi, c’est  la fin d’une longue traque menée sans répit, que les policiers japonais ont mené avec brio. Au final, elle aura fait juger 189 ex-membres en 16 années de procédure, dont 13 ont été condamnés à la peine capitale. Cependant aucun n’a encore eu la corde autour du cou. Il peut paraitre étrange que dans le pays du zen et de la tolérance, la peine de mort soit toujours appliquée. Ce sujet est un vrai débat de société, alors que la Justice nippone s’orientait vers une abolition pure et simple de cette sentence irréversible au début des années 1990, l’attentat du métro a provoqué un revirement massif de l’opinion public.

Même si Aum est décapitée, son leader étant sous les verrous, la loi ne l’a pas démantelée. Cependant, ses faits et gestes sont épiés de près par les forces de l’ordre afin d’éviter un nouveau dérapage mortel. Elle a même change de nom, comme le ferait un criminel en fuite, désormais il faut parler de la secte Aleph dont la politique du nouveau gourou se veut diamétralement opposée à celle d’Asahara. Le gouvernement japonais a une bonne occasion à saisir pour faire de même en revenant sur sa position vis à vis de la peine de mort.

Source : http://www.come4news.com/la-chasse-a-pris-fin-82709

Publié dans Aum. Tagué .

Gaz sarin: le dernier membre de la secte Aum arrêté à Tokyo

15/6/12 – 12 h 15AFP – MONDE

Le dernier membre en cavale de la secte Aum a été arrêté vendredi à Tokyo, 17 ans après l’attaque meurtrière au gaz sarin qui avait fait 13 morts et des milliers de blessés dans le métro de la capitale nippone, attentat pour lequel 13 condamnations à mort ont déjà été prononcées.

Katsuya Takahashi, 54 ans, a été interpellé dans un quartier d’ouvriers au sud de la capitale, alors qu’il s’était réfugié dans un « manga café », espace ouvert 24H/24, 365 jours par an, où les clients peuvent passer des heures à feuilleter des revues, regarder des vidéos, surfer sur internet, somnoler et se sustenter.

« Nous avons reçu l’information qu’un homme ressemblant à Katsuya Takahashi se trouvait dans ce manga-café », a déclaré à l’AFP un porte-parole de la police.

Cheveux bien coiffés, portant chemise blanche et fines lunettes, il a immédiatement confirmé aux policiers venus l’appréhender sa véritable identité, définitivement établie grâce à ses empreintes digitales.

Selon l’agence Jiji, il a expliqué avoir participé aux attentats « sur ordre des hauts responsables » de la secte. « S’agissant de l’objectif, j’ignorais certaines choses », a-t-il dit.

La secte Aum, mélangeant des préceptes bouddhistes et hindouistes sur fond de visions d’apocalypse, a été fondée en 1984 par Shoko Asahara, dont le vrai nom est Chizuo Matsumoto, un maître de yoga à moitié aveugle, qui a attiré jusqu’à 10.000 fidèles.

Le 20 mars 1995, en pleine heure de pointe matinale, des adeptes d’Aum Vérité Suprême déposaient des sacs emplis de gaz sarin dans cinq rames de métro convergeant vers le quartier des ministères.

Percés à la pointe de parapluie, les sacs libéraient le sarin, un gaz plus mortel que le cyanure inventé par les nazis, intoxiquant plus de 6.000 voyageurs pris au piège dans le sous-sol de Tokyo.

Avant cette attaque, considérée comme le pire acte terroriste de l’histoire du pays, la secte avait déjà commis meurtres et enlèvements, fabriqué bombes et armes chimiques, et disséminé du gaz sarin dans la ville de Matsumoto (centre), en juin 1994, faisant huit morts.

Dans les mois qui suivirent l’attentat de Tokyo, dix membres d’Aum soupçonnés d’être impliqués dans sa préparation et son exécution furent arrêtés.

Le gourou Shoko Asahara fut cueilli en mai 1995 dans les environs du Mont Fuji où la secte possédait une usine chimique capable de produire suffisamment de sarin pour tuer des millions de personnes.

Asahara, 57 ans, a écopé de la peine capitale en février 2004 pour avoir conçu l’attentat du métro, celui de Matsumoto et ordonné plusieurs autres meurtres. Ni lui, ni les douze autres membres d’Aum condamnés à mort par pendaison –sur un total de 189 ex-membres poursuivis– n’ont encore été exécutés.

Mais trois membres passèrent à travers les mailles du filet: Makoto Hirata, Katsuya Takahashi, et une femme, Naoko Kikuchi. Pendant 17 ans, changeant d’apparence, vivant sous des fausses identités, ils déjouèrent toutes les polices du pays… jusqu’au 31 décembre 2011.

Ce jour-là, peu avant minuit, Makoto Hirata, 46 ans, se constitua prisonnier dans un commissariat de Tokyo.

Parla-t-il aux policiers ? Le lien entre les deux événements n’est pas officiellement établi, mais Naoko Kikuchi fut repérée et arrêtée cinq mois plus tard, le 3 juin.

La mise en détention à Tokyo de cette femme de 40 ans a permis d’établir qu’elle et Katsuya Takahashi étaient restés jusqu’à très récemment en étroite relation, ce qui a conduit les policiers à marcher dans les pas de Takahashi et à boucler une traque de près de deux décennies.

 

AFP

Publié dans Aum. Tagué .

Un ancien membre de la secte Aum arrêté au Japon

Naoko Kikuchi est accusée d’avoir fait partie de l‘équipe responsable de la production du gaz sarin. Ce dernier avait été utilisé dans l’attentat dans le métro qui avait fait 13 morts et 5.500 blessés en mars 1995.

Il s’agit d’une femme âgée de 40 ans. Naoko Kikuchi était en fuite depuis plus de 17 ans. Elle a été retrouvée hier par la police nippone dans la ville de Sagamihara à l’ouest de Tokyo où elle vivait.

Un attentat perpétré par la secte Aum. Une autre attaque avait eu lieu également en juin 1994 dans la ville de Matsumoto dans le centre du Japon. Huit personnes y avaient perdu la vie.

Le gaz sarin est un gaz mortel qui attaque le système nerveux et peut laisser de graves séquelles.

Un autre ancien membre de la secte s‘était rendu en janvier dernier et un autre, le dernier est activement recherché par la police japonaise.

source : 04/06/2012 euronews

http://fr.euronews.com/2012/06/04/un-ancien-membre-de-la-secte-aum-arrete-au-japon/