Un enfant raconte le paradis aux américains

Fils de pasteur, le jeune Colton Burpo a fait l’expérience de mort imminente. Le récit de son incursion dans les jardins d’Éden est devenu un best-seller.


 De notre correspondante à Washington, Hélène Vissière

C’est une histoire comme les Américains les aiment. Le témoignage, devenu best-seller, d’un enfant qui a vu le paradis. En 2003, Colton Burpo, alors âgé de trois ans et demi, manque de mourir d’une appendicite. Une fois guéri, ce blondinet au visage poupon commence à raconter à ses parents une incroyable histoire : alors qu’il gisait sur la table d’opération, il est allé au paradis et il a rencontré des anges, Jésus, Jean-Baptiste, et même son arrière-grand-père décédé bien avant sa naissance. Aidé par la plume du nègre de Sarah Palin, le père de Colton, pasteur dans un bled du Nebraska, en a tiré un livre, Le paradis est pour de vrai, qui fait un tabac. Il s’est arraché à plus d’un million d’exemplaires sans aucune campagne de communication et alors que les récits d’aller et retour dans l’au-delà sont légion. Sans doute que le jeune âge du narrateur est pour beaucoup dans ce succès.

Tout commence le jour où, quatre mois après son hospitalisation, Colton lâche que les anges ont chanté pour lui pendant qu’on l’opérait… Intrigués, ses parents le questionnent. Il raconte alors qu’il est « sorti de son corps » et que, assis sur les genoux de Jésus, il regardait d’en haut le chirurgien. Et qu’a fait Colton avec Jésus ? « Ses devoirs. » Combien de temps est-il resté au paradis ? « Trois minutes. » A-t-il vu le trône de Dieu ? « Oui, et il est vraiment gros. » Au fil des mois et des années, il va donner d’autres détails. Jésus est barbu et a des yeux « tellement beaux », il est habillé de blanc et de violet avec une sorte de « couronne » autour de la tête et possède « un cheval arc-en-ciel ». Le paradis est plein de couleurs, il n’y fait jamais sombre, ses portes sont d’or et de perles. Tout le monde porte des ailes de tailles différentes, sauf Jésus qui monte et descend « comme un ascenseur ». Mais si tout le monde est « jeune » et « sans lunettes », l’Éden n’est pas pour autant paradisiaque. À en croire Colton, « les anges portent des épées pour empêcher Satan d’entrer » parce qu' »il n’est pas encore en Enfer ». Et le gamin a même eu un aperçu de la bataille de l’Apocalypse où les hommes (mais pas les femmes) doivent se battre contre « des dragons ».

À chaque description, pour prévenir de tout scepticisme, correspond une référence biblique qui vient appuyer ce que dit l’enfant. C’est que même son pasteur de père était d’abord un peu sceptique… Jusqu’à ce que Colton raconte qu’il a rencontré sa petite soeur et qu’elle est venue l’embrasser. Il demande à sa mère : « Tu avais un bébé qui est mort dans ton ventre, n’est-ce pas ? » Sonja Burpo a en effet souffert d’une fausse couche avant la naissance de Colton, mais n’en a jamais parlé à l’enfant. Il décrit aussi des choses, comme les stigmates du Christ dont, assure son père, personne ne lui a pas parlé ni à la maison ni au catéchisme. Convaincu, Todd Burpo commence alors à mentionner dans ses sermons les expériences de son fils et, de fil en aiguille, entre en contact avec un agent littéraire. Dans une interview, il raconte qu’il a demandé conseil à Dieu : « Je ne sais pas comment publier un livre. Si Tu veux que j’y arrive, il faut que Tu fasses venir à moi les éditeurs. » Voeu exaucé.

Le Point.fr – Publié le 24/03/2011

Cette entrée, publiée dans NDE, est taguée . Bookmarquez ce permalien.