Philippe-Jean Parquet : les 9 critères pour caractériser l’emprise

Pour Philippe-Jean Parquet, consultant et référent ministériel, les organisations à caractère sectaire « se transforment et présentent des visages différents. Elles utilisent des processus, appelés quelquefois manipulations mentales, qui induisent un état psychologique original, l’emprise mentale. » Elles s’adaptent aux besoins et attentes de nos contemporains et proposent des théories et des méthodes ayant trait à la santé et au développement personnel, au bien-être, à l’écologie et moins à des thèmes pseudo-religieux et ésotériques. Un changement d’échelle est également perceptible : elles forment de petits groupes moins détectables. Cette nouvelle forme en augmente le caractère nocif. De la même manière que les organisations classiques, « ces groupuscules asservissent les personnes, induisent des dommages et coupent les victimes de leur famille, de leur activité professionnelle et de la société. » Cet asservissement conduit même ces victimes « à commettre des actes dommageables voire répréhensibles qu’elles n’auraient pas commis antérieurement ».

Le professeur Parquet a établi une grille de critères pour pouvoir caractériser l’emprise mentale. Pour porter le diagnostic, il faut que cinq des neuf critères soient établis. Ces critères sont :

  1. Rupture imposée avec les modalités antérieures des comportements, des conduites, des jugements, des valeurs, des sociabilités individuelles, familiales et collectives ;
  2. Occultation des repères antérieurs et rupture dans la cohérence avec la vie antérieure et acceptation par une personne que sa personnalité, sa vie affective, cognitive, relationnelle, morale et sociale soient modelées par les suggestions, les injonctions, les ordres, les idées, les concepts, les valeurs, les doctrines imposées par un tiers ou une institution, ceci conduisant à une délégation générale et permanente à un modèle imposé ;
  3. Adhésion et allégeance inconditionnelle, affective, comportementale, intellectuelle, morale et sociale à une personne ou à un groupe ou à une institution : ceci conduisant à une loyauté exigeante et complète, une obéissance absolue, une crainte et une acceptation des sanctions, une impossibilité de croire possible de revenir à un mode de vie antérieur ou de choisir des alternatives, étant donné la certitude imposée que le nouveau mode de vie est le seul légitime ;
  4. Mise à disposition complète, progressive et extensive de sa vie à une personne ou à une institution ;
  5. Sensibilité accrue dans le temps aux idées, aux concepts, aux prescriptions, aux injonctions et ordres à un « corpus doctrinal » avec éventuellement mise au service de ceux-ci dans une démarche prosélyte ;
  6. Dépossession des compétences d’une personne avec anesthésie affective, altération du jugement, perte des repères, des valeurs et du sens critique ;
  7. Altération de la liberté de choix ;
  8. Imperméabilité aux avis, attitudes, valeurs de l’environnement avec impossibilité de se remettre en cause et de promouvoir un changement ;
  9. Induction et réalisation d’actes gravement préjudiciables à la personne, actes qui antérieurement ne faisaient pas partie de la vie du sujet. Ces actes ne sont plus perçus comme dommageables ou contraires aux valeurs et au mode de vie habituellement admis dans notre société.

Ces 9 critères doivent permettre d’identifier avec rigueur l’emprise sectaire et « de ne pas imputer à tort un changement d’attitude et de comportement, qui pourrait avoir d’autres origines comme une pathologie mentale, un trouble de la personnalité ou la réaction à une perturbation survenue dans la vie d’une personne. »
Pour Philippe-Jean Parquet, il est essentiel que le grand public ait les « moyens d’identifier les manœuvres de ces organisations et de ces groupes lorsqu’ils les contactent ».

Lorsqu’ils ne sont pas des cibles directes, les enfants et les adolescents sont les « victimes des croyances induites chez leurs parents, ils en subissent les conséquences : malnutrition due à des régimes carencés, absence de vaccinations et de traitements lorsqu’ils sont malades, déficit des acquisitions scolaires, formatage de la personnalité… ». Il arrive également qu’ils soient directement confrontés dans le cadre de rattrapage scolaire ou d’aide au développement de la personnalité : « On leur propose des méthodes, des activités, des environnements voire des scolarités complètes qui conduisent à les mettre sous tutelle et en faire de futurs adeptes. »

Le professeur Parquet a participé à la rédaction de la bande dessinée proposée par l’ADFI du Nord. L’objectif est « de rendre les enfants capables de repérer les sollicitations qui pourraient leur être dommageables et permettre aux parents d’être plus capables de repérer ces sollicitations et d’en protéger leurs enfants. »

Source : La Voix du Nord, 04.02.2014

La gourou de Lisieux rejugée en appel ce lundi à Caen

Françoise Dercle a été condamnée le 22 janvier 2013 à 4 ans de prison ferme dans l’affaire de la secte du « Parc d’accueil ». Ce lundi, le procès en appel a débuté. L’accusée semble vivre dans un autre monde et fuit les questions.

  • Par Christophe Meunier
  • Publié le 14/10/2013 | 09:01, mis à jour le 14/10/2013 | 18:00
Françoise Dercle ce lundi lors de son procès en appel à Caen
Françoise Dercle ce lundi lors de son procès en appel à Caen
Françoise Dercle, 56 ans, a été condamnée le 22 janvier à cinq ans de prison dont un avec sursis et au versement de plus de 440.000 euros de dédommagements à une vingtaine de victimes parties civiles. Ancien professeur d’anglais auprès de jeunes désocialisés pour la fondation catholique Les Apprentis d’Auteuil à Lisieux, Françoise Dercle avait comparu, pendant deux jours et demi, fin novembre, lors d’un procès à huis clos pour « abus frauduleux de l’ignorance ou de la faiblesse d’un tiers », dans le cadre de la loi About-Picard de 2001 contre les dérives sectaires.

Françoise Dercle avait fait appel de ce jugement. Elle est rejugée en appel ce lundi 12 octobre à la Cour d’appel de Caen. Elle ne conteste pas le versement de dommages et intérêts, 400 000 euros pour les parties civiles, mais la peine de prison prononcée en première instance. « Nous considérons que 4 ans de prison ferme est une sanction inadaptée à la situation, à cette affaire, à la personnalité de Mme Dercle », a déclaré ce lundi matin Maître Schneider, son avocat, « Et puis, si vous avez suivi les premiers débats, vous savez que je n’ai pas plaidé alors j’espère que cette fois-ci, je pourrai apporter des éléments de réflexion de nature à influencer la décision ».(…)

Abus dans les sectes aux Pays-bas

Abus dans les sectes est rare aux Pays-Bas, mais les conséquences pour les personnes qui en sont victimes, sont poignantes.C’est ce qui ressort de l’étude des nouveaux mouvements religieux, commandé par le WODC, le Centre de recherche et d’information.

Les chercheurs estiment qu’il ya probablement plusieurs centaines de mouvements actifs aux Pays-Bas. Ils ont trouvé 84 mouvements dont les gens ont rapporté des abus. 46 de ces 84 questions sérieuses concernés, comme les infractions sexuelles, agressions, menaces et, dans certains cas, assassiner et d’enlèvement.

Ivo-OPSTELTEN-portret

Ivo-OPSTELTEN-portret 
Rijksoverheid.nl 
Wikimedia commons

Dans 76 des 84 mouvements il y avait la violence psychologique personnes ont déclaré qu’ils n’avaient pas le droit d’avoir une opinion ou d’une vie privée, ou ils étaient tenus de suivre des cours coûteux.

La fin de l’année dernière a lancé hotline, Sektesignaal , prévoit clairement un besoin à l’heure actuelle, conclut le ministre de la Sécurité et de la Justice, sur la base de l’étude.

Entre le 1er Décembre 2012 et le 1er Septembre 2013, plus de 100 personnes ont appelé la hotline. De nombreux rapports concernés abus financiers et l’isolement social.

Source : nltimes

Une puissante secte Philippine s’arrête à Manille

 

AFP

Philippine secte puissante s'arrête Manille
AFPpuissante secte Philippine s’arrête Manille

Manille (AFP) – Plus de 1,5 millions de personnes ont convergé sur la capitale des Philippines lundi pour événement évangélique d’une puissante secte chrétienne, provoquant le chaos de la circulation qui a fermé une grande partie de la mégapole.

Le rassemblement du secret et politiquement influente Iglesia Ni Cristo (Church of Christ) dans le quartier historique de Manille a forcé toutes les écoles et certains bureaux du gouvernement à fermer.

La Cour suprême, ainsi que des jeux de basket-ball dans la ligue collégiale très populaire, ont également été suspendus, tandis que l’autorité de tutelle de Manille a exhorté les employeurs du secteur privé pour donner à leur personnel un jour de congé payé pour éviter le trafic.

« Nous nous excusons vraiment pour ceux qui ont été incommodés. Peut-être qu’ils ne peuvent tout simplement passer cet arrêt comme un sacrifice mineur pour aider leurs compatriotes, » Iglesia Ni Cristo porte-parole Edwin Zaballa déclaré à l’AFP.

Iglesia Ni Cristo, qui est soupçonné d’avoir environ trois millions de membres, a organisé l’événement en apparence comme une mission médicale et de la charité, avec ses adeptes donner de l’aide aux résidents d’immenses bidonvilles.

Zaballa a dit qu’il faisait également partie de l’année de célébrations à travers le pays pour marquer la période qui a précédé son centenaire en 2014, et «passer le mot».

Entre deux et trois millions de personnes ont assisté à l’événement, soit comme un adepte de l’église ou bénéficiaire de l’aide, selon le chef de la police de Manille, Isagani Genade. Les organisateurs ont estimé la foule à entre 1,5 million et deux millions de personnes.

L’événement est l’un des nombreux ostentation de la foi aux Philippines principalement catholique, où les dirigeants religieux aussi exercer une influence politique considérable.

Cependant, tous les participants célébrait.

Dans un parvis de la poste centrale de Manille, tempère effiloché au cours de la chaleur de l’après-midi féroce que les hommes, les femmes et les enfants se bousculaient dans l’attente de soins médicaux offerts par le groupe.

« C’est de la folie. Je suis ici depuis l’aube pour passer un examen médical check-up gratuit, mais je vais avoir plus de malades dans cette chaleur », a déclaré travailleur usine Flor Kato, une mère de 40 ans, de cinq ans qui se plaignait d’ douleurs à la poitrine.

Plusieurs personnes se sont évanouies à cause de la chaleur, tandis que d’autres ont simplement abandonné dans la frustration.

Fondée par Felix Manalo en 1914, Iglesia Ni Cristo exerce énorme influence politique aux Philippines, en dépit de son infériorité numérique par l’est plus de 75 millions de catholiques pays.

Ses adeptes sont chargés de voter en bloc, si les politiciens cherchent souvent l’onction de leurs dirigeants pendant la saison d’élection.

Ses enseignements sont plus conservatrices que l’Eglise catholique, avec ses disciples ne peuvent se marier non-membres.

Anciens membres affirment qu’ils étaient également tenus de donner 10 pour cent de leur salaire à l’église, mais Zaballa dit que ce n’était pas le cas et la place «les membres sont invités à contribuer un montant qu’ils peuvent ».

Quand erano Manalo, le fils et successeur de Félix en tant que chef de l’Église, est mort en 2009, alors président Gloria Arroyo a déclaré le jour de son enterrement, un jour férié.

Dans un grand spectacle de vigueur l’an dernier, les membres de la secte ont tenu des rassemblements pacifiques à travers les Philippines pour protester contre l’éviction du greffon contaminé Cour suprême juge en chef Renato Corona, qui avait connu des liens avec ses dirigeants.

Ce rassemblement a également été pris comme un signe d’une rupture des liens avec le président Benigno Aquino, qui avait gagné le soutien de l’église dans les élections de 2010, mais alors le fer de lance de la mise en accusation de Corona.

Zaballa a déclaré que la réunion de lundi était un simple exercice évangélique.

« Nous ne voulons pas cela comme une démonstration de force », at-il dit.

Mais le sénateur Miriam Santiago, un politicien connu aux Philippines pour parler contre de puissants intérêts, n’était pas d’accord.

Source : au.news.yahoo.com – Traduction Google

Procès des exorcistes : Antoinette raconte son « lavage de cerveau »

AFP
08/10/2013, 21 h 40 | Mis à jour le 08/10/2013, 22 h 02
Les accusés ont toujours revendiqué la sincérité et le bien-fondé de cet exorcisme.
Les accusés ont toujours revendiqué la sincérité et le bien-fondé de cet exorcisme. (PHOTO D’ILLUSTRATION – AFP JANEK SKARZYNSKI)

Au deuxième jour du procès de quatre personnes accusées de l’avoir torturée pour l’exorciser, Antoinette, 21 ans, raconte l’emprise qu’avait sur elle le « gourou » Eric Deron.

« Dans ma tête, Eric c’était Dieu, voilà ». Au deuxième jour du procès de quatre personnes accusées de l’avoir torturée pour l’exorciser, Antoinette, 21 ans, a raconté l’emprise qu’avait sur elle Eric Deron, décrit par certains comme un « gourou » qui « rêvait d’énoncer la parole biblique ». « Il avait un certain charisme. Quand il parlait de Dieu, j’étais captivée », raconte-t-elle. Antoinette avait fait la rencontre d’Eric Deron à l’âge de 16 ans par le biais de l’Eglise adventiste du 7e jour, un mouvement protestant évangélique. « J’étais touchée par tout ce qui concernait Dieu, j’étais très intéressée par tout ça. »

Groupuscule dissident

Dès leur rencontre, elle est séduite. « Il disait que j’étais investie d’une grande mission, que Dieu avait besoin de moi. C’est un discours qui m’a complètement figée ». A tel point qu’elle finit par emménager avec lui et couper les ponts avec sa famille. « Il me disait que ma mère faisait de la sorcellerie, que je ne devais plus la voir ». Radiés de l’église adventiste en raison de problèmes disciplinaires, ils créent alors, avec deux autres personnes, un groupuscule dissident et vivent tous ensemble en quasi-autarcie chez Lise-Michelle, la mère d’Eric. « Après on n’allait plus à l’Eglise, on ne sortait plus », dit-elle.

« C’était comme si Antoinette avait subi un lavage de cerveau », confirme Marguerite, sa mère. « Elle était complètement domptée par Eric ». Pendant de nombreux mois, elle avait tenté de reprendre la main sur sa fille. « Non aux sectes, non aux gourous. Eric Deron et sa mère, 2e porte à droite », avait-elle affiché dans son immeuble à Grigny (Essonne), sans résultat.

« Délires mystiques »(…)

Suite de l’article 

 

Le culte de Devon demande aux petits enfants de «nettoyer leurs péchés»

  • Par DAVID JONES

PUBLIÉ: 22h25 GMT, le 4 Octobre 2013 MISE À JOUR: 23h18 GMT, le 4 Octobre 2013

Les premières brumes de l’automne sont descendus sur les collines de Blackdown, et le week-end prochain l’une des communautés alternatives qui se sont tournés vers cette déprimé, la légende, riche partie de l’ouest du pays va tenter d’éclaircir les esprits en organisant un festival saisonnier.

L’événement de deux jours, à une ferme randonnée près du petit village de Devon Dunkeswell, mettra en vedette les traditions locales comme cercle de danse et de pomme appuyant pour faire du jus frais, et il se terminera par une pièce de théâtre – un conte moral bure édicté par enfants de 20 impairs du groupe.

Pour de nombreux villageois, des nouvelles de cette performance est venu comme une surprise.Car, bien que les membres des Douze Tribus, un sujet controversé, culte aux États-Unis, ont commencé à squatter abandonné la ferme Stentwood il ya 14 ans, et l’ont construit dans une métairie impressionnante, avec un salon de thé pittoresque servant des repas fait maison, leurs enfants sont si rarement autorisés à quitter la commune – caché dans une ruelle peu fréquentée – que peu d’étrangers connaissaient si beaucoup vivent là-bas.

Harsh: Les enfants dans une commune allemande semblable à celui qui est sondé par les services sociaux dans le DevonHarsh: Les enfants dans une commune allemande semblable à celui qui est sondé par les services sociaux dans le Devon

 

Alors que leurs parents baggy smocks salue en passant les randonneurs et les cyclistes avec une vague prudents comme ils le font leurs tâches, et quelques élus sont autorisés à vendre leur pain et des gâteaux locaux de renommée sur les marchés et festivals pop (en même temps essayer de recruter des convertis ), pour leurs fils et leurs filles, le contact avec les non-croyants est sévèrement limitée.

Vêtu puritaine en bonnets et pantalons de toile, ils ne sont pas autorisés à fréquenter les écoles locales, rejoignez les équipes ou clubs sportifs, regarder la télévision ou utiliser l’internet, et encore moins faire des amis au-delà de leur communauté fermée. En effet, il leur est interdit de jouer n’importe quel jeu impliquant imagination ou fantaisie.

Pour la plupart des parents, cette éducation contrôlée seul serait préoccupante. Pourtant, ce n’est pas le procès le plus sombre face aux douze tribus des enfants, car ils doivent se conformer à la doctrine abrutissante de la secte.

Au cours des dernières semaines, via un documentaire télévisé infiltration projeté en Allemagne (où les communes similaires ont été perquisitionnés) et plus tard par des comptes personnels d’anciens membres – y compris une mère britannique qui a échappé à la commune Devon avec son fils – détails de la discipline brutale à laquelle ils sont régulièrement soumis ont commencé à émerger.

Soi-disant pour les purifier du péché et de les préparer pour le salut quand la fin du monde (le culte insiste sur le fait qu’il sera, dans le prochain siècle ou presque), ils sont commandés à plusieurs reprises de se pencher pour être battu sur les fesses nues avec une tige de saule trempé dans l’ une résine pour la rendre plus souple.

Et comme sessions ces soi-disant «correction» sont au cœur des croyances de la secte – un méli-mélo du judaïsme et du christianisme conçu par son chef messianique Eugene Spriggs, un ancien carnaval showman de Tennessee – les enfants sont souvent débattaient plusieurs fois par jour.

Fondateur: The Twelve Tribes culte a été formé par l'homme américain Gene Spriggs, qui croit au châtiment corporel sévèreFondateur: The Twelve Tribes culte a été formé par l’homme américain Gene Spriggs, qui croit au châtiment corporel sévère

 

Ils sont «fessée» pour la même infraction la plus petite, comme parler de tour, et selon l’ancien membre Devon, Vicki (qui veut que son nom supprimé) les raclées sont très douloureux, laissant laides weals rouge et violet. L’objectif de la secte, dit-elle, est de briser la résistance de leurs enfants et il commence presque à partir du jour où ils sont nés.

Comme les bébés, si elles tombent à plusieurs reprises leur bouteille, par exemple, ou ne veulent pas arrêter de pleurer, les parents sont informés de saisir leurs têtes hermétiquement et les pousser vers l’avant et vers le bas – comme s’ils étaient des chiots en cours de formation.

Ou ils pourraient être emmaillotés fermement à limiter leur mouvement. Puis, quand ils atteignent un âge où ils sont jugés capables de comprendre les instructions – qui pourraient être avant leur premier anniversaire – les coups rituels commencent.

Finalement, ils deviennent une partie docilement acceptée de la vie quotidienne d’un culte enfant, de sorte que, au moment où ils atteignent leur adolescence, ils sont si totalement conditionnés à être frappé qu’ils acceptent non seulement leur punition, mais en fait demander à être administré lorsque ils ont mal agi, craignant Dieu les punira si elles n’ont pas expier leurs péchés.

«Je veux qu’il soit clair que nous ne parlons pas la claque occasionnelle d’un enfant méchant ici, Vicki m’a dit.

«Je pense que chaque parent a le droit de discipliner leur enfant comme ils l’entendent, et utiliser les occasionnels smack, s’ils le souhaitent, mais c’est quelque chose d’entièrement différent. C’est conditionnement systématique – une sorte de thérapie par aversion de la forme la plus brutale ».

Correction: Le culte affirme que les séances de punition sont conçus pour nettoyer les enfants du péchéCorrection: Le culte affirme que les séances de punition sont conçus pour nettoyer les enfants du péché

En Allemagne, les autorités de protection de l’enfance s’accordent clairement. Choqué par les scènes à la télévision un documentaire de ce mois, immédiatement après qu’il a été projeté ils ont attaqué deux communes bavaroises de la secte et ont pris toutes les 40 enfants en soin protecteur, où ils restent en attente des procédures judiciaires.

Étant donné que la loi empêche les parents allemands de frapper leurs enfants à tous, et le film montrait un garçon de quatre ans qu’on mène à une cave de punition et fouetté jusqu’à ce qu’il criait miséricorde – simplement pour avoir refusé d’admettre qu’il était « fatigué » – ils sont susceptibles de rester en famille d’accueil.

La NSPCC est suffisamment «anxieux» sur les réclamations que des enfants sont maltraités similaire à Stentwood ferme qu’il a alerté les services sociaux Devon. Cette semaine, un porte-parole a déclaré qu’il avait lancé une «révision» en collaboration avec la police, et le Mail comprend qu’ils ont l’intention d’inspecter la commune.

Cependant, la Loi sur les enfants 2004 permet aux parents britanniques plus de latitude que l’Allemagne, ce qui permet «punition raisonnable», et qu’aucune mesure n’a été prise lorsque Vicki premier a formulé des allégations d’abus d’enfants, après avoir quitté la secte en 2005, elle craint les coups continuent en toute impunité .

A la lumière de l’histoire, elle m’a dit cette semaine, cette croyance mendiant.

Comme bon nombre d’adeptes à travers le monde 3000 de douze tribus, Vicki était vulnérable quand elle a été attiré dans sa douce étreinte il ya neuf ans. Ensuite, dans son 20s, les chômeurs et les soins pour seul son fils de six ans, elle était une perquisition Christian désabusé pour l’accomplissement.

Attiré par le site Web de la secte, qui a promis une nouvelle façon de vivre qui permettrait de rétablir les valeurs spirituelles et communal de 12 tribus originales d’Israël, elle a effectué des visites à son domicile à Bournemouth au Devon commune – toujours accueilli avec des embrassades et des fruits dans sa chambre – et, à l’été 2004, elle a été baptisée.

Jusque-là, dit-elle, elle n’avait pas été informée de ces sévices, et certainement pas qu’elle aurait à débattre de son fils. Chaque fois que les clients sont venus pour rester, les membres ont fait en sorte qu’ils ne pouvaient pas entendre le bruissement des saules et étouffé les cris des enfants.

Mais peu après son intronisation son imparti ‘berger’ – un barbu américain nommé Lawrence Stern qui reste parmi la hiérarchie de la commune – lui a dit qu’il était temps de commencer à «corriger» son fils.

«Je ne me souviens plus ce qu’il était censé avoir fait de mal, mais il était seulement six et c’était quelque chose de très mineur », se souvient-elle.

Coups: Parents à Stentwood Farm sont encouragés à discipliner physiquement leurs enfantsCoups: Parents à Stentwood Farm sont encouragés à discipliner physiquement leurs enfants

 

«On m’a dit qu’il doit toucher le sol avec ses mains pour que son fond était dans l’air. Parce qu’il était jeune et commence tout juste à être disciplinés, on m’a dit «seulement» de le frapper cinq fois, et de lui expliquer à l’avance pourquoi je faisais cela: pour purifier sa conscience. Tout est censé être fait avec beaucoup de calme, jamais dans la colère.

«Mais quand vous frappez un enfant [avec un bâton] pour la première fois, ils tombent instinctivement sur le sol et se recroquevillent pour se protéger, alors je suis allé à Stern et dit que je faisais des difficultés.

«Il a juste dit que si mon fils ne me laisserait pas remplir toutes les cinq coups j’aurais toujours revenir au début et recommencer, même si j’avais eu à nombre de quatre, car un enfant qui n’avait pas accepté volontiers l’ discipline n’avait pas été nettoyée.

«Finalement, mon fils a cessé de résister, mais j’ai dû le frapper beaucoup de temps. Il avait des marques de bandes et des contusions.

Vicki dit que les tiges de saule seraient parfois claquer comme un enfant a été battu, mais la femme de Stern, Chassida, conservé un stock de remplaçants.

Les enfants n’étaient pas seulement battus par leurs parents, dit-elle. S’ils étaient pris en charge par un autre adulte dans le groupe, cette personne a également été autorisé à «corriger» un enfant avec le bâton.

Aujourd’hui, vivre une nouvelle vie dans le Yorkshire avec son fils (maintenant dans son adolescence et remarquablement bien ajusté, dit-elle) Vicki est clairement honte de ses actes. Mais elle a ensuite été tellement endoctrinés, dit-elle, elle était convaincue qu’elle était «le sauver de l’enfer».

Elle avait connu les sombres secrets depuis, elle a appris sur les Douze Tribus et de son chef douteuse, Spriggs – ou Yoneq, comme il préfère (tous les membres ont des noms israélites antiques) – elle aurait pu être moins crédules.

Maintenant, un 76-year-old ratatiné avec une longue barbe grise hirsute et cheveux mi-longs, Spriggs était un conseiller d’orientation au secondaire ainsi que d’un avant-man carnaval avant d’abandonner et de vivre comme un hippie en Californie, où il a formé son propre église.

Puis, il ya 40 ans, réputé se déclarer pour être une réincarnation du prophète Élie, il a décampé avec 1.000 suiveurs à Vermont et a mis en place une commune, l’envoi de missionnaires tard pour commencer 12 nouveaux en Europe, en Australie et en Amérique du Sud: chacun représentant une tribu d’origine d’Israël.

Ils sont exécutés sur les bénéfices d’une chaîne de boulangeries, épiceries fines et de petites usines, et il a été rapporté que le culte a une fortune considérable, caché dans des comptes offshore. Même si il faut dire que par comparaison avec d’autres chefs de culte religieux américains, Spriggs semble vivre relativement modeste.

Le scandale autour de lui concerne sa vie privée. Avec l’homosexualité et l’égalité raciale (qui tous deux aller contre l’enseignement de l’Ancien Testament, les revendications de la secte) le plus grand péché aux yeux de la TT est l’adultère, ce qui est passible de bannissement. Selon d’anciens membres, cependant, les règles ont changé brusquement lorsque Spriggs a découvert que son jeune quatrième épouse, Marsha, avait joui affaires illicites avec au moins deux jeunes «disciples».

Craignant peut-être une défection massive, Spriggs ordonna à ses transgressions à être couverts, il est réclamé. Lorsque la vérité a émergé, dans un courriel d’un des amants de Marsha, il lui a pardonné.

Tout cela est documenté sur des sites anti-sectes. Parmi les adeptes, cependant, leur prophète est irréprochable, pas moins de sa position dans la plus grande victoire des Douze Tribus. Il est venu en 1984 lorsque, alerté sur les coups de l’enfant et d’autres infractions présumées, les autorités de l’Etat ont attaqué le composé Vermont et a pris 114 enfants en charge.

Citant Proverbes 13:24 – d’où dérive l’adage «Spare the rod, gâter l’enfant» – Spriggs se rebelle, l’embauche d’un avocat habile (qui a rejoint plus tard le culte) pour convaincre un juge de l’état avait agi de façon inconstitutionnelle et ordonner la libération des enfants . 

Depuis lors, les autorités américaines ont toléré la méthode d’élever des enfants de la secte, qui est désormais inscrite dans un manuel de 147 pages, jonché de références bibliques qui justifient soi-disant «fessée», comme le groupe l’appellent.

Intitulée «Nos enseignements de formation de l’enfant», le guide parental est orné de photos de famille heureux, passant sous silence une autre vérité qui dérange: que de nombreux douze tribus familles ont été déchirées par leurs points de vue sur whacking leurs enfants.

Pour Vicki, l’iniquité des enfants en grève au nom de la religion levé comme elle a été témoin de la peur de deux jeunes enfants de Stentwood ferme.

L’une était une petite fille de quatre ans, dont «péché» était de s’emmitoufler des chiffons (depuis poupées sont interdits) et prétendre qu’elle berçait un bébé dans ses bras. L’autre, également quatre, c’était un garçon qui, bien que souffrant d’une forme d’autisme, n’a pas été prise de l’aide professionnelle, pour les douze tribus seulement ont recours à que dans les circonstances les plus désespérées (en France un couple a été emprisonné pour ne pas avoir rechercher un traitement médical pour un enfant qui est décédé d’une malformation cardiaque).

Au lieu de cela, il était considéré comme persistante méchant, et a subi les conséquences douloureuses. Donc, après avoir vécu au milieu de ce régime pendant six mois, Vicki sombré dans une profonde dépression, la thérapie culte prescrit pour qui c’était qu’elle doit «rugir comme un lion». Il ne leva après qu’elle et son fils ont fui la ferme.

Quelques semaines plus tard, elle a fait une déclaration de neuf heures à un agent de protection de l’enfance de la police, les rapports non seulement les coups, mais la circoncision effectuée sans formation médicale et d’autres infractions apparentes.

Les services sociaux ont été alertés, mais à son dégoût rien n’a été fait. Cette semaine, un porte-parole du Conseil Devon dit le courrier: «Ils [les] allégations ont été examinées en mais nous avons été incapables de justifier les préoccupations qui ont été soulevées alors.

Maintenant, dit-il, un nouvel examen avait été lancé et ils «recueillir autant de preuves que possible.de toute source possible »et décider d’ouvrir une enquête formelle.

Mais les anciens de la commune m’ont dit qu’ils n’avaient rien à cacher et seraient heureux d’ouvrir leurs portes aux autorités. Pourtant, ils étaient profondément déconcerté par mon arrivée, exigeant je quitte le salon de thé prétendument accueillant.

Mais avant que je quitte la ferme, l’un des anciens – Je crois qu’il était Stern – m’a dit: «Nous faisons corriger nos enfants quand ils sont dans l’erreur, mais nous pensons que cela favorise l’amour, comme le dit la Bible. Nous voulons apprendre à s’aimer. Nous ne sortons pas dans les rues et dire aux gens comment vivre leur vie. Nous ne sommes pas fermés à propos de nos méthodes, mais nous ne cherchons pas à les pousser dans la gorge des gens pour changer la société ».

J’avais été autorisé à rencontrer les enfants, Vicki dit qu’ils auraient probablement semblait trompeusement soigné, après avoir été intimidés dans un état presque robotique tranquille.

Cela peut aussi expliquer pourquoi, même si elles ont été arrachés à leurs parents, les enfants allemands semblaient dépourvu d’émotion.

Ainsi, le week-end prochain, quand ils ont le rare privilège de mettre en scène une pièce de théâtre, les villageois sera sans doute charmé par les enfants des tribus rarement vu – ne se doutant pas comment ils pourraient souffrir une fois le rideau tombe.

Reportage additionnel par Simon Trump

Source : Mailonline – Traduction Google

Approche psychanalytique du discours sectaire

La recherche porte sur les collectifs sectaires contemporains et la participation psychique singulière de l’adepte au sein du collectif. Après avoir déconstruit l’idée de manipulation mentale et d’une emprise transitive du gourou à l’égard de l’adepte, nous interrogeons, par la rencontre clinique (d’adeptes et d’ex-adeptes) et le paradigme du transfert qui s’en déduit, les enjeux psychiques du lien sectaire de l’adepte. Nous soutenons que la notion d’adepte, empruntée à la sociologie des religions, est impropre à indexer avec justesse une spécificité psychique du vécu d’emprise. En réponse aux approches psycho-victimologiques, les conditions de possibilité d’un discours non traumatique sont également explorées dans les rapports du sujet de l’individu avec le sujet du collectif. La thèse vise in fine l’écriture logique de la (ou des) discursivité(s) sectaire(s).

 

http://tel.archives-ouvertes.fr/docs/00/86/86/81/PDF/2013NICE2019.pdf

Cameroun – Yaoundé: La magie et l’inceste détruisent une famille

L’affaire se déroule au quartier Etoug-ébé à Yaoundé. Clément Tchoffo, homme d’affaires camerounais résident à Oyem au Gabon, et son épouse viennent de perdre la vie. Le couple était soupçonné d’appartenir à une secte et d’entretenir des rapports, sexuels avec deux de leurs enfants.

Il y a quelques années, Clément Tchoffo décide de s’installer au Gabon afin de faire justifier ses affaires. Nadège Tchoffo née Boumdiem Cathom, son épouse, va rester au pays, pour protéger les biens de la famille, envoyés depuis le Gabon, par son mari, homme d’affaires. Rappelons que Clément avait promis de faire suivre les membres de sa famille au Gabon une fois parfaitement installé. Mais, c’était sans ignorer que ses activités commerciales allaient prendre un grand coup d’un ami qui résidait dans ce pays depuis près de 20 ans. Franck Djomo, pour ne pas le nommer, est pointé du doigt comme étant celui qui va l’enrôler dans un cercle, dénommé « Cercle des amis Solidaires et généreux » dont le siège au Gabon a une branche au Cameroun, au quartier Carrière. Clément va ainsi se joindre à la branche Gabonaise, non sans conseiller à son épouse d’adhérer à celle du Cameroun. Tous les six mois, elle reçoit de son époux une somme de 3 millions de FCFA, à l’effet de procéder à la construction d’un immeuble de cinq niveaux dans la capitale. L’affaire corse, dès lors qu’il est exigé au sieur Tchoffo de faire quelques sacrifices selon les règles de la « fratrie ». C’est ainsi que la jeune recrue se trouve en train d’abuser sexuellement de sa fille de douze ans, tous les deux mois de l’année, lorsqu’il séjourne au Cameroun. Son épouse, quant à elle, n’a pas besoin de faire le déplacement. Son fils de quatorze ans vit avec elle, et elle s’en sert à volonté. Pendant des années, ce couple se soumet aux conditions rudes de cette secte, jusqu’au jour où le pot aux roses est découvert par le frère cadet de l’épouse qui n’avait jamais rien soupçonné. (…)

Suite de l’article

Comment les sectes recâblent le cerveau

 

  • Posté le: 29/09/2013 12:10

Cliquez ici pour lire un original op-ed du haut-parleur TED qui a inspiré ce billet et regarder le TEDTalk ci-dessous.

Un neurologue m’a dit qu’elle se réjouit de la récente flambée d’intérêt dans le cerveau mais inquiet parce théories parfois spéculative passer pour la connaissance. Cela est particulièrement vrai dans le domaine des cultes, où même la base de la recherche psychologique traditionnelle est limitée.

Une hypothèse de la science moderne est que chaque événement mental est relié à un cerveau (et / ou autre biologique) processus. Si oui, pourquoi s’embêter avec des spéculations neurologiques, en particulier dans un tel domaine sous-étudié comme des sectes? Pourquoi ne pas restreindre notre attention sur des événements mentaux plus accessibles et coller avec les modèles psychologiques familiers?

La réponse est que, parfois, les modèles psychologiques ne peuvent pas rendre compte de ce que nous observons. Il fut un temps, par exemple, lorsque les modèles psychologiques ont essayé d’expliquer la schizophrénie. Bien que les événements de la vie et les expériences psychologiques internes peuvent influencer le comportement des schizophrènes, nous savons maintenant que les processus biologiques autonomes sous-tendent la maladie. La schizophrénie n’est pas causée par une « mère schizophrenogenic. »

Y at-il des phénomènes dans le domaine des études cultuelle que nous puissions mieux comprendre si l’on considère recherche sur le cerveau et la théorisation? Deux viennent à l’esprit: (1) vulnérabilité à l’influence, (2) un traumatisme.

Nous sommes influencés par une cacophonie d’événements externes et internes à chaque instant de notre vie. Certaines formes d’influence, cependant, sont systématiques et dirigée par des êtres humains qui poursuivent des stratégies destinées à inciter à nous comporter, de penser ou de sentir comme ils le souhaitent, par exemple, la publicité, la propagande, l’hypnose, et certaines formes de conversion de culte « ingénierie ».Différentes personnes vont réagir différemment à la même stratégie d’influence. Même dans les scénarios d’influence bien chorégraphiés, comme la recrutements concernant Moonie des années 1970, la plupart des gens ne réagissent pas comme les influenceurs voudraient. Pourquoi, par exemple, faire un peu de recrues se retrouvent collecte de fonds pour le Révérend Moon, après quelques semaines d’endoctrinement, tandis que d’autres ne le font pas? Peut-être un pourcentage inconnu des «convertis» ont un cerveau qui sont câblés d’une manière qui les rend moins aptes à résister aux stratégies d’endoctrinement du groupe. Il ya, par exemple, un ensemble de recherches qui suggèrent que la susceptibilité hypnotique peut, dans une certaine mesure, être un trait en-né. Peut-être que la sensibilité a une composante biologique qui doivent être pris en compte afin de bien comprendre pourquoi A devient un converti et non B. Peut-être d’autres formes de vulnérabilité à l’influence peuvent avoir des composantes biologiques, par exemple, la capacité à penser de façon critique dans les environnements qui hyperstimuler volontairement le cerveau. Certaines recherches alléchant existe. Mais beaucoup plus approfondies sont nécessaires avant que nous serons en mesure de parler avec autorité scientifique.

Un autre domaine prometteur pour la recherche neurologique est un traumatisme. Trauma, bien sûr, est loin d’être limitée aux situations de culte. Cependant, ceux qui ont travaillé cliniquement avec d’anciens membres signalent des niveaux élevés de traumatisme chez les anciens membres de la secte et surtout parmi ceux qui sont nés ou élevés dans des groupes sectaires.

En plus de preuves suggère que l’expérience traumatisme affecte la structure et la fonction du cerveau. Ces changements peuvent mieux tenir compte des comportements inadaptés, tels que persévérer dans des actions qui continuent de produire des résultats douloureux, que les modèles psychologiques, par exemple, la personne inconsciemment « veut » la douleur et la souffrance. Un prochain numéro du magazine de notre organisation, ICSA Aujourd’hui , comprendra un essai intéressant: «Pourquoi les sectes sont nuisibles: Spéculations neurobiologiques sur les traumatismes interpersonnels», par le Dr Doni Whitsett de l’Université de Southern California École de travail social.

Dr. Whitsett suggère que ceux qui sont nés ou élevés dans des milieux sectaires graves peuvent élaborer des modèles mentaux inadaptés, ou ce chercheur attachement John Bowlby a appelé, «les modèles de travail internes d’attachement» (IWMS). Ces modèles, qui sont censés être basés au moins partiellement dans les structures du cerveau développés tôt dans la vie, peuvent affecter certains enfants de la secte au long de leur vie d’adulte.

Permettez-moi de conclure avec une note de prudence.Neuroscience est et doit être une science. Les scientifiques proposent des théories avec des hypothèses vérifiables empiriquement. Théories des hypothèses qui résistent à l’essai empirique de gagner en crédibilité, mais les théories sont toujours provisoire et jamais «prouvé». Cela est particulièrement vrai avec les théories du comportement humain parce que de nombreux facteurs interdépendants influent sur tout ce que nous faisons. Facteurs de «cerveaux» peuvent aider à expliquer certains phénomènes que les théories psychologiques peuvent pas expliquer. Cependant, la recherche cerveau et le comportement est encore à ses balbutiements. Si nous sommes à spéculer sur les facteurs neurologiques dans les situations de culte, nous devons reconnaître dès le départ que nous avons besoin d’en savoir beaucoup plus que ce que nous savons maintenant, si nous voulons aider les victimes de sectes de façon pratique.

Idées ne sont pas gravés dans le marbre. Exposée à des gens réfléchis, ils morph et à s’adapter dans leur forme la plus puissante. TEDWeekends mettront en évidence certaines des idées les plus fascinantes d’aujourd’hui et leur permettre de développer en temps réel à travers votre voix! Tweet # TEDWeekends de partager votre point de vue ou par courrieltedweekends@huffingtonpost.com en apprendre davantage sur les idées de week-end avenir à contribuer en tant qu’écrivain.

Source : huffingtonpost.com – Traduction Google

Inde – L’arrestation d’un célèbre gourou indien sur des accusations de sexe divise la nation

Rama Lakshmi / The Washington Post – Une image du gourou Asaram Bapu, Asumal Harpalani, orne les murs de l’ashram de Motera. Harpalani est en prison, arrêté le mois dernier sur des accusations d’avoir agressé sexuellement le 16-year-old daughter de deux de ses disciples.

Par Rama Lakshmi , Publié: Septembre 24 E-mail l’auteur

En Motera, Inde – Les hommes mentent prosterner sur le sol devant le siège élevé de leur gourou – l’homme qu’ils appellent Asaram Bapu. Les photos de son visage avunculaire, avec sa barbe blanche, traînent partout dans cette tentaculaire, ashram de 30 hectares dans l’ouest de l’Inde.

Mais ces jours-ci, clos autel en bois sculpté du gourou, où des millions de fois se prosternèrent devant lui, est vide. Tout ce qui reste est une grande photographie, un purificateur d’air, feux blingy et des roses rouges faux.

NAIROBI, KENYA, - 25 septembre: Les parents portent un cercueil lors d'une procession funéraire pour Selima Merali (41) et sa fille Nuriana Merali (15), qui ont été tués dans l'attaque par des hommes armés au centre commercial Westgate, le 25 Septembre 2013 à Nairobi, au Kenya.  Le pays observe trois jours de deuil national alors que les forces de sécurité commencent la tâche de nettoyer et sécuriser le centre commercial Westgate après un siège de quatre jours par des militants.  (Photo par Uriel Sinai / Getty Images)
Le gourou, dont le vrai nom est Asumal Harpalani, qui croupit dans une prison de Jodhpur, arrêté le mois dernier sur des accusations d’avoir agressé sexuellement le 16-year-old daughter de deux adeptes.

Au cours des dernières semaines, les allégations contre le méga-gourou – qui dispose d’un réseau massif de 20 millions de fidèles et des centaines d’ashrams une valeur estimée à $ 760 millions – ont abasourdi et diviser l’Inde.

Le scandale a soulevé des questions sur l’essor sans précédent des gourous spirituels dans la plus grande démocratie du monde – et l’ énorme puissance et la richesse qu’ils exercent . Harpalani n’est pas le seul d’entre eux dans les richesses d’amasser ou d’avoir des éraflures avec la loi. Un saint homme, Sathya Sai Baba, décédé en 2011 et a laissé près de 8 millions de dollars en or, argent et argent. Au cours des dernières années, d’autres gourous ont été accusés d’assassiner, d’abus sexuels, en cours d’exécution réseaux de prostitution et acquisition illégale de terres.

Pourtant, le phénomène de gourou a continué de croître en Inde – soutenue par la programmation religieuse de 24 heures à la télévision et une classe moyenne de plus en plus stressés recherche facile, le bonheur préemballé.

« Il a béni ma famille pendant toutes ces années. Maintenant, c’est à mon tour de prier pour lui « , a déclaré Anjali Chand, 42 ans, qui a des soucis à l’ashram avec ses enfants. « Il est comme un beau lotus, et les allégations sont comme le fumier et l’eau sale. »

Le Réagir fidèle

L’ashram, une fois un lieu de paix, est maintenant en état de siège. Dévots regardent tous les nouveaux arrivants avec suspicion. Les gardes chasser les équipes de journalistes de télévision. Et on parle d’un grand complot visant à diffamer leur gourou.

« Les dévots appellent toute la journée, en demandant:« Que faisons-nous, que faisons-nous? Nous leur disons d’avoir la foi et de chant pour se débarrasser des fausses allégations », a déclaré Venkat Aravala, un ingénieur en logiciel d’origine indienne basée à Nashville, qui donnait une rare visite des terrains récemment. Aravala, 34 ans, adepte de Harpalani de depuis son adolescence, vient des Etats-Unis à faire du bénévolat à l’ashram une fois par an.

Les allégations d’abus sexuel d’adeptes féminines, acquisition de terrains ombragés et même de meurtres ont miné Harpalani pendant plus d’une décennie, mais il ne pouvait pas échapper à l’allégation la plus récente. Deux de ses disciples s’est présenté au poste de police le 18 août et a dit qu’il avait agressé sexuellement leur fille.

L’adolescent, élève dans une école de l’ashram, a déclaré à la police que le « gourou » appela dans sa chambre tard dans la nuit pour exorciser les mauvais esprits. Il lui a donné un verre de lait, éteint les lumières et a commencé sa molester, selon les documents d’inculpation.

«Je n’arrêtais pas de pleurer pendant environ une heure et demie, » la jeune fille dit à la police, selon les documents. « Il m’a dit de ne le dire à personne ou qu’il recevrait mon père a tué. »

Police chargée Harpalani d’agression sexuelle sur un mineur, mais lui apportant n’était pas facile.

Dans un signe éloquent de son influence, Harpalani évité arrestation pendant plusieurs jours. Il a fait la police en essayant de le servir avec citation patienter pendant qu’il méditait et a donné des sermons et des entrevues avec les médias. Il a sauté sur les interrogatoires en sautant entre certains de ses plus de 400 ashrams.

Le nombre de femmes fuyant des conditions domestiques intolérables et mariages forcés monte en flèche.
Enfin, il a fallu environ 300 policiers en tenue anti-émeute pour l’arrêter dans son ashram dans le centre ville d’Indore. Dévots Angry bloqués trafic ferroviaire et routier en signe de protestation et battu des journalistes.

Harpalani a maintenu qu’il était innocent.

« Bigger allégations ont été faites contre moi dans le passé, ils ne collent pas, » Harpalani a déclaré dans une interview à la chaîne de télévision ABP. « Mais c’est une allégation sale, et un fondement un. Je suis si vieux, la jeune fille est comme ma petite-fille. « 

Une nouvelle sorte de gourou

Au cours des deux dernières décennies, la vie spirituelle dans le pays a subi une transformation comme des Indiens embrasser une vie urbaine trépidante et de s’éloigner de leurs racines culturelles de culte villageoise .

Le résultat est que beaucoup ont cherché un réconfort par flocage sur les ashrams de gourous qui proposent des truismes spirituels, chantant des routines, des cours de yoga et des remèdes à base de plantes – ou par les regarder à la télévision , où ils apparaissent dans des émissions comme celles qui televangelists ont dans le Royaume Unis.

Ces modernes méga- 
gourous ne sont pas comme les saints errants des anciens textes religieux hindous, qui méditait et vivaient d’aumônes, en renonçant à tous les biens de ce monde.

Les gourous d’aujourd’hui ont construit des centaines de ashrams travers le monde et gérer des entreprises florissantes dans tout, de la phytothérapie à des ateliers de méditation et de yoga. Ils voyagent dans les voitures de luxe, glissent sécurité de l’aéroport passé et sont gardées par des policiers et les videurs policiers armés jusqu’aux dents. Certains ont des antécédents criminels.

«Il ya une prolifération de ces gourous qui proposent spiritualité noir et blanc sans trop de profondeur pour les gens qui veulent des raccourcis dans leurs vies urbaines, au rythme rapide», a déclaré Katharina Poggendorf-Kakar, un anthropologue et spécialiste des religions comparées à Goa , de l’Inde, qui a étudié les gourous controversées.

Harpalani, 72 ans, n’est pas différente, elle a suggéré. Il est né dans un village qui fait maintenant partie du Pakistan et le temps passé à travailler dans une échoppe de thé et comme un trafiquant d’alcool avant de fonder son ashram en 1971, selon la presse locale.

Son empire finalement passé à des millions d’adeptes, y compris les hommes d’affaires et des politiciens de haut niveau. Mais pour certains qui ont grandi désenchanté, les allégations de frasques sexuelles ne sont pas une surprise, même si le produit best-seller dans la librairie de son ashram est sa brochure sur le célibat, « Le secret de la jeunesse éternelle. »

«Je l’ai vu de mes propres yeux dans une position sexuelle avec une femme disciple. Sinon, je n’aurais pas cru, que ce soit « , a déclaré Amrutbhai Prajapati, qui était le médecin personnel de Harpalani depuis 12 ans. «Les femmes se font dire qu’ils ont de la chance d’être touché par lui, qu’il est un avatar de Krishna et les femmes étaient ses compagnes d’une vie antérieure. »

Autres charges, sombres chien lui.

En 2008, les corps de deux jeunes étudiants de l’ashram – cousins, 9 et 10 ans – ont été découverts gisant éventré sur les rives d’une rivière à proximité. Les parents des garçons ont accusé le gourou de la pratique d’un rituel de magie noire, il a suggéré que les garçons s’étaient noyés. Un rapport judiciaire sur le décès n’a pas été rendue publique.

«La vérité est courageux »

Dans les jours qui ont suivi l’arrestation, les fidèles sont toujours ruent à l’ashram ici, et la foi demeure élevé.

A l’intérieur du complexe, les fidèles sont assis avec leur chapelet de prière et de chant, priez pour un feu sacré avec du camphre et de fleurs parfumées, ou de marcher pieds nus autour de l’arbre qui exauce les souhaits.

Conversations avec ces disciples sont arrosées avec des histoires de la façon dont les enseignements Harpalani et des herbes médicinales eux ont guéri d’une variété de maux, allant de l’indigestion de cancer.

Sur la récente tournée du matin, Aravala, l’ingénieur logiciel basé à Nashville, a dit que c’était un moment d’immense douleur pour les adeptes.

« Je ne suis pas stupide », at-il dit, interrogé sur l’accusation d’agression sexuelle. « Aurais-je tout abandonner, renoncer à des contrats commerciaux valeur de 200.000 dollars aux Etats-Unis, pour un gourou qui se complaît dans tout cela? »

Mais pour l’instant, les messages texte de l’ashram sont à peu près autant que la communication des disciples de Harpalani peuvent espérer recevoir sur lui, à l’exception d’une note publiée vendredi qui a été écrit de la prison.

Il a averti ses disciples de ne pas faire quelque chose d’illégal et leur a demandé de garder le chant, rester calme et avoir confiance dans le système juridique indien.

« La vérité est courageux », a écrit Harpalani, quelque peu impénétrable. « Les mensonges sont sans jambes. Que Dieu vous bénisse tous. « 

Source : Washingtonpost – Traduction Google