Mexique – Se faisant passer pour Jesus : Il abusait sexuellement des femmes

teaserbreit

Les autorités mexicaines ont mis au jour une étrange secte dirigée par un homme qui prétendait être la réincarnation de Jésus. Celui-ci proposait des miracles en échange d’argent pour de faveurs sexuelles.

 Selon le Washington Post, l’intervention de la police mexicaine a eu lieu cette semaine dans la région de Nuevo Laredo dans l’état du Tamalipas. Des dizaines de disciples de cette secte ont été découverts. Ceux-ci vivaient dans des conditions d’hygiène déplorables et étaient contraints à la prostitution.

 Ces victimes avaient rejoint la secte du gourou espagnol Ignacio Gonzalez après que celui-ci les a convaincues qu’il était la réincarnation de Jésus. Le gourou proposait de réaliser des miracles moyennant une grosse somme d’argent pour les hommes et des faveurs sexuelles pour les femmes.

 A grands coups de photographies visant à prouver qu’il était bien Jésus, Ignacio Gonzalez a rapidement pris le contrôle de ses fidèles. « Il leur a fait croire que c’était le Christ », confie une source. « Ils disaient qu’ils devaient l’adorer, sinon ils perdraient leurs âmes … Ils devaient donner leur vie pour lui ». C’est comme cela que les fidèles de Gonzalez seraient devenus de véritables esclaves sexuels.

 L’enquête se poursuit au Mexique. Selon le ministère de l’Intérieur, d’autres sectes comme celle-là seraient également actives en Argentine et au Pérou.

Source : http://senego.net/insolite/2013/01/30/faisant-passer-jesus-abusait-sexuellement-femmes_74314.html

Une secte fanatique fait régner la terreur dans une petite ville mexicaine

28 août 2012 à 17:49
Des dissidents à la Nouvelle Jérusalem, une communauté religieuse, tenant une banderole pour réclamer leur droit de choisir une école, État du Michoacan, au Mexique, le 27 Août 2012.

Des dissidents à la Nouvelle Jérusalem, une communauté religieuse, tenant une banderole pour réclamer leur droit de choisir une école, État du Michoacan, au Mexique, le 27 Août 2012. (Photo Hector Guerrero. AFP)

Ses membres interdisent l’accès à l’école publique, dénonçant les «matières du diable» qui y sont enseignées.

Par CHLOÉ GUTIERREZ

Une secte religieuse fanatique mexicaine empêche depuis la semaine dernière l’accès à l’école laïque dans la petite ville de Nueva Jerusalen (Nouvelle Jérusalem), à l’ouest du Mexique.

Lundi dernier, jour de la rentrée scolaire au Mexique, ils ont provoqué une bousculade pour empêcher des parents de déposer leurs enfants à l’école élémentaire. Quelques coups ont même été échangés, et trois femmes ont été blessées.

Pour la même raison, en août 2011, ce groupe avait assailli les écoles maternelles et primaires, forçant les élèves à suivre les cours dans des maisons privées. Puis cette année, le 6 juin, les fanatiques ont résolu de démolir l’école élémentaire et ont mis le feu à la maternelle.

Les membres de la secte accusent leurs adversaires de vouloir «faire entrer ici la drogue, la délinquance, la prostitution», selon un de ses représentants, Juan Carlos Tellez. Les femmes portent leurs cheveux couverts de tissus colorés, les hommes doivent porter une croix, et les filles, rester silencieuses. Les règles sont strictes, il n’y a pas de centres de santé, les boissons alcoolisées sont interdites et personne ne peut sortir sans autorisation. Interdit aussi de regarder la télévision, écouter la radio ou faire du vélo, et ils ne peuvent lire que les textes approuvés par leurs dirigeants.

Le but: se sauver de l’Apocalypse qui a été annoncée en 1980, puis en 1988, puis en 2000. La nouvelle date de la fin du monde n’est pas encore claire. Les membres de la secte sont persuadés que la ville sera le seul endroit qui sera épargné par l’Apocalypse.

Pour plus d’infos:http://www.bbc.co.uk/mundo/noticias/2012/08/120824_nueva_jerusalen_educacion_michoacan_mexico_an.shtml

La secte impose à ceux qui veulent étudier dans cette petite ville de 13.000 habitants de le faire exclusivement dans leur école paroissiale, non reconnue par l’Eglise catholique. Ils s’opposent à l’enseignement laïque, et aux «matières du Diable» enseignées en classe selon eux. Leurs méthodes d’éducation sont uniquement à base de chants et de louanges.

«Nous parlons du problème, mais pour l’instant c’est tout. Nous allons attendre les ordres», a expliqué à l’AFP Miguel Guerrero, commandant des forces de police qui ont pris position autour de l’école.

Les habitants qui veulent que leurs enfants puissent aller dans les écoles publiques contruites en 2007 ont rejeté une offre des autorités de l’Etat du Michoacan de transporter leurs enfants dans des villages voisins pour pouvoir suivre une scolarité laïque. «Nous ne voulons pas que nos enfants aillent dans d’autres villages pour étudier, il y a des risques sur le chemin», a dit durant une réunion publique Priscila Dominguez, une des porte-parole des habitants qui réclament un enseignement laïc.

Juan Zeferino, 15 ans, a été élève pendant une courte période dans l’école paroissiale. «On n’apprend rien dans cette école, seulement la religion et à lire et à écrire», a-t-il dit à l’AFP. «Il n’y a pas de science. Ils disent que c’est de la pornographie. Quand les livres d’école arrivent, ils déchirent les pages sur la reproduction».

Aussi dans le Journal El Pais:http://internacional.elpais.com/internacional/2012/08/27/mexico/1346102704_592416.html

La petite ville de Nueva Jerusalen, dans l’Etat de Michoacan, pris son essor en 1973, l’année où la Vierge du Rosaire, patronne du lieu, est apparue à une femme appelée «Mama Salomé». Depuis lors, la communauté actuellement dirigé par Martin Le Tours vit selon ses propres règles.

Source : http://www.liberation.fr/monde/2012/08/28/une-secte-fanatique-fait-regner-la-terreur-dans-une-petite-ville-mexicaine_842370

Mexique: une secte empêche 300 enfants de fréquenter l’école publique

Le gouvernement de l’Etat mexicain du Michoacan (ouest) a proposé vendredi d’envoyer quelque 300 enfants du village de Nueva Jerusalen dans des écoles publiques des environs par crainte des menaces d’une secte qui domine la communauté locale.

« Devant le blocus de l’un des groupes qui se trouve à Nueva Jerusalen le transport sera assuré par les autorités du Michoacan et de cette manière on pourrait espérer que les enfants puissent commencer leurs classes lundi prochain », a dit à l’AFP un responsable de l’Etat, Fernando Cano.

Les membres de la secte créée à Nueva Jerusalen il y a environ quarante ans après une supposée apparition de la Vierge Marie, ont détruit au mois de juillet les deux écoles publiques que comptait la localité. Lundi dernier, jour de la rentrée scolaire au Mexique, ils ont empêché par la force, avec coups et bousculades, que les parents qui le souhaitaient reçoivent l’enseignement de maîtres laïcs.

La secte impose à ceux qui veulent étudier dans le village de le faire exclusivement dans leur école paroissiale, non reconnue par l’Eglise catholique.

En l’absence de bâtiments, Cano a indiqué que les options qui s’offrent aux parents laïcs du village est d’envoyer leurs enfant dans des bâtiments provisoires, des caravanes ou dans des lieux loués dans la localité. Mais il a souligné que cela pourrait générer de nouveaux affrontements.

Les laïcs, minoritaires dans la localité, accusent le gouvernement du Michoacan de céder aux pressions de la secte et ont exigé de pouvoir emmener leur enfants suivre les cours auprès de maîtres de l’école publique.

« Le gouvernement cède finalement à ce que veut la partie opposée à l’éducation et ne défend pas nos droits », a dit à l’AFP Oscar Montero, un dissident de la secte.

« Les gens ne vont pas accepter que les cours soient donnés ailleurs », a-t-il dit. Il ne souhaite pas toutefois de nouveaux affrontements: « Si nous ne pouvons pas compter sur des garanties suffisantes de la part des autorités de l’Etat, les classes ne commenceront pas », a-t-il annoncé.

La secte de Nueva Jerusalen, qui prévoit une fin du monde imminente, interdit à ses membres de regarder la télévision, de lire les journaux, de posséder des téléphones cellulaires et même de pratiquer le sport. Les femmes ne peuvent pas porter de pantalon ni sortir la tête découverte.

Source : http://tempsreel.nouvelobs.com/education/20120825.AFP6656/mexique-une-secte-empeche-300-enfants-de-frequenter-l-ecole-publique.html

Mexique : un culte religieux refuse les enseignants

 

Par Mark Stevenson, The Associated Press – il ya 19 heures

MEXICO (AP) – Les adeptes d’une secte religieuse dans l’ouest du Mexique sont physiquement bloquer les enseignants d’entrer dans leur communauté fortifiée, la mise en place l’un des plus médiatisés des affrontements entre les autorités religieuses et civiles au Mexique depuis les années 1930.

Les autorités locales dans l’État occidental du Michoacan a déclaré mercredi qu’il serait temps de faire appel à une opération de police de grande envergure pour faire respecter le droit à la scolarisation dans une communauté qui s’est largement gouverné selon ce qu’il considère comme les directives bibliques pour près de 40 ans. La communauté de la Nouvelle Jérusalem interdit formel scolarité, de la télévision, de la radio, de la musique moderne, l’habillement et de la mode.

« Je pense que la prochaine étape est d’y aller et faire respecter l’état de droit», a déclaré Efrain Barrera, porte-parole du canton de Turicato, où muré hors de la secte est composé.

En vertu de la loi mexicaine, éducation de niveau primaire est obligatoire et le Mexique Commission nationale des droits humains et l’Église catholique romaine a déclaré mardi que le refus d’autoriser les classes dans la nouvelle Jérusalem est une violation des droits fondamentaux des enfants.

Ils ont appelé le gouvernement à briser le blocus de la ville, qui a été limité à bagarres, mais pourrait dégénérer. Les membres de la secte des bâtiments scolaires a récemment attaqué et détruit.

« Il est surprenant qu’ils veulent imposer les croyances, pas une religion, le grade d’enfants non scolarisés dans leur stade embryonnaire, en enlevant le droit de chaque enfant doit assister aux cours fournis par le gouvernement dans l’éducation », le Mexicain évêques Conseil a déclaré dans un déclaration.

«Les autorités locales doivent intervenir et de résoudre le conflit, qui, si elle n’est pas prise en charge, pourrait dégénérer », a déclaré le conseil. «Il s’agit d’une question qui ne peut pas attendre, c’est le moment d’agir et de défendre la primauté du droit. »

L’église ne reconnaît pas la secte, qui a été fondée en 1973 par un prêtre catholique renégat qui se sont opposés à l’abandon de messes en latin et se déplace de modernisation autres.

Le groupe a revendiqué le droit de nommer ses propres enseignants, définir son propre programme et des robes et des foulards pour mandat élèves de sexe féminin, affirmant que sinon les écoles seraient l’introduction de mauvaises habitudes dans la communauté. Les filles dans les écoles publiques au Mexique portent généralement des uniformes, y inclus jupes à carreaux au genou.

Le groupe fuit téléphones et ses dirigeants n’étaient pas disponibles pour commenter mercredi.

En Juillet, les bandes de partisans secte utilisé massues pour détruire trois bâtiments des écoles publiques de la communauté, puis aspergé d’essence et le feu à l’ensemble du mobilier scolaire et du matériel informatique.

Lundi, lors de la nouvelle année scolaire devait commencer, les bandes de partisans de l’église, y compris les femmes vêtues de robes aux couleurs vives et des foulards de la secte exige les femmes à porter, engagé dans bagarres avec les résidents qui voulaient que leurs enfants aillent à l’école salles de classe improvisées mises en place après que les bâtiments scolaires ont été détruits. Environ une douzaine payé par le gouvernement professeurs sont venus, mais ont également été chassés.

«Ils sont préjudiciables environ 250 enfants», a déclaré Barrera. « Il n’est pas juste que les personnes âgées veulent reproduire et d’imposer leur propre ignorance sur une nouvelle génération. »

Il ya eu des rapports périodiques de décès, de menaces et de passages à tabac dans l’enceinte, où environ 5.000 adhérents vivent dans des maisons en briques à l’intérieur du château médiéval de style murs. Mais aucune autorité extérieure n’a jamais été autorisés à mener des fonctions officielles, comme la police ou l’enregistrement des naissances et des décès, une situation longtemps toléré pour une communauté qui a voté massivement pour le Parti Révolutionnaire Institutionnel, qui a gouverné Michoacan la quasi-totalité des huit dernières années.

«Ce que nous demandons, c’est d’être en mesure d’entrer et enquêter sur ce qui s’est passé, parce qu’il ya eu des crimes systématiques et les violations de la loi depuis 1973, lorsque la communauté a été fondée », a déclaré Barrera.

La Commission des droits a annoncé mardi qu’elle avait déjà envoyé des inspecteurs dans la Nouvelle Jérusalem et a exigé que le gouvernement envoie la police pour protéger les enfants des écoles et salles de classe.

La religion a été fondée par Nabor Cardenas, « Papa Nabor,« un curé défroqué qui a dit qu’elle était fondée sur des messages de la Vierge Marie relayée par une vieille femme illettrée. En collaboration avec censé clairvoyant Gomez Agapito, qui canalisées voix, les commandes et les prévisions du monde des esprits, ils ont ordonné la construction de l’enceinte, ainsi que des tours, des murs et des églises multiples.

Membres crois que ce sera le seul endroit sur terre épargnée par une apocalypse imminente, qu’ils avaient prédit se produire dans les éruptions volcaniques cataclysmiques dans le millénaire 2000.

Les résidents de la Nouvelle Jérusalem composé ne pouvez pas utiliser de nombreuses commodités modernes, tandis que les femmes ne sont pas autorisées à se maquiller et s’habiller en robes doivent et sont considérés comme des «nonnes» ou «courtisanes». Les résidents réciter la messe en latin et utiliser l’exorcisme et les rituels de baptême ancienne abandonnée depuis longtemps par l’Église en général.

Les conflits religieux, souvent entre protestants évangéliques et les catholiques romains, se produisent encore dans certaines régions rurales du Mexique, et ont parfois conduit à des milliers de résidents qui ont été expulsés de leurs villes.

Mais la dernière grande violence religieuse s’est produite lors de la guerre 1926-1929 Cristeros, quand dures lois anticléricales a déclenché un soulèvement armé par les rebelles catholiques contre le gouvernement laïc du Mexique. Des dizaines de milliers de personnes sont mortes.

Source :http://www.google.com/hostednews/ap/article/ALeqM5gwZBJyw9ujtF358XAwlcRAeNgdcw?docId=46cd9fe025d9466c988660e531313d1b

Traduction Google