Rhône.Les méthodes d’enseignement de la maîtresse d’école font jaser

Brussieu. Des parents d’élèves de ce village des Monts du Lyonnais commencent à s’inquiéter de l’appartenance supposée d’une enseignante au Mouvement raëlien. En arrêt maladie, elle a été convoquée par l’inspecteur de circonscription pour des problèmes de « gestion dans sa classe ».

Photo AD

Un pendentif, un autocollant, des bizarreries : ce n’est pas grand-chose, mais pour certains parents d’élèves de l’école du village de Brussieu, ce début d’année scolaire ne démarre pas dans une parfaite sérénité. On n’accuse pas encore mais on s’inquiète à demi-mot. « C’est tout frais, je préfère assimiler tout cela avant de me faire une opinion », nous confie une maman en courant derrière sa poussette.

Septembre 2012 : l’école primaire accueille une nouvelle enseignante. Premières interrogations à la réunion de rentrée : « Elle nous a donné des détails sur sa vie privée. C’était étrange », confie une maman dont le fils est dans la classe concernée. « C’était pour éviter les racontars », rétorque une autre.

Un parent aperçoit ensuite au cou de l’institutrice un pendentif constitué d’un svastika (croix qui a inspiré la croix gammée) lié à l’étoile de David, le symbole du Mouvement raëlien. L’information circule à la sortie de l’école. Puis les indices s’accumulent. On repère sur la voiture de l’enseignante un autocollant du site rael.org. Les craintes grimpent d’un cran. « Le mot Raël fait peur », reconnaît une maman tout en admettant qu’elle n’a aucun reproche à faire à l’enseignante : « Elle appartient à une secte et ne s’en cache pas mais cela relève de sa vie privée et tant qu’elle ne fait pas de prosélytisme dans sa classe, ma foi… »

Mais à Brussieu, tous ne sont pas du même avis et certains apprécient moyennement les petites habitudes de la maîtresse. Les séances de relaxation en irritent déjà quelques-uns. Pourtant les familles avaient été informées dès la rentrée scolaire. Sauf que les gamins les plus remuants font la grimace quand vient le « soufflement ». « Ah oui, en classe, on doit respirer », lâche très sérieusement une fillette blonde dans la cour d’école. « On » respire deux à quatre fois par jour après la récré. « Quatre fois dans la journée, je trouve que ça fait beaucoup à cet âge-là », s’agace cette maman dont le fils refuse désormais de s’y plier. « Moi, ma fille aime bien, ça la calme », indique une autre.

Dans les griefs, finalement bien maigres, listés par des parents inquiets, ces autres critiques rapportées par les élèves sur la nocivité du monde actuel. « Quand on a parlé de la biodiversité, la maîtresse nous a dit que la viande hachée, c’était fait avec des déchets d’animaux. Ça n’a pas plu à mes parents », raconte la même fillette blonde. « J’ai peur qu’elle effraie les gamins avec ses remarques sur le ‘‘tout est toxique’’ », soupire une maman. Inquiète, elle a essayé de parler à l’enseignante : « Elle nous fuit. »

Une réunion a été programmée après les élections de parents d’élèves pour discuter du « problème ». Au sein de l’école qui compte six classes, le directeur alerté par des familles, refuse d’évoquer le sujet avec la presse. Il admet néanmoins que « l’Éducation Nationale a été avisée du dossier ». Même silence du côté du maire. « Ici, les gens sont taiseux », confie un habitant. « Ça commence à se savoir dans le village », note une autre. Jeudi, le tableau d’affichage de l’école informait de l’absence de l’enseignante et de son remplacement.

Source : http://www.leprogres.fr/rhone/2012/10/08/les-methodes-d-enseignement-de-la-maitresse-d-ecole-font-jaser