Une fin du monde aux allures de « grand n’importe quoi »

Le 21 décembre à 18h13 par Jean-Luc Bobin | Mis à jour il y a 21 heures

Star d'un jour. Médiatisation éphémère. Cette pseudo fin du monde a permis a n'importe qui d'avoir le sentiment d'être subitement devenu quelqu'un sous les feux des projecteurs de médias en mal d'info.
Star d’un jour. Médiatisation éphémère. Cette pseudo fin du monde a permis a n’importe qui d’avoir le sentiment d’être subitement devenu quelqu’un sous les feux des projecteurs de médias en mal d’info. PHOTO/PHILIPPE ROUAH

A quelques heures de la fin du monde, Bugarach a pris des allures totalement surréalistes. Encerclé par un dispositif militaire impressionnant, filtrant rigoureusement tous les accès menant au site, le petit village audois de 200 âmes a littéralement été pris d’assaut par plus de 250 journalistes venus du monde entier.

Lassés et irrités par ce grand cirque, la plupart des habitants restent cloîtrés chez eux de peur d’être harcelés par les micros et les caméras. D’autres, déambulant au milieu de quelques illuminés tout heureux de trouver une inespérée vitrine médiatique pour débiter leurs sornettes, tentent, malgré tout, de donner le change avec l’intention de prendre les choses avec humour.

La fête, que certains appelaient de leur voeux, était en ce vendredi soir en passe de tourner court. Faute de participants !
Triste et pathétique fin du monde au coeur du  » grand n’importe quoi « ..

[brightcove vid=2049983357001&exp3=1272681530001&surl=http://c.brightcove.com/services&pubid=1265527944001&pk=AQ~~,AAABJqdX80E~,mDE8qo0guFF8q3vRM6a0XgJxYCDNYLMG&w=516&h=322]

Source : http://www.lindependant.fr/2012/12/21/une-fin-du-monde-aux-allures-de-grand-n-importe-quoi,1712894.php