Villeneuve-sur-Lot. Un magnétiseur condamné pour avoir fait croire à la guérison de Laura

Tribunal

Laura Vignola : un visage d'ange, une petite princesse qui a cru jusqu'au bout qu'elle pouvait vaincre sa tumeur.
Laura Vignola : un visage d’ange, une petite princesse qui a cru jusqu’au bout qu’elle pouvait vaincre sa tumeur.

Condamné pour exercice illégal de la médecine, le magnétiseur Michel Bousquet avait convaincu les parents de Laura Vignola qu’il avait sauvé leur fille atteinte d’une maladie incurable. Hélas…

Laura, c’est la petite princesse éternelle de Valérie et Jean-Marie Vignola, un couple deVilleneuve-sur-Lot. Cette fillette au sourire radieux à jamais gravé dans l’esprit de ses parents n’est hélas plus de ce monde aujourd’hui.

Elle est partie vers d’autres cieux en février 2009.

Laura Vignola n’avait que 7 ans et demi «et une intelligence remarquable malgré sa tumeur au cervelet», ajoute sa mère très émue. Celle-ci ne pouvait contenir ses larmes hier aux côtés de son époux à l’audience du tribunal correctionnel de Cahors où comparaissait, après une longue procédure d’enquête, Michel Bousquet, magnétiseur inscrit à l’Urssaf et domicilié à Montdoumerc.

Cet homme de 59 ans a bercé d’illusion la famille Vignola et abreuvé la douce Laura de paroles utopiques lui assurant, en 2008, que sa tumeur était guérie. «Vous avez affirmé que cette tumeur avait séché et qu’il ne fallait plus donner de médicaments à Laura. Les parents de cette fillette ont poursuivi les soins. Vous n’êtes détenteur d’aucun diplôme de médecine, mais d’un brevet d’électromécanicien», rappelle au prévenu Béatrice Almendros, présidente du tribunal.

115 personnes ayant fréquenté ce magnétiseur ont été entendues dans ce dossier. «Vous avez conseillé plusieurs d’entre elles d’interrompre les médicaments, car il ne fallait pas faire confiance à la médecine», lance la présidente à Michel Bousquet. Ce dernier agissait en posant ses mains sur les genoux des patients ou en utilisant un pendentif en guise de pendule.(…)

Suite de l’article