Jean-Luc Ayoun – Le gourou des cristaux n’était pas clair

L’ex-acupuncteur Jean-Luc Ayoun vendait notamment des cristaux censés favoriser la médiation vers d’autres dimensions. Il a été mis en examen.

JEAN-MARC DUCOS | Publié le 29.12.2012, 07h00

 

 

Longtemps, l’ancien acupuncteur parisien, radié de l’ordre des médecins en 2007 à sa demande pour « convenance personnelle », a tenté de se refaire une virginité en vendant ses recettes miraculeuses sur « la canalisation analytique ». Un marché florissant…

Source : http://www.leparisien.fr/espace-premium/actu/le-gourou-des-cristaux-n-etait-pas-clair-29-12-2012-2440725.php

Note de Prévention Sectes :

Voici un extrait de ses compétences :

Docteur en médecine depuis plus de 25 ans, il élargit très rapidement sa pratique aux médecines énergétiques et aux cristaux comme outils d’évolution de conscience et de thérapie.

Ses recherches ont également abouti à la création de produits biophysiques à base de cristaux ou encore d’un système de mesure et de grilles de lecture reliant les aspects biophysique, psychologique et spirituel de l’homme.

Parallèlement il canalise des énergies enseignant sur les nouvelles dimensions de l’homme (enseignements, libérations mémorielles …).

Libre de toute obédience (associative, religieuse, politique …), au seul service des plans pluridimensionnels qui lui ont assigné cette tâche.

—————————

Exclusivité: les gérants du site « Autresdimensions.com » mis en examens!

Le médecin new age dans le collimateur de la justice

Les deux gérants de la société Autres dimensions, dont l’un était acupuncteur, ont été mis en examen pour escroquerie et abus de faiblesse par sujétion psychologique.

Jean-Luc Ayoun, en 2009.|| photo Dr
(photo Dr)
Jean-Luc Ayoun.
 Le site Autres Dimensions donne de longues descriptions des prestations dans un langage hermétique aux néophytes|| Photo B. L.

Ce la ne saute pas aux yeux lorsqu’on se rend sur son site Internet mais la SARL biarrote Autres dimensions est immatriculée au registre du commerce en tant que société de conseil en affaires et conseil en gestion. Des conseils qui n’ont pas satisfait tous les clients (lire ci-dessous) mais qui, appliqués aux deux cogérants, Jean-Luc Ayoun et Véronique Loriot, auraient généré d’importants bénéfices.

Tous deux, bien sûr présumés innocents à ce stade de la procédure, ont été mis en examen pour abus de faiblesse par sujétion psychologique (1) et escroquerie le 7 décembre dernier ainsi que l’a confirmé à « Sud Ouest » Anne Kayanakis, procureur de Bayonne. « Jean-Luc Ayoun est en outre poursuivi pour exercice illégal de la médecine et la SARL, en tant que personne morale, doit répondre d’escroquerie et de travail illégal. »

Des victimes plutôt fortunées
L’affaire d’abus de confiance et de sujétion psychologique qui vaut leur mise en examen à Jean-Luc Ayoun et Véronique Loriot est née d’une plainte déposée, il y a un an environ, par une ancienne adepte des méthodes prônées par Autres dimensions.
Cette femme âgée d’une cinquantaine d’années, très brillante, vit au Pays basque. Elle accuse Jean-Luc Ayoun et Véronique Loriot, qui ont été en couple mais ne le seraient plus aujourd’hui, de s’être adonnés à de la manipulation mentale sur elle pour l’amener à se défaire de ses biens.D’autres plaintes ont été jointes à ce premier dossier. Les abonnés des canalisations de Jean-Luc Ayoun sont pour la plupart des personnes d’un niveau social élevé, originaires d’un peu partout en France. Elles ont pour point commun d’avoir un besoin de spiritualité que les mis en examen auraient exploité, au-delà des limites prévues par la loi.

Nos diverses tentatives pour joindre Jean-Luc Ayoun ou Véronique Loriot sont restées sans suite.

Jean-Luc Ayoun, qui se présente comme médecin et Véronique Loriot, une psychologue de 51 ans, ont été interpellés le 5 décembre au Pays basque à la suite d’une enquête préliminaire diligentée par la compagnie gendarmerie de Mauléon, associée dans cette affaire à la section départementale de recherche de la gendarmerie et l’Office central de la répression des violences aux personnes. Ce dernier organisme est spécialisé, entre autre, sur les dérives sectaires constitutives d’infractions pénales.

Jean-Luc Ayoun a été médecin acupuncteur à Paris avant d’être récemment radié de l’Ordre des médecins. Il a développé la marque « Quantic Potential Measurement » qui a donné son nom à une machine à mesurer le stress présentée dans de nombreux médias, dont le quotidien national « Le Monde » en 2007. De nombreux scientifiques ont cependant fait part de leurs doutes sur cet appareil et les mesures produites.

Canalisations des énergies

Les sites Internet sont instructifs sur l’activité déployée par les sociétés de Jean-Luc Ayoun et en particulier Autres Dimensions qui surfe sur le courant new age. La page d’accueil du site invite à un « chemin vers la 5e dimension [qui] se dévoile chaque jour davantage ».

Jean-Luc Ayoun décline ainsi son curriculum : « Docteur en médecine depuis plus de vingt-cinq ans, il élargit très rapidement sa pratique aux médecines énergétiques et aux cristaux comme outils d’évolution de conscience et de thérapie ».

Protocoles, stages et accompagnements sont proposés et de bons vœux dispensés : « Que la Fluidité de l’Unité vous accompagne ! »

Sur la boutique virtuelle, la SARL vend des livres, des cristaux… Un décodage corps/esprit, qui est un « processus d’accompagnement dynamique aux évolutions de ce que l’on peut appeler Conscience, Âme ou Esprit ». Ce décodage, par courrier coûte 80 euros. Des stages sont proposés à plus de 700 euros (sans hébergement) la semaine dans un gîte des Pyrénées-Atlantiques. Les séances de canalisation ont lieu un peu partout en France et notamment dans un centre de vacances de Biarritz. Les stages se déroulent dans un gîte des Pyrénées-Atlantiques.

Jean-Luc Ayoun n’est pas un inconnu des associations de lutte contre les sectes et les manipulations mentales qui ont enregistré, depuis 2011, des signalements. La canalisation des énergies nourrit bien son homme : crée en 2006, la SARL biarrote affiche en 2011 un chiffre d’affaires de 248 659 euros et le résultat net de 67 731 euros. Ses avoirs sont gelés dans le cadre de l’instruction en cours.

(1) Le libellé complet est « abus de faiblesse par personne dirigeant un groupement poursuivant des activités créant, maintenant ou exploitant la sujétion psychologique ». Cet article vise spécifiquement les gourous.

Source : http://www.2012un-nouveau-paradigme.com/article-eclusivite-les-gerants-du-site-autresdimensions-com-mis-en-examens-113788212.html

Comment les prophéties de fin du monde permettent encore aux sectes d’avoir de nouvelles recrues

Les gourous se frottent les mains. La fin du monde annoncée le 21 décembre 2012 est particulièrement « prometteuse pour tous les prophètes de mauvais augure », d’après la mission publique chargée de lutter contre les dérives sectaires.

Apocalyptiquement vôtre

Publié le 24 novembre 2012

Atlantico : Vous avez présidé la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (la Miviludes) de septembre 2008 à août 2012. Avez-vous observé une recrudescence des dérives sectaires ces dernières années ?

Georges Fenech : Effectivement,  les dérives sectaires, ou les mouvements à caractère sectaire (une dérive sectaire est caractérisée par la mise en oeuvre de pressions ou de techniques ayant pour but de créer, de maintenir ou d’exploiter chez une personne un état de sujétion psychologique ou physique selon la définition de la Miviludesndlr) ont connu un accroissement ces dernières années. On estime aujourd’hui qu’il y a 800 pratiques porteuses de dangers sectaires, et l’on peut comparer ce chiffre avec la commission d’enquête de 1995 qui recensait 172 mouvements du même type. Il faut mettre en perspective un sondage commandé de 2011, qui a montré que 20% des Français connaissaient au moins une personne victime de dérives sectaires, ou ayant été en contact avec un charlatan, un gourou thérapeutique, un escroc, etc.

On parle là d’un phénomène de masse qui peut toucher n’importe qui.

Le rapport 2010 de la Miviludes a été consacré au « millésime 2012 d’une fin du monde annoncée ». D’après la mission, ce dernier se présente particulièrement « prometteur pour tous les prophètes de mauvais augure ». La fin du monde annoncée pour le 21 décembre prochain permet-elle aux sectes d’attirer de nouvelles recrues ?  

Faire circuler des messages à caractère prophétique est très anxiogène, c’est effectivement un mode de recrutement. Cela incite les populations très vulnérables à se protéger, donc à intégrer une communauté et à obéir à un leader pour espérer un salut. C’est un phénomène très réel, et très répandu dans le monde entier.

Les groupes sectaires ont presque tous pris le train en marche. Dans les grandes structures (témoins de Jéhovah, mouvement raëlien, etc.) ou dans les petites, on retrouve chez tous ce discours sur la fin du monde. C’est un filon habituel, qui est exploité par les groupes. Dans presque toutes les sectes, on retrouve toujours cette dimension apocalyptique, celle qui prétend que lorsque la fin du monde arrivera, seuls les fidèles survivront. Elle est même devenue le principal moyen d’attirer des fidèles.

On voit fleurir dans notre pays des organisations, pour la plupart nord-américaines, mais pas seulement. Il existe des gourous hexagonaux, qui évoquent des prophéties sur la fin du monde prochaine, organisent des séminaires, vendent toutes sortes d’objets (DVD, etc.), font des conférences et amènent ces populations à tomber sous leur emprise. On joue sur des peurs, celle d’un dérèglement climatique, d’une crise environnementale, ou de catastrophes générales qui font que les individus peuvent commettre des passages à l’acte, comme l’a montré la tragédie de « l’Ordre du temple solaire » en 1995 : 16 personnes sont mortes, dont trois enfants. Les adultes étaient persuadés de l’approche de l’Apocalypse. Ce type de message peut provoquer des réactions extrêmes et désespérées.

Combien de personnes sont concernées par des dérives sectaires liées à la fin du monde ?

On se situe sur des ordres de grandeur de plusieurs centaines de mouvements, et des milliers de personnes peuvent être happées par ce genre de discours. C’est très difficile à déterminer, car il n’y a pas de plaintes. Cependant,  une surveillance a été mise en place, et le travail est aussi fait par les associations.

Néanmoins, il faut relativiser ce qui va se passer : on en est à notre 83ème annonce de la fin du monde depuis la chute de l’Empire romain. Il y a eu la crainte de la fin du monde lors du passage à l’an 1000, puis à l’an 2000. Cependant, ce n’est pas comparable avec ce qui se passe aujourd’hui, car depuis, il y a eu le développement considérable de l’Internet. Ce qui fait que les rumeurs sont amplifiées par les réseaux sociaux et Internet, et connaissent donc un écho considérable. L’explication principale est là. Il suffit d’aller sur la toile, trois millions de pages sont consacrées au phénomène 2012.

Quelles sont les personnes les plus touchées par les dérives sectaires ?

Il n’y a pas qu’une catégorie de personnes. N’importe qui peut se retrouver en difficulté face à une perte de travail, au déclenchement d’une maladie grave, ou face à une rupture familiale. Lorsqu’une personne en état de fragilité rencontre un individu qui va lui promettre le salut, qui va répondre en apparence à ses angoisses existentielles, c’est à ce moment là que se fait la bascule. Cela ne dépend ni de l’âge, ni du niveau social, ni du niveau culturel. Des professions libérales sont concernées, il y a aussi des médecins qui tombent là-dedans. Le problème porte essentiellement sur les mineurs, qui se retrouvent embarqués par l’adhésion de leurs parents dans ces mouvements apocalyptiques, qui vont subir des conséquences lourdes, au niveau de l’éducation, de la santé : quel est l’intérêt de se soigner, ou d’être éduqué si la fin du monde est imminente?

A quel moment peut-on considérer ces prophéties comme dangereuses ?

La liberté d’expression n’est pas négligeable, ce n’est pas condamnable de penser que la fin du monde va arriver. Ce qui doit interpeller les pouvoirs publics, c’est le danger de certains de ces messages apocalyptiques qui fixent des dates précises, et qui entraînent des mouvements préjudiciables. Nous avons mis en place une surveillance sur la Toile, elle est effectuée par une équipe spécialisée dans la cyber-criminalité. Il y a aussi une surveillance sur le terrain suivant les endroits les plus sensibles, comme dans le département de l’Aude dans les Pyrénées, où le pic de Bugarach est censé échapper à la fin du monde. Il s’agit de mettre en place des mesures de précaution sur ces sites afin d’éviter des affluences de population qui pourraient causer des troubles à l’ordre public. Il y a encore un mois, on observait dans la région du pic la plantation de nouvelles populations, la construction de bunkers, etc. On voit bien que c’est un phénomène qui prend de l’ampleur.

Il y a des pays qui sont particulièrement touchés. Comme précisé auparavant, les Etats-Unis sont extrêmement concernés, avec le mouvement des « preppers », ces « survivalistes », qui organisent la vente de places dans des bunkers, qui se vendent jusqu’à 50 000 dollars. Une véritable industrie se développe autour de cela. Mais on trouve aussi ces mouvements apocalyptiques au Japon, en Russie, dans toute l’Europe, il n’y a pas un endroit de la planète qui échappe à ce phénomène complètement  irrationnel et qui prend une ampleur inégalée.

Des réactions sont-elles à craindre à l’approche du 21 décembre ?

On peut se demander : jusqu’où vont-ils aller ? Que va-t-il se passer le lendemain du 21 décembre ? Va-t-il y avoir une crise, vont-ils être amenés à commettre des actes autodestructeurs ? On n’en sait rien, ça s’est produit dans le passé, en France, aux Etats-Unis ou au Japon.

Propos recueillis par Ann-Laure Bourgeois

Source : http://www.atlantico.fr/decryptage/comment-fin-monde-permet-aux-sectes-avoir-nouvelles-recrues-georges-fenech-543926.html