Un gourou condamné à 19 ans de prison pour viols

Sean O’Neil, informaticien australien de 43 ans, a été condamné à 19 ans de prison pour des viols répétés, en 2009 et 2010, sur trois jeunes filles.

Les faits se sont déroulés à Valbonne (Alpes-Maritimes).

Les jurés d’appel ont donc aggravé la peine de quinze années de réclusion, peine que la cour d’assises des Alpes-Maritimes avait prononcée le 17 octobre 2013.

Adepte d’Hare Krishna, l’accusé est également reconnu coupable de corruption de mineures, délit commis sur quatre adolescentes contraintes à vivre nues dans son appartement ou ayant fait l’objet de séances photos en position lascive. Une interdiction définitive du territoire national a été également prononcée.

Situation d’emprise morale

L’avocat général Olivier Couvignou avait requis vingt ans de réclusion criminelle, la peine maximale encourue pour des viols aggravés par le fait qu’ils ont été commis sur des personnes vulnérables.

Les victimes, âgées d’une quinzaine d’années au moment des viols, ont déclaré avoir consenti à des relations sexuelles régulières uniquement en raison d’une situation d’emprise morale, de dépendance et de manipulation mentale. Un état proche de « l’hypnose », avait conclu un expert psychologue.

Statut d’esclave

Sean O’Neil a été décrit par les parties civiles comme « un gourou », les jeunes filles ayant, elles, le statut d’esclave et devaient par conséquent suivre ses pratiques notamment la récitation de la prière 1 700 fois par jour. Elles avaient également pour mission de recruter parmi leurs camarades d’autres jeunes filles vierges tout juste âgées de 15 ans.

Comme il l’a fait depuis son interpellation en septembre 2010, après la révélation des faits par l’une des parties civiles à une assistante scolaire, Sean O’Neil a affirmé, tout au long de ce second procès à huis clos, avoir eu des relations sexuelles uniquement consenties.

Source : Ouet France