Une école hors contrat va ouvrir fin septembre

L'abbé Laurent Ramé devant la future école privée de la Fraternité sacerdotale Saint Pie X.

Pourquoi ? Comment ?

Une nouvelle école privée va ouvrir. Qui porte le projet ?

Les intégristes de la Fraternité sacerdotale Saint Pie X (lire ci-dessous) vont installer leur école au coeur du bourg de Puybelliard, près de Chantonnay. L’établissement accueillera des filles et des garçons de la grande section au CM2. La capacité totale est de 80 élèves. À ce jour, « une quinzaine d’inscriptions sont enregistrées », indique l’abbé Laurent Ramé, aumônier. L’école est actuellement en travaux et ouvrira le 22 septembre.

C’est une école privée hors contrat. Qu’est-ce que cela signifie ?

Hors contrat signifie que l’école ne bénéficie pas de subventions de l’État. Côté enseignement, « nous n’avons pas à nous aligner sur les programmes officiels. C’est la liberté du choix »,annonce l’abbé Ramé. Il ajoute que l’école sera contrôlée par l’État « au sujet de la sécurité et de l’hygiène. C’est normal. On doit se soumettre aux règles. »

Par ailleurs, l’établissement n’est pas reconnu par la direction diocésaine de l’enseignement. Il ne pouvait en être autrement : la Fraternité sacerdotale Saint-Pie X se situe clairement en dehors de l’église catholique.

Sans subventions, comment l’école va-t-elle fonctionner ?

Par des dons, des frais de scolarité plus élevés et des activités (lotos, ventes de charité, etc.) « Nous avons des bienfaiteurs qui nous soutiennent. » Le montant des frais de scolarité s’élève à 1 400 €, « soit 140 € par mois ». Avec des tarifs dégressifs pour les familles nombreuses « et des arrangements pour celles qui sont en difficulté ».

Quelle est la pédagogie de l’école ?

À l’enseignement des matières traditionnelles (français, maths, histoire-géo, etc.), « nous aurons aussi de la musique, du bricolage et du théâtre ». S’ajouteront « des prières avant les cours et une demi-heure de catéchisme chaque matin », indique l’abbé Ramé.

L’enseignement religieux sera plus « prononcé » que dans les autres écoles privées. « Mais les parents le savent, on ne cache pas les choses. Il est évident que les parents partagent les objectifs pédagogiques de l’école, qu’ils sont d’accord », poursuit l’abbé Ramé. L’aumônier précise que l’école « est ouverte à tous, catholiques ou non ».

Transmission de la foi, pratique des sacrements… seront également au programme, « pour donner des repères, des références », explique l’abbé Ramé qui réfute « tout endoctrinement. On n’est pas une secte, les enfants appartiennent aux parents. Ce sont les parents qui donnent l’éducation. On souhaite une collaboration avec eux, des échanges avec le personnel ».

Qui sont les enseignantes ?(…)

Suite de l’article

Dérives sectaires: un lycée privé de subventions

    • Mis à jour 
    • Publié 
La Région Ile-de-France a suspendu le versement du dernier trimestre de subventions à un lycée catholique privé parisien, accusé de dérives sectaires.

Le lycée Gerson, situé dans le XVIe arrondissement de la capitale, a fait l’objet au mois d’avril de plaintes d’élèves et de professeurs dénonçant des dérives intégristes, notamment pendant les cours de catéchèse où des associations pro-vie ou proches de l’Opus Dei seraient intervenues.

Le ministère de l’Éducation nationale avait immédiatement diligentée, le 15 avril, une « mission d’inspection générale pour faire toute la lumière sur cette affaire ».

Le Conseil régional d’Ile-de-France, qui intervient au titre des forfaits d’externat, a étudié le 18 juin dernier en commission permanente le cas de ce lycée. « Dans l’attente des conclusions de cette enquête administrative, la commission permanente a décidé de suspendre le versement de la contribution » régionale qui restait à verser, soit le 3e trimestre de l’année scolaire 2013-2014. Un versement d’un montant total de 73.789 euros.

Source : le figaro

Royaume-Uni – Interdiction d’enseigner les thèses créationnistes dans les écoles Britannique

britannique, les écoles, tout, interdit, quelque chose, enseigné, à, millions, de, américain, enfants,
Écoles Colombie Quelque chose vient d’interdire enseigné à des millions d’enfants américains
Crédit Image: AP

Les nouvelles: Enseigner aux élèves que le créationnisme est une théorie fondée sur les preuves est maintenant interdit dans toutes les écoles publiques à travers le Royaume-Uni, selon de nouveaux documents du gouvernement britannique. Voici les nouvelles normes, qui instituent un:

… Exigence pour chaque académie et école gratuite à offrir un programme vaste et équilibré dans tous les cas d’éviter l’enseignement du créationnisme comme théorie fondée sur des preuves dans une académie ou d’une école libre.

Selon io9 , cela signifie une «école de l’académie ou libre» au Royaume-Uni qui enseigne le créationnisme aux étudiants serait enfreindre son entente de financement avec le gouvernement. Les académies sont à peu près équivalent à des écoles à charte aux États-Unis, tandis que les «écoles libres» sont des écoles indépendantes à but non lucratif financés par l’argent des contribuables, qui peuvent être organisées par les parents, les enseignants, les associations caritatives et les entreprises. La nouvelle langue met à jour une règle 2012, qui exige que tous les futurs écoles libres qui enseignent la théorie de la sélection naturelle seule à inclure les académies et les écoles libres existants.

Cela signifie que le Royaume-Uni est sur la bonne voie pour mettre fin à plus ou moins complètement la pratique de l’enseignement du créationnisme dans les écoles publiques. Cependant, il ne permet créationnisme et autres croyances sur l’origine de la Terre et de la vie à enseigner dans les classes sur la religion, tant qu’ils ne sont pas présentées comme des alternatives valables à la théorie scientifique. Bien qu’il existe d’autres réformes nécessaires dans d’autres secteurs de l’éducation à travers le Royaume-Uni, il semble que la plus grande étape vers l’obtention de la religion sur les cours de sciences financés par le contribuable vient d’être accompli.

Comparez cela aux États-Unis: Aux États-Unis, environ 1 milliard de dollars des contribuables à travers 14 états va à des écoles privées . Plus tôt cette année,  Politico a indiqué que ces écoles privées inclus  » des centaines d’écoles religieuses qui enseignent la Terre est âgée de moins de 10.000 ans, Adam et Eve se promenaient le jardin avec les dinosaures et beaucoup de la biologie moderne, la géologie et la cosmologie est un tissu de mensonges.  »

Aux États-Unis, seulement les États de la Louisiane et le Tennessee permettent actuellement le créationnisme et son rejeton, conception intelligente, d’être enseigné comme alternatives à l’évolution dans les écoles publiques. Mais dans la majeure partie du Sud et le Midwest, les écoles privées qui enseignent le créationnisme sont capables d’accepter des millions de dollars en financement public. Slate a une carte relativement mise à jour complète de ces écoles ici . Il ya vraiment des centaines d’entre eux.

Carte des écoles qui enseignent le créationnisme. Crédit Image: Ardoise

De  Politico le rapport:

… Beaucoup de ces écoles confessionnelles vont au-delà l’enseignement de l’histoire biblique des six jours de la création comme un fait littéral. Leurs supports de cours nourrissent dédain du monde séculier, la méfiance de découvertes et de l’hostilité envers les scientifiques traditionnels capitales. Ils déforment souvent faits de base sur la méthode scientifique – l’enseignement, par exemple, que les théories telles que l’évolution sont par définition hautement spéculative, car ils n’ont pas été élevé au rang de «loi scientifique. »

Une série de livres populaires dans les écoles chrétiennes appelle évolution « une philosophie méchants et vain. » Un autre se moque de «théoriciens de mathématiques modernes» qui ne parviennent pas à voir les mathématiques comme des lois absolues ordonnés par Dieu. L’éditeur note que ses manuels évitent percées « modernes » – même ceux, comme la théorie des ensembles, développé au 19e siècle.

Aux États-Unis, la science de constante de l’évolution est encore assez délicat. Missouri, par exemple, envisage un projet de loi qui « alerter »  les parents de toute discussion sur l’évolution naturelle dans les écoles. Et un sondage Pew 2013 a révélé que seulement 6 Américains sur 10 pensent que la vie a évolué au fil du temps (y compris par la direction d’un être suprême), comparativement à 87% des scientifiques .

Pourquoi devriez-vous des soins:  Pew a révélé que les Américains largement en désaccord avec les scientifiques sur une variété de questions, y compris la recherche embryonnaire de cellules souches, l’utilisation d’animaux dans les tests de laboratoire, l’énergie nucléaire, la vaccination des enfants et les causes et l’ampleur du réchauffement de la planète. À une époque où l’économie valorise de plus l’éducation dans les domaines des STIM très techniques et des projets scientifiques à grande échelle sontplus importantes que jamais , ce serait bien si l’argent des contribuables financés éducation laïque, scientifique au lieu de dogme religieux.

Source : World Mic – Traduction Google

Suisse – «Avalanche de thérapies» à l’école

A Zurich, un nombre croissant d’écoliers suivent des thérapies logopédiques et psychomotrices. Inquiets, les experts pensent que les établissements scolaires en font trop.

storybild 

Durant l’année scolaire 2005/2006, 388 enfants ont suivi une thérapie psychomotrice dans le canton de Zurich. En 2012, on a en a recensé 526. Ce qui correspond à une hausse 35% en l’espace de sept ans. Du côté de la logopédie, le nombre de thérapies a augmenté de 28% en six ans.

Selon les experts, cette évolution est inquiétante. Avant, les enfants ayant un problème scolaire n’étaient pas forcément guidées vers des thérapeutes, estiment les pédiatres Romedius Alber et Thomas Baumann. Selon eux, il existe un véritable «multiplication thérapeutique» dans les écoles suisses. Selon les médecins, ce ne sont pas les enfants qui ont changé, mais la perception de ce qui est considéré comme normal. De nos jours, ceux qui dévient ne serait-ce qu’un peu de la moyenne seraient considérés comme malades.

Cet avis n’est pas partagé par les pédagogues. Une enseignante zurichoise affirme que les thérapies sont un grand soulagement pour elle. Comme une grande partie de ses 23 écoliers sont d’origine étrangère, il est très difficile de s’occuper de chacun d’eux individuellement, a-t-elle expliqué au «TagesAnzeiger». Une autre enseignante affirme que de manière générale les thérapies ont un effet bénéfique sur les enfants, mais que les nombreuses discussions avec les thérapeutes prennent beaucoup de temps et posent parfois problème au niveau organisationnel.

Une des raisons pour cette augmentation de consultations serait la révision partielle de la loi sur l’école obligatoire, entrée en vigueur à Zurich durant la période scolaire 2009/2010. Avant, c’était l’assurance invalidité qui prenait en charge les thérapies. Mais avec la nouvelle loi, celles-ci sont prises en charge par les établissements scolaires. Entraînant également une plus grande offre. «Je pense que les parents et les écoles font davantage attention qu’autrefois et sont moins hésitants qu’avant pour mettre en œuvre une thérapie», confirme Jürg Forster du Service de psychologie scolaire.(…)

Suite de l’article

 

Rhône.Les méthodes d’enseignement de la maîtresse d’école font jaser

Brussieu. Des parents d’élèves de ce village des Monts du Lyonnais commencent à s’inquiéter de l’appartenance supposée d’une enseignante au Mouvement raëlien. En arrêt maladie, elle a été convoquée par l’inspecteur de circonscription pour des problèmes de « gestion dans sa classe ».

Photo AD

Un pendentif, un autocollant, des bizarreries : ce n’est pas grand-chose, mais pour certains parents d’élèves de l’école du village de Brussieu, ce début d’année scolaire ne démarre pas dans une parfaite sérénité. On n’accuse pas encore mais on s’inquiète à demi-mot. « C’est tout frais, je préfère assimiler tout cela avant de me faire une opinion », nous confie une maman en courant derrière sa poussette.

Septembre 2012 : l’école primaire accueille une nouvelle enseignante. Premières interrogations à la réunion de rentrée : « Elle nous a donné des détails sur sa vie privée. C’était étrange », confie une maman dont le fils est dans la classe concernée. « C’était pour éviter les racontars », rétorque une autre.

Un parent aperçoit ensuite au cou de l’institutrice un pendentif constitué d’un svastika (croix qui a inspiré la croix gammée) lié à l’étoile de David, le symbole du Mouvement raëlien. L’information circule à la sortie de l’école. Puis les indices s’accumulent. On repère sur la voiture de l’enseignante un autocollant du site rael.org. Les craintes grimpent d’un cran. « Le mot Raël fait peur », reconnaît une maman tout en admettant qu’elle n’a aucun reproche à faire à l’enseignante : « Elle appartient à une secte et ne s’en cache pas mais cela relève de sa vie privée et tant qu’elle ne fait pas de prosélytisme dans sa classe, ma foi… »

Mais à Brussieu, tous ne sont pas du même avis et certains apprécient moyennement les petites habitudes de la maîtresse. Les séances de relaxation en irritent déjà quelques-uns. Pourtant les familles avaient été informées dès la rentrée scolaire. Sauf que les gamins les plus remuants font la grimace quand vient le « soufflement ». « Ah oui, en classe, on doit respirer », lâche très sérieusement une fillette blonde dans la cour d’école. « On » respire deux à quatre fois par jour après la récré. « Quatre fois dans la journée, je trouve que ça fait beaucoup à cet âge-là », s’agace cette maman dont le fils refuse désormais de s’y plier. « Moi, ma fille aime bien, ça la calme », indique une autre.

Dans les griefs, finalement bien maigres, listés par des parents inquiets, ces autres critiques rapportées par les élèves sur la nocivité du monde actuel. « Quand on a parlé de la biodiversité, la maîtresse nous a dit que la viande hachée, c’était fait avec des déchets d’animaux. Ça n’a pas plu à mes parents », raconte la même fillette blonde. « J’ai peur qu’elle effraie les gamins avec ses remarques sur le ‘‘tout est toxique’’ », soupire une maman. Inquiète, elle a essayé de parler à l’enseignante : « Elle nous fuit. »

Une réunion a été programmée après les élections de parents d’élèves pour discuter du « problème ». Au sein de l’école qui compte six classes, le directeur alerté par des familles, refuse d’évoquer le sujet avec la presse. Il admet néanmoins que « l’Éducation Nationale a été avisée du dossier ». Même silence du côté du maire. « Ici, les gens sont taiseux », confie un habitant. « Ça commence à se savoir dans le village », note une autre. Jeudi, le tableau d’affichage de l’école informait de l’absence de l’enseignante et de son remplacement.

Source : http://www.leprogres.fr/rhone/2012/10/08/les-methodes-d-enseignement-de-la-maitresse-d-ecole-font-jaser