Brésil : Trois cannibales ont obligé la fille d’une victime à manger sa mère

Un Brésilien, sa femme et sa maîtresse sont soupçonnés d’avoir tué au moins trois femmes puis d’avoir intégré leurs restes à des tartes.

A côté, la comédie musicale « Sweeney Todd », c’est de la roupie de sansonnet. Un trio de Brésiliens est soupçonné des pires perversités. Jorge Negromonte, 50 ans, sa femme Isabel Pires (51 ans), et sa maîtresse Bruna da Silva (25 ans) sont actuellement jugés dans la cour de justice de Pernambuco (nord-est du Brésil) pour le meurtre de trois femmes, rapporte leDailyMail britannique.

Ils sont suspectés d’appartenir à une secte prénommée Cartel dont le but est de purifier et réduire la population mondiale. Selon l’enquête, les trois accusés auraient attiré leurs victimes à leur domicile sous prétexte de les embaucher pour garder des enfants. Celles-ci auraient alors été égorgées et démembrées avant d’être… cuisinées.

Des chaussons fourrés avec les restes des victimes

Avec certains morceaux des corps, le trio aurait rempli des empanadas, des sortes de chaussons fourrés, qu’ils ont eu même mangé ou ont vendu à leurs voisins. Mais ils ne se sont pas arrêtés là. En 2008, après le meurtre de Jessica da Silva, 17 ans, ils ont obligé sa fille encore toute jeune, à manger l’une des tartes composées des restes de sa mère selon un processus de purification. Cette dernière serait restée vivre avec eux par la suite, comme la fille de la maîtresse.

Jugé depuis le 25 octobre, le trio nie les trois meurtres et ce qui en a suivi mais a reconnu six autres meurtres. Cependant, les dépouilles partielles, supposément de deux des victimes, Alexandra Falcao et Gisele da Silva, ont été retrouvées enterrées dans leur jardin. Ils auraient en revanche reconnu avoir tué six autres personnes.

Les trois suspects nient les accusations. Alors que l’avocat plaide la démence, le frère de Jorge Negromonte a témoigné en affirmant que ce dernier ne pouvait être coupable de cannibalisme puisqu’il était végétarien. Pas sûr que cela suffise à l’innocenter…

L’accusé a donné une interview à la chaîne de télévision brésilienne SBT (en portugais) :

[youtube=http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=gXVVwBuyrRA]

Source : http://www.metrofrance.com/info/trois-cannibales-ont-oblige-la-fille-d-une-victime-a-manger-sa-mere/mljz!SgQHwtgtEz8Us/

Le cannibale brésilien raconte sa « mission » à la télévision

Le Monde.fr | 14.04.2012 à 18h34 • Mis à jour le 14.04.2012 à 18h44

Jorge da Silveira, 51 ans, et sa complice Isabel Pires, 51 ans.

 

Un homme arrêté jeudi 12 avril à Garanhuns, dans le nord-est du Brésil, avec deux complices, tous soupçonnés d’avoir mangé plusieurs femmes, a raconté qu’il était chargé d’une « mission », dans une interview à une TV locale.

Le trio – Jorge da Silveira, 51 ans, Isabel Pires, 51 ans, et Bruna da Silva, 25 ans – assassinaient les femmes, les dépeçaient puis mangeaient leur chair dans un« rituel de purification ». Ils faisaient tous trois partie d’une secte dénommée « Cartel », qui plaide pour la purification du monde et la baisse de la démographie. Leur but était de tuer trois femmes par an, selon la police locale.

« Je n’ai tué personne. J’ai fait trois missions avec la permission de Dieu et elles(les trois victimes) sont toutes avec Dieu purifiées », a déclaré Jorge da Silveira récusant le terme « d’assassinats » dans l’interview.

BEIGNETS SALÉS

Il a expliqué agir « sous le commandement » non pas de démons mais de « deux anges, un Blanc et un Noir », dont il a des visions depuis l’enfance. Il a nié « être fou »même si « à l’adolescence, les psychiatres m’ont obligé à prendre des médicaments », a-t-il précisé. Il ne se « rappelle plus » de la façon dont il tuait ses victimes dans la « Chambre du Mal » mais a dit qu’il ne « se servait pas du sang » et mettait « la chair dans de l’eau pour la purifier avant de la manger ».

Des morceaux de chair des victimes ont été utilisés aussi dans la fabrication de beignets salés qui étaient vendus dans les rues de Garanhuns, une ville à 230 km de Recife, la capitale du Pernambouc, rapporte la presse samedi.

666

Les victimes étaient choisies en fonction des numéros de leur carte d’identité « qui donnaient quelque part le numéro maudit 666 » (du diable), selon lui. Avant demourir « elles pleuraient et je leur disais que leurs péchés étaient pardonnés », a-t-il dit sans montrer le moindre regret.

Il a affirmé que c’était Isabel Pires, 51 ans, qui attirait les victimes en leur proposant un bon salaire pour un travail de nounou. Cette dernière a rejeté la culpabilité sur Bruna da Silva, 25 ans, la maîtresse de Da Silveira.

DESSINS

Des détails des faits et gestes du trio, avec des dessins, ont été trouvés dans un livre de 50 pages écrit par da Silveira, diplômé en éducation et ceinture noire de karaté. Des détails des faits et gestes du trio, avec des dessins, et des détails de cannibalisme, ont été trouvés dans ce livre intitulé Les relations d’un schizophrène.

Deux corps ont été retrouvés jeudi dans le jardin de leur maison et pourraient être ceux de deux femmes disparues récemment : Alexandra Falcao, 20 ans, et Gisele da Silva, 30 ans. Elles auraient été vues près de la maison des suspects avant de disparaître, selon la police. Jeudi, des voisins ont mis le feu à la maison du trio.

Une des suspectes, Bruna da Silva, a avoué qu’elle portait le nom d’une femme que le groupe aurait assassinée en 2008, Jessica Pereira, dans la ville voisine de Olinda. Ils auraient aussi enlevé la fille de cette femme, une enfant de cinq ans retrouvée avec le trio. L’enfant a été placée sous la protection d’un juge pour enfants afin de lui trouver une nouvelle famille.

Source : http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2012/04/14/le-cannibale-bresilien-raconte-sa-mission-a-la-television_1685680_3222.html