Un gourou vosgien reconnaît avoir violé une adepte de 14 ans devant les assises

Le procès en appel d’un homme de 56 ans, soupçonné d’avoir violé la fille mineure d’une des adhérentes de la secte qu’il dirigeait, s’est ouvert le 13 novembre devant la cour d’assises à Nancy, devant laquelle il a reconnu les faits pour la première fois. « Je voudrais lui demander pardon pour le mal que je lui ai fait même si je pense que je ne me suis pas rendu compte sur le moment », a déclaré l’accusé, Hervé Granier, à l’ouverture des débats.« C’est un pardon sincère. J’ai brisé des personnes, j’ai brisé des gens. Aujourd’hui, je suis un homme brisé moi aussi. Je demande à réparer tout ça », a dit l’ancien gourou, qui avait été condamné à 17 ans de réclusion criminelle, en première instance, par la cour d’assises des Vosges à Epinal.

L’accusé s’était fait passer au cours des années 2000 pour le messie auprès d’une dizaine de personnes, à qui il réclamait chaque mois plusieurs centaines d’euros, au sein d’un mouvement sectaire qu’il avait créé à La Bresse (Vosges). En 2004, il avait expliqué à l’une de ses adhérentes qu’il souhaitait prendre sa fille, alors âgée de 14 ans, pour « femme divine ». La mère, désignée par l’enquête comme celle qui avait « livré » sa fille au gourou, avait initialement été mise en examen pour complicité de viol. Elle avait finalement bénéficié d’un non-lieu en fin d’instruction pour abolition du discernement, avant de se constituer partie civile.

L’accusé est également poursuivi pour abus de faiblesse au sein d’un groupement sectaire. Selon l’accusation, le gourou a perçu environ 300.000 euros au titre d’une « dîme » mensuelle réclamée aux adeptes.

Avec AFP

Source : fait religieux