Un gourou marocain en vogue en Croatie

Publié le 28.03.2013 à 15h51 | Par 

Ristel Edimo

Mekki Torabi ou l’homme qui crée la controverse en Croatie. Plébiscité par de nombreux citoyens, ces-derniers abandonnent de plus en plus les traitements médicaux pour se tourner uniquement vers les pratiques du « guérisseur » marocain. Sa renommée s’étend de plus en plus et ce gourou, autrefois célèbre au Maroc, atteint de nouvelles nations. En Croatie, l’inquiétude règne parmi les professionnels de la santé.

Il y a quelques années, Mekki Torabi faisait couler beaucoup d’encre en Croatie, alors découvert par les nombreuses personnes gravement malades dans le pays. Aujourd’hui, ce phénomène, est quasiment rentré dans les mœurs des Croates, révèle une enquête réalisée par le quotidien belgeLa Libre.

Torabi ou le médecin des Croates ?

L’homme qui « peut deviner le mal en une seule poignée de main » réunit des foules dans le pays pour exercer son « don venant de Dieu », tel que décrit par lui-même. Il prétend soigner ses fidèles en leur transmettant ce qu’il appelle « l’énergie des cinq planètes ». De plus en plus de citoyens atteints de maladies graves abandonnent les soins prescrits par leurs médecins pour se consacrer aux traitements du « guérisseur » marocain, révèle la même source. Et tous y passe, puisque parmi les réguliers de Mekki Torabi, figurerait le maire de la capitale Zagreb, Milan Bandić ou encore la célèbre chanteuse croate Severina.

Comment s’y prend-t-il? Les « patients » se mettent en rang. Selon l’affluence, on peut mettre des heures dans la file d’attente. Ils avancent un à un, le « guerrisseur » passe très rapide la main sur les principaux organes vitaux : l’estomac, le foie, les reins, le cœur et les seins pour les femmes et « détecte » le mal.

 

 

Chez Mekki Torabi, les consultations sont gratuites. Les malades ont tout juste besoin d’acheter un pain de sucre et une bouteille d’eau vendu à l’entrée de la salle de consultation. Le tout coûte moins de 1,5 euro. Ce qui parait très alléchant, au regard du coût d’une chimiothérapie pour un malade du cancer par exemple.

Au-delà des frontières

Outre la Croatie, le gourou marocain s’est également fait un nom en Serbie ou encore en Bosnie où il a séjourné en 2010. A Sarajevo notamment, des foules ont été séduites par ses pratiques. Mais, la communauté islamique de la ville avait fortement critiqué ses méthodes, les qualifiant de « tromperies pour personnes crédules ».

Malgré tout, l’écho des exploits de Mekki Torabi est allé au-delà de l’Europe du Sud. A en croire lereportage réalisé par l’animatrice roumaine Luana Ibacka, le « guérisseur » marocain se serait rendu en Roumanie en 2012 pour parler de son « don » et faire des démonstrations sur des malades. Interviewé par la française Radio Plus, il aurait même prétendu soigner le roi de Thaïlande atteint d’un cancer, ainsi que des membres de la famille royale espagnole.

Au Maroc, Mekki Torabi fut également très célèbre. C’est à Skhirat, près de Rabat, qu’il exerçait, avec d’ailleurs un franc succès, à en croire les témoignages recueillis par le site Maghress. Mais des histoires obscures, tels que les décès supposés de certains malades qui n’avaient jamais retrouvé la guérison ont jeté le discrédit sur ses pratiques. En effet sur plusieurs forums marocains, des internautes se plaignent d’avoir été dupés par le gourou. La rumeur disait même qu’une Marocaine résidant en Espagne l’aurait poursuivi en justice pour la mort de sa fille. Interrogé à ce sujet sur Medi1TV en 2011, le cherif guérisseur de Skhirat a nié.

Inquiétude

 Aujourd’hui en Croatie, professionnels de la santé, universitaires et scientifiques s’inquiètent. « Il y a énormément de parents qui menacent la santé de leurs enfants en adhérant aux théories de la pseudoscience », déplore Dejan Vinkovic, physicien et professeur à l’université de Split, estimant que les dangers encourus sont complètement ignorés.

Mekki Torabi sur Medi 1 TV