Varaire. L’épidémie, qui a touché 14 personnes, causée par une bactérie

Des symboles identitaires de l'association ont été dressés à Varaire./Photo DDM, archives, Marc Salvet. ()

Des symboles identitaires de l’association ont été dressés à Varaire./Photo DDM, archives, Marc Salvet.

Le Bois de la Font, à Varaire, où se déroulent des rassemblements des membres de l’association Namaskaram, avait été, le 21 août dernier, le théâtre d’une étrange maladie qui a touché des adultes et des enfants hospitalisés après cette soudaine hécatombe. Le voile est levé sur ce phénomène.

L’association Namaskaram, très controversée, a enfin résolu l’énigme sanitaire qui a perturbé le séjour estival de quatorze personnes (dix adultes et quatre enfants) au Bois de la Font, à Varaire, siège de cette structure (notre édition du 22 août). Plusieurs hypothèses avaient alors été émises après le malaise en série de ces adultes et enfants qui présentaient tous les symptômes d’une gastro-entérite aiguë.

Aujourd’hui, au nom de l’association, Mickaël Leboeuf, gérant du site de Varaire, veut rassurer tous les sceptiques.

Selon lui, les personnes touchées sont désormais hors de danger. «Elles ont toutes été conduites à l’hôpital de Cahors qui a identifié et soigné le mal. Il s’agissait d’une bactérie. Celle-ci n’était pas présente dans l’eau ni dans les aliments consommés par les familles. La bactérie a peut-être été véhiculée par l’une des personnes depuis sa région. Vous savez, les gens venaient de toute la France», précise le gérant.

Celui-ci n’a ensuite pas souhaité s’étendre sur la polémique et le mystère qui entourent cette structure : mouvement à dérive sectaire ou communauté religieuse ? «Je ne veux pas répondre. Je sais que des personnes suspectent l’association qui ne pose aucun souci», poursuit-il. Rien d’autre à déclarer. Plus loquace sur le rassemblement massif qui s’est tenu ce week-end à Varaire, Mickaël Leboeuf confirme «la présence de 700 personnes sur le site. Tout s’est déroulé en accord avec les autorités publiques, sanitaires et locales. Les règles de sécurité ont été respectées», conclut-il. Jointe par téléphone, l’association Namaskaram, nous a immédiatement répondu que «le responsable du site était le plus habilité à répondre».

Soucieux d’écarter toute forme de polémique, ce dernier a fait le «job» avec le petit agacement que l’on peut comprendre dès l’évocation d’une suspicion d’appartenance sectaire. Aucune enquête n’a été ordonnée dans le Lot. L’association Namaskaram, qui a érigé un monument «dédié à la paix universelle» et dont le maître Sri Tathata préside des cérémonies «pour l’élévation de la conscience», veut prendre de la hauteur sur cette suspicion réitérée (lire notre encadré).

Elle réfute l’identification sectaire. Mais la polémique et le doute restent vivaces.


Une antenne anti-secte en projet dans le lot

Présidente de l’association Info-Sectes Midi-Pyrénées, rattachée au Centre contre les manipulations mentales (CCMM), Simone Risch émet des sérieux doutes sur les motivations de l’association Namaskaram et du maître Sri Tathata. «Ce type de rassemblement de masse impliquant des mineurs m’interpelle bien sûr. Cela soulève beaucoup d’interrogations. Je voudrais que la préfecture se penche rigoureusement sur ce type de phénomène dans le Lot. L’inertie des autorités nous interpelle. Nous voulons en savoir plus, éviter toute dérive sectaire et protéger les gens de toute forme d’emprise mentale», insiste-t-elle. Puis elle annonce «le projet de création d’une antenne de l’association Info-Sectes Midi-Pyrénées dans le département du Lot». Contact : 05 61 61 02 97.

Source : http://www.ladepeche.fr/article/2012/08/29/1427804-varaire-l-epidemie-qui-a-touche-14-personnes-causee-par-une-bacterie.html