Verdun : un faux-médecin mis en examen pour huit agressions sexuelles

par  avec AFP

le 12 avril 2013 à 21h27 , mis à jour le 12 avril 2013 à 21h34.

TEMPS DE LECTURE
3min
Un médecin ausculte un malade.
Un médecin ausculte un malade. / Crédits : Thinkstock Images
Partager
JUSTICEL’homme, ancien policier, exerçait en tant que « thérapeute énergéticien » à Dun-sur-Meuse (Meuse), sans pour autant avoir obtenu de diplôme de médecine. Il est soupçonné d’agression sexuelle sur au moins huit personnes.

Il se faisait passer pour un « thérapeute énergéticien ». Un ex-policier belge, devenu faux médecin en France, a été mis en examen et écroué vendredi pour escroquerie, exercice illégal de la médecine et agression sexuelle d’au moins huit femmes.

Une première alerte venue de Belgique. L’homme exerçait à Dun-sur-Meuse (Meuse), sans pour autant avoir obtenu de diplôme de médecine, a précisé à l’AFP le procureur de Verdun Yves Le Clair. C’est le parquet de Nivelles, en Belgique, qui a donné l’alerte, après la plainte d’une ressortissante belge, pour une agression sexuelle qui aurait eu lieu dans le cabinet d’un médecin installé à Dun-sur-Meuse, dans la Meuse. Quelques jours plus tard, une seconde plainte, cette fois déposée par une Française originaire du Massif Central, était enregistrée pour des faits similaires.

Huit victimes identifiées. Toutes deux atteintes d’une maladie difficilement soignable par la médecine traditionnelle avaient fait appel à l’ancien policier belge établi en France en tant que thérapeute énergéticien.   Elles accusent aujourd’hui le faux médecin de s’être livré à des attouchements. Pour l’instant, huit victimes ont été identifiées, mais la liste pourrait s’allonger. Selon Yves Le Clair, les victimes âgées de 40 à 60 ans, venues de toute la France, « ont toutes le même profil » : atteintes d’une maladie que la médecine traditionnelle n’a pas réussi à soigner, elles se sont tournées vers la médecine alternative.

Déjà condamné en 2006. L’enquête n’a pas encore permis de déterminer s’il y a des victimes mineures. Une perquisition au domicile du prévenu a permis la saisie d’un ordinateur portable, qui devrait livrer plus d’informations sur le nombre de victimes et la nature des agressions. L’homme âgé de 57 ans, de nationalité belge, avait déjà été condamné en 2006 par un tribunal belge pour divulgation de secret professionnel, alors qu’il était engagé dans la police belge. Il avait alors été contraint de démissionner.

En 2007, la police belge avait déjà ouvert une enquête à son encontre suite à la création d’un site internet se proposant de soigner des enfants atteints de maladies particulières. Le faux médecin a été mis en examen vendredi pour agression sexuelle de personne vulnérable, escroquerie sur personne vulnérable et exercice illégal de la médecine, et placé sous mandat de dépôt.

Source : http://www.rtl.be/info/votreregion/brabantwallon/994638/le-village-de-nil-saint-vincent-va-t-il-accueillir-une-secte-