Un rapport du Sénat sur les dérives thérapeutiques et sectaires dans le domaine de la santé (France)

Soumis par Gestion le 10 avril 2013

La commission d’enquête du Sénat sur l’influence des mouvements à caractère sectaire dans le domaine de la santé a présenté son rapport mercredi le 10 avril. La commission constate « un danger démultiplié par le développement des pratiques thérapeutiques non conventionnelles, par la diffusion en toute liberté d’une offre de soins non maîtrisée sur internet, par le soutien apporté de facto à la transmission de ces techniques dans le cadre de la formation professionnelle et par une réponse globalement insuffisante des pouvoirs publics« .

Le rapport, de plus de 300 pages, décrit plusieurs pratiques non crédibles, notamment l’iridologie (qui permettrait de tout diagnostiquer à partir de l’iris), la « kinésiologie spécialisée« , l’ondobiologie et son corollaire, la « chirurgie immatérielle« , la drainolymphologie, le décodage biologique, la méthode dite des faux souvenirs induits, la biorésonance, la reconnexion…

Après avoir analysé les modes de fonctionnement des dérives thérapeutiques et sectaires et les facteurs qui favorisent leur maintien (dont parfois la formation universitaire), le rapport formule 41 recommandations :

  • pour renforcer la vigilance sectaire et améliorer le traitement judiciaire des dérives;
  • pour mieux encadrer l’information médicale en ligne et pour renforcer la sécurité des internautes;
  • pour mieux connaître et encadrer le recours aux pratiques non conventionnelles, contrôler l’activité des psychothérapeutes, renforcer l’accompagnement des patients et rendre plus rigoureuse l’évaluation des pratiques non conventionnelles;
  • pour mieux connaître et encadrer la formation aux pratiques non conventionnelles, mieux coordonner les acteurs de la formation professionnelle et renforcer leur sensibilisation aux risques de dérives thérapeutiques et sectaires et orienter les financements publics vers des formations labellisées en fonction de critères stricts de qualité et de sécurité;
  • pour renforcer la protection des mineurs.

Source : http://www.psychomedia.qc.ca/secte/2013-04-10/rapport-derives-therapeutiques-sectaires-commission-senat-france